Qui qu'a troué notre soleil ?

Par Augustin Arrivé / le 12 juin 2013
Qui qu'a troué notre soleil?
La Nasa vient de remarquer un énorme trou dans le Soleil! Le problème, c'est que ça bouleverse le champ magnétique terrestre, et résultat: on risque une méga-panne de réseau satellite. Principal bazar à prévoir: les 28 et 29 juin prochains.

 

Ah ça nous faisait bien marrer quand Eric Besson se plantait et balançait ses messages perso choupidous sur la planète Twitter ! Ah on rigolait bien quand un banquier endormi sur son clavier virait des millions d'euros par erreur sur le compte d'un client !

 

Oui mais ça, c'était avant. Avant qu'on apprenne que la Terre est menacée par des orages magnétiques solaires qui pourraient faire buguer nos satellites. Bientôt, des epic fail comme ça, ce sera pour tout le monde. C'est du sérieux. D'ailleurs regardez les images de la Nasa, elles sont jolies comme tout :

 

Le gros trou dans l'hémisphère nord du Soleil, visualisé fin mai par la Nasa

 

Oooooh! C'est beauuuuuu! Vous voyez cette grosse tâche bleu foncé sur le Soleil? C'est un trou coronal. Grosso-modo, dans cette zone, la matière est moins dense, et le plasma solaire s'échappe. Ca crée une sorte de bourrasque de particules magnétiques, un coup de vent qui peut atteindre la Terre. Celui-ci nous a touché au début du mois. Il reviendra nous embêter les 28 et 29 juin. Et peut-être encore un peu plus tard.

 

Sur le coup, vous ne sentez rien. Pas d'arbre déraciné, pas de tsunami. La première conséquence est l'apparition d'aurores boréales majestueuses sur nos pôles. Jusque là, pas de quoi fouetter un chat. Mais ça ne s'arrête pas là.

L'intensité de ces perturbations est parfois tellement importante que nos satellites peuvent morfler.

 

Ecoutez ce qu'a connu le Québec en 1989! Neuf heures sans électricité! © Michel Morin, Radio Canada

 

En 1989, une éruption solaire avait balancé le même genre de particules jusqu'au Canada, et les Québécois s'étaient retrouvés dans le noir pendant neuf heures. Et à l'époque, il n'y avait quasiment pas de téléphones portables ou d'Internet, les satellites n'étaient pas aussi importants qu'aujourd'hui. Imaginez le bazar si on débranchait aujourd'hui toutes nos antennes ! Positivons : vous redécouvririez vos bons vieux bouquins.

L'agence américaine se veut rassurante: ça n'a rien d'un cataclysme, mais les pépins informatiques risquent de se multiplier. Notre santé est à l'abri : l'atmosphère terrestre nous protège. Les spationautes ne peuvent pas en dire autant. Et Frédéric Pitout, astronome à l'IRAP (l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) à Toulouse, flippe sérieusement pour les locataires de la Station Spatiale Internationale :

Frédéric Pitout, astronome à l'IRAP, joint par Elise Thibaut, de la rédaction du Mouv' © Radio France

 

La Nasa explique que, cette fois, seule l'Europe de l'Ouest est concernée. Vous pouvez déjà réserver votre billet pour vous planquer aux Etats-Unis. Enfin, à condition qu'un volcan islandais ne cloue pas tous les avions au sol.

Ahlala la technologie, je vous jure !

 

Par Augustin Arrivé / le 12 juin 2013

Commentaires