Pixar, de la suite dans les idées

/ le 10 juillet 2013
Pixar, de la suite dans les idées
Bob et Sulli sont de retour au cinéma dans "Monstres Academy". Le film raconte la jeunesse des gentils monstres de Pixar. Un prequel au milieu des nombreuses suites produites par les studios d'animation. Pour le meilleur et parfois pour le pire.

 

Monstres Academy, prequel parmi les sequels, écoutez le reportage de Sébastien Sabiron :


On les avait laissés il y a douze ans, dans la chambre de Bouh, la gamine dont ils s'étaient entichés. Jacques Sullivan dit Sulli et Robert Razowski dit Bob, le grand bleu poilu et le petit cyclope vert rapportaient près de 550 millions de dollars aux studios Disney. On les retrouve aujourd'hui en apprentis "terreurs d'élite" et ça dépote.

 

Encore plus de monstres, davantage de gags, Jamel Debbouze et Catherine Deneuve parmi les voix françaises, ce nouvel opus promet de terroriser le box-office. Il retrace la rencontre entre les deux compères, sur les bancs de l'université des monstres. L'un et l'autre tentent d'intégrer la fraternité la plus en vue du campus. Sans succès.

A gauche : Catherine Deneuve / A droite : Jamel Debbouze © Disney Pixar 

 

Longtemps, Pixar a refusé de se soumettre au régime des franchises, son co-fondateur John Lasseter estimant qu'une idée originale vaut toujours mieux que du réchauffé. Sous la pression de son nouveau propriétaire Disney, le studio sort pourtant Toy Story 2 en 2008.

Initialement destinée au marché de la vidéo, la suite des aventures de Woody et Buzz l'Eclair explose les recettes de l'original. Toy Story 3 fera encore mieux, à ce jour le plus grand succès de Pixar au cinéma.

 

Depuis, le studio alterne franchises et projets originaux avec une régularité de métronome. Hormis la déception Cars 2 en 2011, le succès est toujours au rendez-vous. Même chose du côté de Dreamworks qui place les trois suites de Shrek au sommet de son podium.

Des sequels qui laissent des séquelles

Dans le genre "j'te torche une suite vite fait bien fait", Disney fait figure de précurseur. Sous prétexte de vouloir rendre hommage aux grands classiques de son catalogue, la firme met sur pied des suites ou des remakes cheap qui ont rarement les faveurs d'une sortie ciné.

En 1994, Le Retour de Jafar aura pour seul mérite de permettre aux parents de calmer leur progéniture en les plantant devant le magnétoscope. 

 

Mal fagotées, mal dessinées, mal animées, ces productions bas de gamme ont sans doute amorcé le déclin de Disney dans les années 2000. Le géant enchaine les suites fadasses (Peter Pan 2, Le livre de la Jungle 2) et des projets originaux très éloignés de la magie des débuts (Kuzco, La ferme se rebelle, Bienvenue chez les robinsons.)

Il faudra attendre 2006 et l'arrivée aux commandes de John Lasseter (co-fondateur de Pixar) pour que Disney renoue avec le succès. La décennie noire se referme avec Raiponce, qui allie 2D et 3D dans la plus pure tradition de l'esprit Disney. Et devinez-quoi ? La suite est sortie l'an dernier. C'est un court métrage de 6 minutes à voir ci dessous, en attendant Le monde de Dory, spin-off du Monde de Némo, prévu en 2015.

 

Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron

 

/ le 10 juillet 2013

Commentaires