Pokémon Go, le phénomène viral

Par Maël Chaumier / le 11 juillet 2016
Pokémon Go, un phénomène viral.
Pokémon Go, le jeu incontournable dont tout le monde parle actuellement en est déjà à son lot de surprises et d'anecdotes incroyables

Cela fait à peine une semaine que le jeu est sorti sur les plateformes de téléchargement mais il n'empêche que Pokémon Go est devenu en l'espace de quelques jours un outil indispensable à avoir sur son téléphone ou sa tablette.

Et pour cause, l'application vous permet de capturer des Pokémons dans la vraie vie ! Le jeu en réalité augmentée vous place dans la peau d'un jeune chasseur muni de sa "Pokédex" à la recherche de pokémons. Et il faut dire qu'avec ce jeu là, vous n'aurez pas le temps de vous reposer car tous les endroits sont bons pour trouver ces petites créatures! 

Pokémon Go © Pokémon go France

Comme en témoignent certains utilisateurs qui n'ont pas tardé à poster leur tableau de chasse sur le net, la chasse aux Pokémon peut parfois amener à des situations amusantes, cocasses voir carrément glauques. C'est le cas de ces joueurs, australiens de Darwin (dans le nord du pays), qui se sont retrouvés dans un commissariat.

Le jeu les y avait envoyés pour récupérer des pokéballs et des potions. La police a plutôt bien réagi à cette "invasion de gamers" (une dizaine) en postant un billet sur la page Facebook du commissariat:

Message Facebook de la police australienne / Capture d'écran Facebook

Pour tous les dresseurs de Pokémons, le poste de police de Darwin est effectivement un PokéStop, mais veuillez noter que vous n'avez pas besoin de rentrer à l'intérieur pour obtenir vos Pokéballs. C'est aussi une bonne idée de lever le nez de votre téléphone avant de traverser la rue. Le Sabelette n'ira nulle part ! Restez vigilants et capturez les tous !


 

Poké-accouchement

Encore plus fort : lors de l'accouchement de sa femme, le jeune texan Jonathan Theriot a lancé l'application Pokémon Go en attendant que sa compagne subisse une césarienne. Stupeur: un Roucool venait d'apparaitre sur le lit.

Par Maël Chaumier / le 11 juillet 2016

Commentaires