Rap français : les 12 meilleurs projets underground du début d’année

Par Genono / le 14 mars 2016
Rap français : les 12 meilleurs projets underground du début d’année
Vu de trop loin, vous pourriez croire que le rap français n'est qu'un vague concours de sosies : des pales copies de Kaaris aux contrefaçons de PNL en passant par la horde de suiveurs de Booba... C'est bien mal connaitre le rap français : derrière les têtes d'affiche, l'underground grouille de talents fabuleux, qui tentent, tant bien que mal, de se faire une place au soleil.

Et la bonne nouvelle, c'est qu'il y en a absolument pour tous les goûts : des lyricistes aux trappeurs en passant par les chanteurs, du boom-bap old-school aux grosses tartines d'autotune, en passant par les OVNI complètement indéfinissables. En route pour un petit aperçu -absolument non-exhaustif- de ce que les bas-fonds du rap français ont offert de meilleur depuis le début d'année.

 

Vous aimez le Roi en Jaune, Gucci Mane, Maradona et l'équitation : écoutez Kekra - Freebase Vol.2

Une fois par génération, un rappeur nait pour marcher sur l'eau et sur la concurrence. Venu des quartiers sales de Courbevoie, à quelques centaines de mètres des beaux parvis de la Défense, Kekra fait partie de cette minorité d'élus. Et pour marquer les esprits à une époque où la vie privée n'existe plus, la meilleure chose à faire est encore de ne rien dévoiler : à l'image de Rockin Squat, Fuzati ou Siboy, il apparait toujours avec le visage caché. Masque chirurgical, bandana, écharpe, lunettes ... tout est bon pour dissimuler sa frimousse. Malgré tout, il prend le temps de développer son image, comme lorsqu'il se promène à cheval dans les rues de sa cité, ou qu'il construit ses freestyles autour d'extraits de Paid in Full, le film. Après une première mixtape gratuite, Freebase Vol.1, passée bien trop inaperçue, et un second volume à peine plus exposé, Kekra, sorte de fusion entre Mala et Gucci Mane, semble enfin avoir accroché une petite fan-base à son hameçon. Sa prochaine mixtape sortira en avril, et l'agitation grandissante autour du garçon devrait lui permettre de toucher un public élargi, et pourquoi pas de devenir la sensation rap de l'année 2016.

Trois bonnes raisons d'écouter Freebase Vol.2

- Les rappeurs du 92 ne déçoivent jamais.

- Il illustre mieux que personne cette citation du Roi en Jaune, de Robert W.Chambers -et c'est quand même la grande classe.

- Quand il sera une star du rap, vous pourrez faire mal à la tête de tous vos amis en balançant des "je crois en lui depuis le départ" comme si c'était un trophée.

 

 

Vous aimez les violons funestes, Duncan MacDougall, les couplets de plus de trente mesures, le rap sans effets spéciaux : écoutez Lacraps & Mani Deïz - 42 Grammes

Cela ne fait aucun doute : si 42 Grammes était sorti il y a vingt ans, on en parlerait aujourd'hui comme un disque absolument mythique, qui a traumatisé une génération entière. Malheureusement pour Lacraps et Mani Deïz, nous sommes en 2016, et le simple fait d'oser sortir un album sans la moindre once d'autotune est déjà un handicap insurmontable pour qui souhaite toucher un public en dehors de sa fan-base. 42 Grammes -le poids cumulé des deux âmes du rappeur et du beatmaker- est l'un des meilleurs albums estampillés boom-bap de ces dernières années, et mériterait clairement que puristes fans de Time Bomb et jeunots fans de Jul s'y intéressent.

Trois bonnes raisons d'écouter 42 Grammes :

- Vous allez encore vous plaindre de voir des rappeurs autotunés et des faux-gangsters dans cette liste, sans prendre le temps d'aller écouter Lacraps et Mani Deïz. Soyez cohérent, pour une fois.

- Cet album ne tournera pas en playlist et ne fera pas la Une des sites spécialisés, donc si vous voulez écouter du bon rap, faites l'effort d'aller le chercher.

- L'album est vendu en deux CD : la version normale, et la version instrumentale, et il y a même un livret avec les lyrics. Plus personne ne fait ça, en 2016. Saluez la démarche.

 

 

Vous aimez François Bayrou, laisser votre maman choisir vos vêtements, et les jeux-vidéos retro : écoutez Vaati - Adventures

Dans la famille "blancs avec une trogne étrange", le rap français ne se retrouve jamais à court de cartes. Les jokers de l'année, ce sont Vaati et Nusky, duo presque classique entre le beatmaker et son rappeur attitré, auteur de deux EP communs très réussis en 2014 puis 2015. Après un premier projet solo intitulé Pukaboo, Vaati s'est lancé ce mois-ci dans son deuxième projet en solo, Adventures. Évidemment, il ne se sépare jamais vraiment de son partenaire particulier, et on retrouve ainsi une collaboration sur le titre Goodbye, et ce clip absolument improbable fait de pas de danses invraisemblables, de mimiques incertaines, et de survêtements roses.

Trois bonnes raisons d'écouter Adventures :

- Les mecs ne ressemblent à rien, et doivent donc tout miser sur la musique : une garantie de les voir faire du bon travail à l'avenir.

- Le bien trop usité terme "OVNI du rap" retrouve ici tout son sens

- Name-dropper Morsay et Jul dans le même couplet, c'est le signe absolu que ces jeunes gens ont un sens aigu du bon goût.

 

 

Vous aimez les survêtements de Chelsea ou du Bayern, la peinture à la truelle, et les filles pas trop farouches : écoutez Numbers - Numbers

Des blazes inspirés des pokémons, des coupes de cheveux improbables, des voix beaucoup trop aigües, surmixées, et tartinées d'une couche outrancière d'autotune ... Numbers est un groupe hyper-représentatif de son époque et des tendances musicales immédiates -typiquement le genre de son qui se pose en baromètre de votre tolérance à la nouveauté agressive. Les Marseillais surjouent des effets vocaux sans la moindre once de subtilité, parlent de meurtres, d'armes et d'empiler les cadavres, aiment afficher des tarpés en lingerie fine dans leurs clips ... bref, toute la panoplie des clichés de rappeurs, tellement assumés qu'ils en deviennent, au choix, génialement kitchs, ou affreusement ridicules.

Trois bonnes raisons d'écouter Numbers :

- La cover est une (enième) reprise de celle d'Abbey Road. Pour des mecs d'une cité marseillaise qui viennent à peine de fêter la vingtaine, rendre hommage aux Beattles, c'est magnifiquement improbable.

- Le groupe s'est d'abord appelé Gaaza, mais l'esprit Charlie l'a emporté.

- Parce qu'ils n'hésitent pas à reprendre du Rae Sremmurd.

 

 

Vous aimez chiller sur la piste, La Rumeur, Corto Maltese et Devin the Dude : écoutez Moïse the Dude - Dudelife

Déjà quinze ans que Moïse the Dude roule sa bosse dans le monde de la musique, entre le Bhale Bace Crew et une carrière solo de rappeur qui semble toucher à sa fin -non pas pour arrêter définitivement la musique, mais plutôt pour sortir du carcan rap et s'ouvrir à d'autres influences. L'album Dudelife -le premier long format du Dude, après trois EP- sonne donc comme la conclusion logique du parcours d'un garçon qui a fait le tour de son sujet. Toujours très introspectif, le possible futur ex-rappeur plane sur les thèmes de la mort, de l'amour sentimental et physique, du nihilisme religieux et social, ou de sa place dans un game où il ne s'est jamais senti à son aise.

Trois bonnes raisons d'écouter Dudelife :

- Le mec sample du Stanley Kubrick, c'est grand, putain.

- Les rappeurs avec des abdos, c'est surfait.

- Les clips tournés avec un vieux grain VHS 90's sont depuis deux ans LA grosse tendance dans le cloud rap, et pourtant cette pratique peine à pointer son museau en France. Heureusement, Moïse the Dude est là :

 

 

Vous aimez les succubes, Baudelaire, le diable, les pratiques sexuelles sordides, et les techniques marketing foireuses : écoutez Rochdi - L'Exorciste Cenobite

Généralement, quand un rappeur annonce un album, il prépare le terrain avec trois ou quatre extraits avant la sortie. Et puis, il y a Rochdi : dix-sept extraits livrés avant la sortie de L'Exorciste Cénobyte -ne cherchez pas : vous ne trouverez jamais un meilleur titre d'album. Rappeur le plus sous-coté du monde, Rochdi est malsain, sale et dérangeant, hanté par des visions mystiques et méphistophéliques, évoque la sexualité de Lucifer, cite Dante Alighieri, Théodore Agrippa et Stanley Kubrick, et décrit la déchéance de son âme au travers d'hallucinations (« Un crocodile phosphorescent qui danse dans une fontaine de feu ») et de perversions toutes plus obscènes et brutales.

Trois bonnes raisons d'écouter L'Exorciste Cenobite :

- Rochdi est interdit de scène à Paris depuis 2008, suite à un concert qui s'est terminé en échanges de coups de feu.  Et pour un mec qui chante "j'monte à poil sur scène, et j'me branle devant la foule" en toute décontraction, c'est une excellente nouvelle.

- Parce qu'après avoir écouté cet album, vous n'oserez jamais plus dire d'un autre rappeur qu'il est hardcore.

- La musique de Rochdi ne ressemble à absolument aucune autre. A une époque où tout le monde passe son temps à se plaindre de l'uniformité du rap, il est criminel de passer à côté d'un mec si singulier.

 

 

Vous aimez Freddie Gibbs, vendre de la drogue, LIM et les chiffres porte-bonheur : écoutez Treize Blocks - Violences Urbaines Émeutes

Du vétéran Bolo au mouflet Walid, en passant par Kaaris, Maes ou Solo le Mythe, le réservoir de talents sevranais ne tarit jamais. Nouvelle démonstration avec les membres de Treize Block : enfermés volontairement dans des schémas de trap pure et dure, les auteurs de Violences Urbaines Émeutes ont la recette pour créer des ambiances fortes et des refrains addictifs. Alors que les gros trappeurs français délaissent petit à petit le genre, ou le diluent dans d'autres influences, Treize Block prend le pari de jouer à fond cette carte.

Trois bonnes raisons d'écouter Violences Urbaines Émeutes :

- Un refrain de Treize Block vaut toutes les campagnes de SOS Racisme : "Les armes viennent de l'Est, le shit de Marrakesh, et la dope est antillaise"

- 13 Block n'a aucun rapport avec 16 Blocks, le film avec Bruce Willis et Mos Def

- Si les membres du groupe ne font pas d'argent avec la musique, ils continueront de vendre de la drogue. Sauvons-les.

 

 

Vous aimez les textes de qualité, Eazy-E, les quartiers Nord de Marseille, les feats avec Despo Rutti : écoutez MOH - L'art des mots

Prenez un rappeur hardcore, donnez-lui une morale et un peu de plomb dans la tête, secouez, laissez reposer quelques années : voici MOH ! Combinant l'amour des lyrics bien écrites des vétérans du hip-hop français, l'ouverture musicale des rappeurs plus actuels, et la rage d'un jeune ayant grandi dans les quartiers Nord, le Marseillais est probablement le rappeur le plus à même de réconcilier puristes trentenaires et gamins nourris à l'autotune dès le biberon. Après un premier album, Mon Manuscrit, suivi de deux mixtapes, MOH présente ce mois-ci L'art des mots : vingt titres oscillant entre ambiances rudes et légères, entre histoires de règlements de compte et réflexions posées sur le mauvais exemple donné par les grands frères, les ravages de la cocaïne, ou les violences policières.

Trois bonnes raisons d'écouter L'Art des mots :

- Despo Rutti en featuring, ça devient tellement rare. D'autres featurings moins rares, mais bien représentatifs de l’éclectisme de MOH : Demi-Portion, Soprano, Elams et Sp.

- Le mec reprend -et remixe- la prod de Guetto Guet Apens, le classique d'Escobar Macson. En terme de références, on ne fait pas mieux.

- Parce que le son Olala n'est même pas une reprise de PNL.

 

 

Vous aimez : Emerald City, le côté pas chiant des années 90, les séries de HBO, et les visuels volontairement kitsch : écoutez Big Budha Cheez - L'heure des loups

Quand on pense "rap français à l'influence old school", on pense immédiatement à d'horribles prods boom-bap, à des discours assommants, et à des jeunes qui veulent apprendre l'histoire de la musique aux autres alors qu'ils portaient encore des couches quand Le Rat Luciano recevait son premier disque d'or. Dans une mouvance tout à fait différente, le duo Big Budha Cheez rappelle avec L'Heure des Loups, son premier album, qu'à l'époque des walkman-cassettes, les auditeurs de rap n'étaient pas forcément engagés dans les combats politiques ou sociaux, mais savaient également s'amuser, entre un épisode du Prince de Bel-Air et une coupe au bol.

Trois bonnes raisons d'écouter L'Heure des Loups :

- La cover est digne des meilleurs visuels de Public Enemy époque Fight the Power

- Malgré le nom de leur duo, les deux rappeurs sont non-fumeurs.

- Des mecs qui appellent une chanson Em City ne peuvent pas être foncièrement mauvais

 

 

Vous aimez le rap parisien, Jim Morisson, la dégénérescence, parler malbouffe autour d’un Mc Do : écoutez Jeune G – Dégénération

Le rap parisien a des caractéristiques très particulières, qui font qu’une oreille avertie n’a besoin que de quelques mesures pour localiser sa provenance. Beatmaker devenu rappeur, Jeune G a livré début février Dégénération, un EP 6 titres, son second projet après une petite mise en bouche en deux titres. Sur ses propres prods, le Parisien nous invite à plonger dans son univers aliéné et oppressant, entre insomnies chroniques, vente de stupéfiants, arrondissements parisiens, interrogations sur la mort, et impact des réseaux sociaux et de la télé-réalité. Un projet court mais hyper-efficace, qui a le mérite de dévoiler en moins d’une demi-heure tout le potentiel de Jeune G, assurément un nom à retenir.

Trois bonnes raisons d'écouter Dégénération :

- Le mec s’affiche avec Joe Lucazz dans ses clips. Comme gage de qualité, on a vu pire.

- Parce qu’aux States, les beatmakers qui deviennent rappeurs s’appellent Kanye West, Dr Dre ou Havoc

–autant dire, des mecs au minimum millionnaires. Il serait temps que les français copient leur réussite (Zekwe, on t’aime !)

- Aussi perturbante soit-elle, la cover du projet est terriblement représentative de ce qu’est la musique de Jeune G.

 

 

Vous aimez le rap à moitié chantonné (ou le chant à moitié rappé), les mecs qui ont un casque de moto à la place des cheveux, ne pas savoir où vous allez : écoutez Illy Baze - Aquasoul

Deuxième artiste courbevoisien de la liste, Illy Baze est à des années-lumière de Kekra : auto-défini comme l'extraterrestre du rap français, il plane à des années-lumière de ses lignes de basse, sans pour autant tomber dans un cloud soporifique. Situé à un carrefour d'influences entre le rap, la funk, l'electro, et la chanson française, Illy Baze met un point d'honneur à ce que sa musique ne puisse être définie par des mots -ce qui est relativement fâcheux pour un journaliste. Aquasoul est son premier EP, et fonctionne comme une palette de couleurs : ambiances obscures, balades planantes, titres ensoleillés, et atmosphères oppressantes ... typiquement le genre de projet qui plaira aux amoureux de ces artistes "qui ne ressemblent à aucun autre".

Trois bonnes raisons d'écouter Aquasoul :

- Les rappeurs du 92 ne déçoivent jamais (bis)

- Illy Baze a supprimé ses vieux clips d'internet. Généralement, quand un rappeur n'assume pas ce qu'il a fait par le passé, c'est qu'il compte passer aux choses sérieuses.

- Illy Baze est un grand fan de Jean-Claude Van-Damme, ce qui donne toujours d'excellentes choses dans le rap français. 

 

 

Vous aimez le hood, les rappeurs plus forts que les autres, les blazes de footballeurs brésiliens, et les casquettes Vuitton : écoutez Ninho - ISPAC 2

Ninho partage avec Marlo Stanfield l'ambition et l'amour de la rue : "D'la peufra, d'la zipette, des me-gra plastifiés" ... Capable de concilier une écriture dense et technique avec des sonorités très actuelles, le rookie a récemment offert à sa fan-base grandissante une troisième mixtape en moins de deux ans, ISPAC 2 -pour Ils Sont Pas Au Courant, clairement pas le titre le plus excitant. Une trentaine de titres de très bonne facture, mariant des ambiances très sombres et très street avec un style énergique et puissant. Capable de reprendre aussi bien Les Princes de la Ville du 113, que Charlie Delta de Niska, Ninho est l'un des talents les plus impressionnants de la nouvelle génération.

Trois bonnes raisons d'écouter ISPAC 2 :

- Parce que même s'il est originaire du 91 (et ça se ressent), Ninho est aujourd'hui un rappeur du 77, un département qui n'a plus sorti un rappeur emblématique depuis 2Bal 2Neg. Il serait temps que la routourne se remtte à tourner.

- Ses clips sont bardés de commentaires de type "tro fort ninho", "wlh i nik tou" et autres "sa tue ptn", un indéniable indicateur de qualité.

- Parce que personne n'a vraiment compris ce que signifiait "le 47AK te transforme en calamar" balancé dans le remix de LVHM mais que ça sonne quand même super bien

 


 

Photo : Facebook Kekra

Par Genono / le 14 mars 2016

Commentaires