Pourquoi Facebook a fait sauter la banque avec WhatsApp

Par Sébastien Sabiron / le 20 février 2014
Facebook fait sauter la banque pour WhatsApp
C'est le plus gros hold-up de l'histoire des réseaux sociaux. Facebook a fait main basse sur la messagerie instantanée WhatsApp. Le projet était connu, mais c'est le prix qui surprend : 19 milliards de dollars en numéraire et en actions.

Imaginez. Vous venez de vous faire embaucher dans une startup. Ambiance cool et branchée, pizza à midi et parties de ping-pong entre deux dossiers. Et puis un jour, Facebook rachète votre boîte. Comme tous vos collègues, vous touchez 345 millions de dollars (environ 251 millions d'euros) en actions. C'est ce qui vient d'arriver aux 55 salariés de WhatsApp.

Facebook et Whatsapp, un mariage à 19 milliards de dollars. Explications de Sébastien Sabiron :


Dans le détail, Facebook allongera 4 milliards de dollars en cash et 12 milliards en actions (ses propres titres), soit 16 milliards pour acheter WhatsApp. Les 3 milliards restants seront des primes en actions Facebook versés aux fondateurs et aux employés de l'entreprise.

Deux p'tits nouveaux au club des milliardaires

Encore inconnus du grand public, Brian Acton et Jan Koum, ex-employés de Yahoo, font leur entrée dans le club très fermé des milliardaires de la Silicon Valley. Les futurs créateurs de WhatsApp se rencontrent en 1997. Le premier embauche le second pour travailler sur les systèmes de sécurité chez Yahoo.

Brian Acton ( à gauche) et Jan Koum, riches comme Crésus / cc Flickr par Xavier Trias
  

Dix ans plus tard, ils quittent la boîte le même jour. Brian Acton envoie des CV chez Twitter et Facebook, sans succès. En 2009, Jan Koum dépose le nom de "WhatsApp", une messagerie instantanée sans pub pour smartphone. Brian Acton le rejoint neuf mois plus tard.

Plus fort que le SMS

Aujourd'hui, WhatsApp est devenu l'une des applis de messageries les plus populaires du moment (avec Viber et Snapchat, que Facebook aurait également tenté de racheter.) "En passe de connecter un milliard de personnes" selon les termes de Mark Zuckerberg himself, WhatsApp compte 450 millions d'utilisateurs mensuels et gagne plus d'un million d'abonnés par jour. Plus de 10 milliards de messages sont échangés quotidiennement, quasiment autant que le volume mondial de SMS selon Facebook.

Graphique fourni aux actionnaires de Facebook


Malgré cette croissance exponentielle, WhatsApp ne rapporte quasiment rien. L'appli est gratuite la première année, puis coûte 0,99 $ par an. Pour autant, Zuckerberg connaît la valeur de ce qu'il achète.

Elixir de jouvence

Très populaire auprès des jeunes, WhatsApp pourrait offrir une seconde jeunesse à Facebook, glorieux aîné des réseaux sociaux, qui souffre déjà d'une image un peu ringarde aux yeux des adolescents. Zuckerberg élimine une menace potentielle, WhatsApp ayant déjà dépassé son équivalent Facebook Messenger en nombre d'utilisateurs.

Au passage, Facebook s'offre une petite victoire face à Google. La firme de Montain View lorgnait aussi sur WhatsApp, mais son offre de rachat n'a pas abouti.

Une animation carrément trash, mais qui résume tout par TomoNews (en anglais)

Reste à savoir ce que Zuckerberg compte faire de son nouveau joujou. Pour l'instant, c'est encore un peu flou. Augmenter le prix de l'abonnement ? C'est une possibilité. Autoriser la pub ? No Way. Jan Koum y est catégoriquement opposé.

Ce qui est sûr c'est qu'à l'image d'Instagram (racheté par Facebook en 2012), WhatsApp conservera sa marque et restera totalement indépendante des applis et du site Facebook.

WhatsApp, un joli cadeau d'anniversaire pour Facebook, qui vient de fêter ses dix ans. On en parle ici.

Par Sébastien Sabiron / le 20 février 2014

Commentaires