Philo, la première plantade de la semaine

/ le 17 juin 2013
Philo, la première plantade de la semaine
Et voilà ! Ca commence: on a déjà rendu copie blanche ! Ah ça ! Il faisait la tronche, le pion, quand on lui a ramené notre feuille au bout de l'heure de présence règlementaire. Mais vous avez vu les sujets qu'on s'est payé aussi ?

 

Les sujets de la série S

 

Le travail permet-il de prendre conscience de soi?


 

Probablement. Mais nous qui n'avons rien foutu depuis quinze jours, on prend aussi bien conscience de nos lacunes ce matin à la lecture de ce sujet du bac S. L'impasse totale, on la paye cash dès le premier jour des épreuves. Nous ne sommes rien, nous en avons conscience.

L'affirmer comme ça, de but en blanc, peut sembler amoral. Et pourtant on ne pourra pas nous reprocher de ne pas nous intéresser à la politique sur le Mouv'. Ce matin encore, on en parlait dans le 8/9, avec Jean-Marie Cavada, à propos de l'utilité de l'audiovisuel public. C'est pourquoi à l'autre sujet proposé aux candidats de la série scientifique ("Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique?"), nous répondons par cette autre esquive: en tout cas, on peut être vicieusement amoral tout en touchant de près la chose politique. Mais on ne répond pas vraiment à la question.

 

Les sujets de la série ES

 

Aux aspirants économistes, l'Education Nationale demande si "à défaut de connaître, on interprète". A cela, nous n'avons pas à chercher bien loin nos références pour répondre un OUI massif et en lettre capitales. La chronique "A plein tube" d'Augustin Arrivé en est l'exemple parfait: Augustin ne connait rien à rien, et ça ne l'empêche pas de traduire sans vergogne des tubes de Dylan.

Seulement, et là nous sommes embêtés, l'autre sujet de la série économique et sociale était "que devons-nous à l'Etat?". En tant qu'employés du public, nous aurions tendance à répondre que nous lui devons déjà notre métier. Alors ne répétons pas trop fort que nous n'y connaissons rien à rien. Ca ferait mauvais genre. Du coup, là encore, nous préférons ne pas répondre à la question.

 

Les sujets de la série L

 

On espère se rattraper avec la série littéraire. La philo, c'est coef 7, on a intérêt à ne pas trop se planter. Et là, c'est le drame:

la science se limite-t-elle à constater les faits ?


 

Pour mémoire, nous vous rappelons que notre caution scientifique, sur le Mouv', s'appelle CO3. Dorothée, Swan et Axel constatent à longueur de chroniques. Mais ils vulgarisent également, et c'est aussi beaucoup de travail. Sans certitude, nous pensons donc que la bonne réponse est "non".

Sauf que l'autre sujet proposé aux élèves de L, c'est "Le langage n'est-il qu'un outil? ". Ce qui nous fait douter, forcément. La vulgarisation ne serait donc qu'un outil pour constater les faits ? Nous ne pouvons pas trancher comme ça, sans consultation, sans sondage. Nous préférons ne froisser personne et rendre copie blanche.

Ce baccalauréat 2013 commence bien.

 

La prochaine fois, on demandera à nos philosophes maison, Gilles Vervisch et Thibaut de Saint-Maurice, de passer l'épreuve pour nous. Ce sera plus prudent.

/ le 17 juin 2013

Commentaires