Snapchat : erreur sur la marchandise

Par Marie Moglia / le 09 mai 2014
Snapchat : erreur sur la marchandise
Il y a un proverbe qui dit, "prudence est mère de sûreté". Maintenant quand on enverra des "snaps", on saura qu'il ne disparaissent pas au bout de dix secondes, mais qu'ils restent bien au chaud dans la mémoire de notre téléphone.

 

Tu croyais que les sexpics que tu envoyais via Snapchat à ton copain ou ta copine disparaissaient au bout de dix secondes ? Et bien non ! Sache que les contenus photos ou vidéos partagés via l'application ne sont pas éphèmères.

Si une entreprise vend un service fondé sur la sécurité et la confidentialité, c'est essentiel qu'elle tienne ses promesses.


 

Comme l'indique sa présidente Edith Ramirez, la Federal Trade Commission (FTC) estime que la start-up lancée en 2011 a trompé ses utilisateurs. Et selon un accord passé le 8 mai, elle devra améliorer sa sécurité et sa confidentialité. Car les "snaps" peuvent être conservés indéfiniment dans le téléphone par le biais d'autres applications. Snapchat fera aussi l'objet d'une surveillance sur une durée de vingt ans.

Faire gaffe à son 06 !

Selon le Time, cité par Konbini, les vidéos envoyées sont même "facilement accessibles". Il suffirait juste de relier le smartphone qui reçoit le "snap" à un ordinateur et "certains utilisateurs d’Iphone peuvent faire des captures d’écran d’une photo reçue sans que l’expéditeur en soit informé".

Snapchat serait parvenu à se procurer les numéros de téléphones des contacts de nombreux de ses abonnés surr iPhone, iPad ou Ipod. Sans qu'ils soient au courant, bien entendu. Des failles de sécurité ont aussi été observées dans la fonction "Trouver un ami". Ce qui a permis, en janvier dernier, le piratage de la base de données de l'application et de 4,6 millions de ses utilisateurs.

Comme le rappelle un article de 20minutes, le créateur de Snapchat, Evan Spiegel, vient d'être nommé comme l'une des 100 personnalités de l'année par le Time.

Pour progresser dans le classement, le garçon va devoir faire quelques progrès...

 


(via Konbini et lemonde.fr)

 

Par Marie Moglia / le 09 mai 2014

Commentaires