Signalez vos amis Facebook suicidaires

Par Augustin Arrivé / le 27 février 2015
Signalez vos amis Facebook suicidaires
Le réseau social de Mark Zuckerberg va simplifier ses procédures d'alerte en cas de comportement suicidaire ou laissant présager un engrenage suicidaire. Les utilisateurs signalés pourront ensuite être assistés.

Vous saviez, vous, qu'on peut signaler à Facebook des propos qu'on craint annonciateurs d'une tentative de suicide ? Rares sont les utilisateurs à connaître l'emplacement de ce formulaire, caché dans l'arborescence labyrinthique du site. Si ça vous intéresse, on vous le met en lien par ici. Il date de 2011, il fonctionne encore, mais mieux vaut ne pas commencer à le remplir quand votre pote dépressif a déjà le rasoir sur les veines, vous n'auriez sans doute pas le temps de le sauver.

Il faut renseigner le nom de l'utilisateur, réussir à faire une capture d'écran (Oui papy, c'est avec le bouton "impr écran" en haut à droite du clavier de ton PC ! Et après tu colles ça sur Paint !) et charger le tout sur le site. Les plus zélés rempliront aussi la ligne "informations supplémentaires". Mais cette odyssée interminable sera bientôt remplacée par un simple bouton cliquable.

 

 

Mercredi, Facebook a effectivement annoncé la mise en place d'un nouveau dispositif. Il sera déployé aux États-Unis d'ici deux mois avant de s'étendre au reste du monde. Un travail préparé en collaboration avec différentes associations (Forefront ou Save.org) mais qui semble pourtant promettre aux modérateurs du réseau une sacrée prise de tête. On imagine déjà le nombre de dénonciations abusives qui vont saturer leurs ordis.

Ce mois-ci encore, un Canadien a signalé à Facebook un message douteux d'un de ses contacts en Belgique. L'homme de 35 ans avait écrit sur son mur:

Pas la peine de me faire des demandes pour jouer, je n'ai pas la tête à ça. J'ai juste envie d'en finir.


 

Son ami Canadien a pris le temps de remplir tout le questionnaire (chapeau !) et la police de Namur a débarqué chez le supposé suicidaire, qui allait en réalité très bien et s'est étonné de cette mobilisation.

 

Capture d'écran de la future fonction "alerte suicide" de l'appli Facebook

 

Mais si ça peut sauver une vie, ça vaut sans doute le coup de se tromper cent fois. En tous les cas (et c'est l'autre nouveauté de ce service), les utilisateurs étiquetés suicidaires ne seront ensuite plus abandonnés à leur spleen. Des messages leurs seront envoyés dans les jours suivants pour leur proposer de discuter avec un ami ou un employé de la toute nouvelle "help-line". Ils auront aussi la possibilité d'obtenir des adresses sur les structures d'aide psychologique les plus proches de chez eux, et sur la meilleure méthode pour se remettre en selle.

Facebook semble en pleine vague de diversification de ses services, ayant déjà lancé il y a quelques semaines la possibilité de désigner un légataire pour gérer votre compte après votre mort.

 


La dépression, première maladie des ados. Une enquête de Mouv' à réécouter ici.

Illustration de couverture : Cc FlickR mkhmarketing

 

Par Augustin Arrivé / le 27 février 2015

Commentaires