Poilues et fières de l'être

Par Marie Moglia / le 18 juillet 2014
Un Tumblr pour revendiquer le poil aux jambes
Vous pensez que la tendance est aux jambes imberbes et soyeuses ? Que nenni ! Certaines ont décidé de faire fi des impératifs de beauté qu'impose notre société et son culte du lisse. The Hairy Legs Club (en français, le club des jambes poilues), c'est un Tumblr qui revendique une féminité "au naturel" et décomplexée.

Depuis quelques années maintenant, la publicité rabâche aux femmes que pour être féminines, elles doivent se débarrasser de leurs poils aux jambes. Une histoire de déesse qui sommeille en chacune d'elle, un peu comme le génie dans sa lanterne.

 

Est-ce à dire que pour être féminine, il ne faut surtout pas être poilue ? Que l'absence de pilosité est une condition intrasèque à la beauté ? Une chose est sûre, le poil dérange. Pourtant certaines nanas ont décidé de rayer bande de cire, rasoirs et autres crèmes épilatoires de leur trousse de toilette. Elles revendiquent leur choix sur un Tumblr : The Hairy Legs CLub.

Des filles au poil!

Au menu : des jambes, des poils, des jambes, des poils et encore des poils. Le but, c'est d'encourager les femmes à afficher des clichés de leurs gambettes poilues, agrémentés de commentaires positifs. L'initiative a été très bien reçue puisque le Tumblr a reçu des centaines de posts de demoiselles qui veulent aller à l'encontre des images de corps parfaits que véhiculent les magazines et la publicité. Exemple :

"I'm just a girly girl..." / "Je suis juste une fille féminine"

 

La démarche s'inscrit dans la suite de plusieurs initiatives qui fleurissent sur le Net depuis plusieurs mois pour promouvoir la beauté d'un corps féminin au naturel. Et surtout réaliste. Cité par The Independent, il existe aussi le blog de Sarah, Very Hairy Legs:

This blog is dedicated to the females with very hairy legs.


"Ce blog est dédié aux femmes avec des jambes très poilues."

Là encore, les réactions sont très positives. Qu'elles viennent de la part de celles qui sont concernées ou pas, comme le montre ce commentaire d'une internaute anonyme:

I just wanted to let you know that your blog is awesome! Personally, I shave my legs each day because I just prefer the feel of smooth shins, but I never cease to admire how cool you all are for going against the norm because you like what you like.


"Je voulais que vous sachiez que je trouve votre blog génial ! Personnellement, je me rase les jambes tous les jours, parce que je préfère la sensation des jambes douces. Mais je ne cesserai jamais d'admirer combien vous êtes toutes si cool d'aller contre la norme parce que vous aimez ce que vous êtes."

Le complexe du poil

De nos jours, la tendance est à la netteté et au lisse, comme l'explique l'anthropologue Christian Bromberger, dans une Note sur les dégoûts pileux :

[Cette tendance] s’exprime à travers la répulsion féminine – et de plus en plus masculine – pour les poils corporels qui connotent le dru, la sauvagerie, la puanteur.


 

Le poil, c'est une histoire de civilisation. Or toutes les sociétés ne sont pas dégoûtées du poil, comme l'explique encore Christian Bromberger :

Historiquement, un net contraste oppose les mondes chrétien et musulman. Le christianisme a prôné le respect de la nature créée par Dieu, les poils ayant en outre pour vertu de cacher les « parties honteuses », tandis que l’épilation du pubis et des aisselles est la norme, pour les deux sexes, dans les sociétés islamiques, les poils qui retiennent les sécrétions (le sang, l’urine, les matières fécales) étant considérés comme impurs.


 

Le poil laisse tout de même confus, parce que c'est un marqueur visuel et symbolique, qui dépasse le simple phénomène de mode : il marque le genre, l'esthétisme et dénote aussi une forte puissance érotique. Le poil interroge. Alors faut-il tout enlever ou, au contraire tout garder ? Poilue ou pas poilue, l'essentiel c'est d'assumer

 


 

(via The Independent)

Par Marie Moglia / le 18 juillet 2014

Commentaires