Quand la BD se prend pour Fred et Jamy

Par Augustin Arrivé / le 16 mai 2016
Quand la BD se prend pour Fred et Jamy
Deux collections de BD lancées parallèlement proposent de décrypter les sciences pour ceux qui n'y connaissent rien. D'un côté "Sociorama", entièrement portée sur la sociologie. De l'autre "La petite bédéthèque des savoirs", qui explore autant la zoologie que l'astronomie ou les maths.

 

Avant, pour tout savoir sur un sujet précis et sans perdre trop de temps, il y avait les Que Sais-Je, collection de bouquins innombrables qui prenaient la poussière dans les CDI de nos collèges et lycées. On les a tous eus entre les mains, pour préparer un exposé ou réviser vite fait avant une interro. Entre nous, ce n'était quand même pas très fun. Aujourd'hui, il existe Sociorama (quatre volumes, chez Casterman) et La petite bédéthèque des savoirs (huit volumes, chez Le Lombard), et ce n'est quand même pas la même limonade.

 

Quelques uns des volumes de "La Petite Bédéthèque des Savoirs" © Le Lombard, 2016

 

Lancées quasi-simultanément en début d'année, les deux séries grandissent aujourd'hui avec de nouveaux titres et toujours le même concept: un spécialiste explique son sujet à un dessinateur qui le traduit en BD. Gros avantage : le dessinateur s'y connait à peu près autant que nous, il pose donc les bonnes questions pour que tout devienne compréhensible. Ainsi Marion Montaigne avec l'évolution de la robotique :

Je me dis que le lecteur est comme moi et qu'il a peut-être les mêmes clichés sur le sujet abordé.

Extrait de "L'intelligence artificielle", de Marion Montaigne et Jean-Noël Lafargue © Le Lombard, 2016

 

La dessinatrice se penchait sur la science avec son blog Tu mourras moins bête, mais travailler avec l'universitaire Jean-Noël Lafargue était un exercice différent. "On allait voir des gens très spécialisés pour leur poser des questions très spécialisées, mais je gardais toujours un référent pour m'expliquer si je ne comprenais pas."

De la même manière, l'excellent Julien Solé vous dira tout sur l'anatomie, l'alimentation ou les interactions sociales des requins. Il est aidé pour ça par le biologiste Bernard Séret, du Museum National d'histoire naturelle de Paris, qui lui ouvre les coulisses des laboratoires. On évacue les fantasmes et les mythes pour se concentrer sur la réalité de nos connaissances, bien loin des films hollywoodiens.

Si La petite bédéthèque des savoirs proposent un vrai travail à quatre mains, la technique de création de Sociorama n'est pas tout à fait la même. Le premier volume (La fabrique pornographique) part d'une enquête de Mathieu Trachman (Le travail pornographique, publiée en 2013) traduite en bande dessinée par Lisa Mandel. La dessinatrice crée un personnage, Howard, vigile en manque de thune, fil conducteur d'un récit qui explore toute l'industrie du porno.

 

Extrait de "La fabrique pornographique", de Lisa Mandel et Mathieu Trachman © Casterman, 2016


Les harceleurs de rue, l'exploitation des sans-papiers sur les chantiers, Sociorama est une collection engagée, politique, à l'image de Lisa Mandel, dont l'excellent travail sur la Jungle de Calais se poursuit sur le site du Monde. La petite bédéthèque est plus neutre, encyclopédique : passage en revue des films du Nouvel Hollywood ou exploration de l'univers... A vous de savoir de quoi vous avez envie. Vous mourrez moins bête, comme dirait Marion Montaigne.

 


Illustrations de couverture : La fabrique pornographique, de Lisa Mandel et Mathieu Trachman © Casterman, 2016 / L'univers, d'Hubert Reeves et Daniel Casanave © Le Lombard, 2016

Toute l'actu de la BD sur Mouv', c'est en cliquant ici !

 

Par Augustin Arrivé / le 16 mai 2016

Commentaires