Révélations : ce qu’il va se passer dans le rap français en 2018

Par Genono / le 02 janvier 2018
Révélations : ce qu’il va se passer dans le rap français en 2018
2017 aura été une superbe année de rap français mais le cru 2018 sera encore meilleur...

Les albums de Caballero et Jeanjass, Siboy ou Damso, les concerts de PNL, IAM et Jul, les Marches de l’Empereur d’Alkpote, les singles de Niska et Ninho, les chemises de Sadek, les clips de Kekra et Fianso, les prods de Butter Bullets et Triplego, les promesses de Lala &ce, Slim Lessio et 13Block : quel que soit le type d’auditeur que vous êtes, 2017 aura été une superbe année de rap français. Mais le cru 2018 sera encore meilleur.

12 Janvier – Alors que des fans de Joe Lucazz venus de la France entière (peu de monde, mais des personnes de très bon goût) investissent les rayons des Fnac pour récupérer leurs exemplaires de No Name 2.0 (les fans de Joe Lucazz ne sont pas encore passés au streaming, laissez-leur le temps), c'est la stupeur : le disque n'est pas dans les bacs. Repoussé à une « date ultérieure encore indéfinie » sans la moindre explication, Joe confirme une fois de plus qu'il est aussi ponctuel qu'un RER. Quelques jours plus tard, le rappeur publie des explications sur les réseaux sociaux : rien de grave, il ne s'agit que d'une nouvelle manifestation de la magie Néochrome. La sortie est décalée au 14 février, jour de combo Saint-Valentin – Ligue des Champions -une date peu propice au commerce pour le rap français, mais après tout, Joe n'est plus à un obstacle près.

 

31 Janvier – Trente-et-unième titre inédit en 2018 pour Jul, qui a donc commencé à publier le 1er janvier au rythme d'un morceau par jour.

 

20 Février - Guizmo, qui n’a plus touché une goutte d’alcool depuis le 31 décembre 2017, annonce qu’il met entre parenthèses sa carrière dans le rap pour se consacrer à une thèse sur “l’impact d'un sevrage à l'alcool sur l'activité du réseau hippocampo-préfrontal au cours de sessions freestyle par températures négatives dans un bâtiment délabré”.

 

28 Février – Déjà 59 titres gratuits pour Jul, qui a continué à enchaîner sur le même rythme que le mois précédent.

 

13 Mars - Booba annonce Trône 2.0, une réédition avec cinq titres inédits en bonus, dont Grand Garçon, le remix de Petite Fille. Déçus les fans qui avaient acheté la l’édition physique limitée à 50.000 exemplaires se consolent avec un pack collector comprenant le CD, un t-shirt Unküt, une fiole de whisky DUC, une bouteille de Koeptis, et une entrée pour la U-Arena.


30 Mars – Et de 90 morceaux publiés par Jul en 2018. Le Marseillais a annoncé vouloir tenir le rythme jusqu'au 31 décembre, avant de prendre "4 ou 5 jours de repos bien mérités début 2019".

 

24 Avril Jul commence à montrer des signes de fatigue, ou peut-être simplement à manquer d'inspiration, après 114 morceaux écrits en 114 jours : ses 4 derniers morceaux s'appellent Besoin de sommeil, Maman dodo, Besoin de sommeil 2 et J'ai pas dormi depuis 2014.

 

27 Avril - Ténébreuse Musique Vol.2, l’album réunissant Alkpote et Vald, finit par sortir, malgré les plaintes du Centre LGBT Île de France, de SOS Racisme, de la Fédération Nationale Solidarité Femmes, de la LDJ, du CRIF, des Chiennes de Garde, de la SPA, de la fondation Brigitte Bardot, de l’association Agir pour l’Autisme, de l’Amicale des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, du Ministère de la Défense, et de l’Association pour la Dignité Humaine.

 

1er MaiJul va mieux, il publie Fuck le 1er Mai et déclenche une polémique monumentale. Gêné, il expliquera qu'il voulait simplement rendre hommage à son style de vie : celui d'un charbonneur, qui bosse 365 jours par an et ne se repose même pas les jours fériés. Mélenchon évoque la "dérive macroniste hyper-libérale" du rap français et reçoit un "mange-moi le poireau" en direct sur Snapchat de la part de Jul.

 

26 Mai – Visiblement pas ralenti par ses déboires judiciaires suite aux tournages sauvages de ses précédents clips, Fianso, accompagné d'une armée de repris de justice, envahit la pelouse pendant la mi-temps de la finale de la Ligue des Champions à Kiev. Dans le plus grand calme, il pose un tabouret de bar au milieu du rond central et avale un espresso tout en donnant des coups de coude devant la caméra de Daymolition. Il sera suspendu 5 matchs par l'UEFA.

 

 

30 Juin – En concert à Bercy, Jul écrit et compose un nouveau morceau sur scène, aidé par le public, qui lui suggère des mots à placer dans son texte, et réagit aux différents beats. Il s'agit du 181ème morceau de l'année pour le Marseillais qui conclut donc ce premier semestre avec un sans-faute, et aucune absence.

 

8 Aout - Manuel Valls interpelle le gouvernement français au sujet de certains rappeurs “faisant l’apologie du terrorisme, des vols à main armée, et de la dissimulation de visage dans l’espace public”. En clair, il s’adresse à Siboy et Kalash Criminel en leur demandant de retirer leurs cagoules “pour montrer l’exemple”. Personne ne comprend vraiment de quoi il parle, mais le mois d'août étant privé d’actu en dehors des révélations des cas de dopage sur le Tour de France, les médias et les réseaux sociaux se ruent sur l’occasion pour faire enfler la polémique.

 

12 Aout - Quatrième jour de polémique au sujet du port de la cagoule dans le rap, d’anciens cagoulés sont invités sur les plateaux télé pour témoigner, l’occasion de voir Pascal Praud discuter avec les membres de 45 Terorist tandis que Kino, qui a commencé à rapper cagoulé avant de tomber le masque, est porté en triomphe par Manuel Valls, qui salue “sa repentance face aux valeurs de la République”. Evidemment, ça ne manque pas : le rappeur invite cordialement l’ex-Premier Ministre à aller s’adonner à des pratiques sexuelles peu conventionnelles et pas forcément consenties. La polémique continue d’enfler.

 

14 Aout - Les français s’ennuient tellement pendant le mois d'août que tout part en couilles : des milices pro-Siboy et pro-Kalash Criminel se forment partout dans le pays, et en guise de soutien, certains groupes décident d’enfiler la cagoule en pleine canicule. Pendant ce temps, Kekra, masqué d’un grand sourire, publie des photos en peignoir sur la plage en Thaïlande. Sefyu, Lefa et Maitre Gims ne savent pas trop comment se positionner, étant donné qu’ils ne sont pas vraiment masqués, mais qu’ils cachent toujours une partie de leur visage derrière des lunettes ou une casquette.

 

24 Aout - Après 6 jours de guerre civile entre cagoulés et non-cagoulés, le pays est à feu et à sang. Invité sur le plateau de BFM TV, Orelsan est interrogé au sujet du port de la cagoule. Sa réponse surprend mais interpelle les esprits échaudés  : “on s’en bat les couilles, non ?”. Effectivement, tout le monde se rend compte que l’on parle avant tout de rappeurs qui doivent crever de chaud en showcase, et qu’ils sont donc les premières victimes du port de la cagoule. Les deux camps de réconcilient, à l’exception de Manuel Valls, qui continue à manifester pendant des semaines entières, seul, au milieu des décombres.

 

16 Septembre – Stupeur : A 23h55, Jul n'a toujours pas publié de nouveau titre. Alors que son incroyable série est sur le point de s'arrêter, il se connecte en direct sur Snapchat et rappe un nouveau morceau en direct, posant la dernière mesure du dernier couplet à 23h59 et 58 secondes. C'était moins une.

 

13 Octobre : Après avoir teasé l’évènement toute l’année, Booba offre deux heures de show devant 40.000 personnes à l’U-Arena. Damso s’occupe de la première partie, tandis que les invités se succèdent sur scène, de Kalash à Benash en passant par Niska. De son côté, Rohff fustige “les 10.000 invits distribuées pour remplir la salle” tandis que Maître Gims, qui a déjà vendu toutes les places pour son Stade de France prévu en septembre 2019, lance de grands “40.000, c’est tout ?”.

 

4 Novembre - En état d’épuisement avancé, Jul est hospitalisé pour surmenage. Obsédé par le défi qu’il s’est lancé, il trouve les moyens de clipper son morceau du jour, Jeune Dauphin, allongé sur son lit, avec une perfusion dans chaque bras.

 

 

12 Novembre - Malgré l’interdiction des médecins, Jul continue sur le même rythme. La France entière est divisée en deux camps : d’une part, ceux qui poussent le rappeur à terminer sa série de 365 titres en 365 jours, d’autre part ceux qui aimeraient le voir s’arrêter pour ménager sa santé. On débat au sujet du surmenage, du burn-out, des 35 heures, et l’hyperproductivité de Jul est récupérée par les politiciens de gauche comme de droite.

 

1er décembre - A 30 jours de la fin de l’année, Jul ne lâche rien : hormis ses cernes qui touchent bientôt le sol, il ne montre aucun signe de lassitude, et annonce que son dernier titre sera joué en public le 31 décembre à 23h51.

 

7 décembre - Après avoir repoussé sa sortie deux fois, la Sexion d’Assaut publie enfin Le Retour des Rois, un double-album sur lequel chacun des membres s’offre un titre solo (hormis Doomams et JR O Chrome qui ne se lâchent toujours pas, et préfèrent se refaire un nouveau feat) : Maître Gims raconte son enfance dans un titre club introspectif, Né avec des lunettes noires ; Black M revient sur les différentes polémiques qui ont émaillé sa carrière avec Les yeux plus gros que la controverse ; Maska se lance dans l’égotrip avec J’vais enfin graille” ; L.I.O Petrodollars pose sur Vanda Maria Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos Crypto-euros (ok, c’est une vanne très très technique) ; Barack Adama fait dans le message politique avec Adama better than Trump ; et Lefa annonce la fin de sa carrière de rappeur dans le titre Je pars, je pars pas.

 

 

20 décembre - Jul touche au but, il est porté par la France entière, qui attend chaque nouveau titre comme une nouvelle finale de Coupe du Monde : la #teamJul, forte de millions de membres, défile chaque soir sur les Champs Elysées pour célébrer son héros.

 

28 décembre - L’album de Lalcko produit par Butter Bullets annoncé “pour 2018” est finalement bien là. Dela savoure, bourré et en slip au milieu de la neige, triomphant

 

31 décembre - Sponsorisé par une célèbre marque de boissons énergisantes, Jul saute depuis un ballon situé dans la stratosphère, à plus de 40.000m du sol. La descente dure 9 minutes et 25 secondes, pendant lesquelles le Marseillais rappe sans interruption. Arrivé au sol, alors que son visage est projeté sur l’Arc de Triomphe, il prend le micro et annonce un nouveau défi pour 2019 : un album par jour, pendant 365 jours.

 

 


 

Crédit photos : Booba : Nicolas Rivals / Capitol - Jul : DR / Musicast - Orelsan : DR / Wagram - Sofiane :  DR / Capitol

 

Par Genono / le 02 janvier 2018

Commentaires