Petite encyclopédie du couvre-chef dans le rap français

Par Genono / le 14 novembre 2016
Petite encyclopédie du couvre-chef dans le rap français
Du béret à la snapback, en passant le bandana, bob et autres, le chapeau a toujours été plus qu'un simple accessoire de mode pour les rappeurs français. ..

Le béret de Niro, la casquette vissée sur le regard de Booba, le chapeau de pêcheur de Billy Joe, le bonnet de Lino, sans oublier le fameux bob de Gradur... Le couvre-chef, quelque soit sa forme et son style, a la faculté particulière de permettre au rappeur de se démarquer assez facilement de ses compères en termes de style. Il permet aussi de donner une repère visuel facile pour situer une époque ou un sous-genre : de la casquette à l’envers caricaturale des années 90 aux bandanas représentatifs du style westeux, en passant par la grande période des casquettes Lacoste, le couvre-chef est, dans le rap français, bien plus qu’un détail vestimentaire anodin

 

Le bob

« Vas-y suce mon flow, vas-y suce mon bob, vas-y suce mon équipe » (Gradur, #Lhommeaubob)

Porté par : Joeystarr, Gradur, Lacraps, Jul, Genono, Ministère Amer

Tombé en désuétude depuis la grande époque médiatique de Joeystarr fin 90’s/début 2000’s, le bob a fait son grand retour en 2014 avec Gradur, qui en a fait son principal signe distinctif, au point d’appeler son premier album « L’homme au bob ». Redevenu un accessoire à la mode, on le retrouve aussi bien sur le crane d’un Lacraps que sur celui d’un Jul –autant dire qu’il touche toutes les sphères du rap. Idéal en plein été ou sur la plage, il est aussi très pratique quand il s’agit de mettre un coup de pression à des chroniqueurs envahissants.


Le béret-casquette, dit béret.

« Du pain, du vin, du boursin et un béret » (Sniper, Mentalité Française)

Porté par :  Niro, La Rumeur, Escobar Macson, Samat, Alkpote, Genono, Guizmo, Kaaris il y a grave longtemps, Joe Lucazz, Seth Gueko, Joeystarr et d’autres

Malgré une image vieillotte véhiculée par les vieux films avec Belmondo, le béret a toujours trouvé sa place au sein du rap français. Devenu le signe distinctif particulier de Niro, il était déjà porté par Joeystarr au début des années 90, et reste indémodable, comme le prouvent les derniers clips de Samat ou d’Escobar Macson. De manière générale, on constate que la tendance touche plutôt des mecs que l’on qualifierait d’anciens, comme Ekoué ou Joe Lucazz, et que le béret s’accorde avec à peu près tous les styles. On compte clairement sur Niro pour organiser un grand morceau à thème autour du béret, en featuring avec les noms cités plus haut.  

 

La casquette

« J'suis un rat qui fait du R.A.P., sponso' par New Era » (Booba, DUC)
« Tricar c
omme ma ganache et ma casquette dans les fanzines » (Salif, Tricar)

La plus simple et la plus répandue des coiffes, évidemment. Concernant la casquette, deux écoles s’affrontent, voire même deux époques :

  • La fitted, puis snapback

Portée par : Booba, Rohff, Salif, Kaaris, La Fouine, Sefyu, DJ Weedim, et les trois quarts du rap français.

La grande classique du rap français : large, à l’américaine, avec visière plate. Difficile de trouver un seul rappeur ne l’ayant pas portée au moins une fois, à l’endroit, à l’envers, sur le côté, sur le haut du crâne ou enfoncée sur les yeux, bien que selon Kaaris, la casquette trop basse fasse désormais partie du passé.

 

  • La casquette classique

Porté par : Lunatic, donc, mais aussi LIM, la MZ, Georgio, Alkpote, Alpha Wann, Lacraps...

La casquette plus classique, généralement frappée du logo en forme de joueur de polo ou d’alligator, très à la mode en France à la fin des années 90 et au début des années 2000. Indispensable pour compléter la panoplie de n’importe quel rappeur estampillé street de l’époque –Lunatic, LIM, Alkpote-, elle est toujours portée par des mecs plutôt axés rap français à l’ancienne, et plus influencés par Time Bomb que par Young Thug. Ceci dit, un mix entre le look de Young Thug et celui de LIM serait plutôt farfelu mais pourquoi pas ?

 

Le chapeau

« Chapeau d'paille, chapeau d'paille, pétard à la bouche, pétard à la bouche » (Jul, Chapeau de Paille)
« Les faiseurs d'illusions sortent des lapins morts de leurs chapeaux » (Lucio Bukowski, Les faiseurs …) 

Porté par : Oxmo Puccino, Soprano, Niro, Genono, Zoxea, Le Bavar, Zekwe, Lalcko, Alkpote, Billy Joe, Jul, Booba 

Là encore, plusieurs écoles, du chapeau très classe idéal pour accompagner un costume et une chemise, au chapeau de paille façon Luffy, presque folklorique. Et le chapeau ne se porte pas que chez les messieurs. Les filles du rap ont longtemps hésité avant d’assumer leur féminité, et par conséquent, les rappeuses françaises se sont contentées, pendant des années, de porter la casquette de bonhomme, voire la capuche, que n’a d’ailleurs toujours pas été quittée par Casey. De nos jours, la féminité des rappeuses est assumée -voire hyper-assumée- comme le prouve par exemple Moon’A avec son chapeau de prima donna.

 

 

Le cas Ärsenik

« Froc ras les couilles, et une casquette vissée sur mon crâne » (Arsenik, ils m’appellent)

Porté par : Bah, Lino et Calbo, du coup, ainsi que Momo

Précurseurs d’une tendance récente des rappeurs à servir d’égéries mode, Ärsenik a longtemps été le symbole absolu du lien unissant Lacoste et le rap français –voire, de manière plus large, Lacoste et la jeunesse des cités. En plus des habituels survêtements, pulls, blousons et chemises, les deux frangins ont longtemps porté casquettes et bobs de la célèbre marque au crocodile, notamment sur les deux covers de leurs deux premiers albums, Quelques gouttes suffisent et Quelque chose a survécu. Même pose, même canapé, même bob pour Lino, même casquette pour Calbo. Un peu plus récemment, Lino est devenu inséparable de son bonnet, qu’il ne quitte plus, même en interview, bien qu’il s’autorise quelques aventures avec un bob ou un chapeau haut-de-forme de temps à autre.

 

Le bandana

« Baissez les casquettes, dégainez les bandanas » (Grodash, Bandana Muzik)
« Cherche la baraka d'Allah derrière un voile ou un bandana, banane » (Médine, D’arobase à zéro)

Porté par : Rohff, Booba, Joeystarr, Alpha 5.20, Stomy Bugsy, mais surtout toute la scène westeuse

Personne n’a jamais vraiment compris pourquoi le bandana, cet accessoire longtemps associé à la scène rock, avait été récupéré par le rap pour en devenir un symbole vestimentaire important, mais dans le fond, peu importe. Porté sur tout le crane, sous forme de bandeau, sous une casquette, ou autour du cou, il reste aujourd’hui dans les mémoires comme l’accessoire ultime de tout cosplay de Tupac. Attention tout de même à la manière dont vous le portez : disposé dans la poche arrière du jean, il correspondait, dans les années 70 à un signe d’appartenance à la communauté homosexuelle, avec des codes très précis selon les couleurs. Ceci dit, on attend toujours le premier coming-out dans le milieu du rap français, et ce serait une manière aussi subtile qu’inventive de le faire.

La chapka

« Ce soir je perds mon sang-froid, j'ai le cœur qui chauffe comme la tête sous la chapka » (Mac Tyer, Rap Game)
« 
Y’a un tas d’cartons, d’objets désuets dans l’cagibi, et une chapka du KGB » (Lucio Bukowski, Testament)

Portée par : Mister you, Nessbeal, Zekwe

Vous ne le savez peut-être pas, mais en russe, chapka signifie juste « chapeau ». Ce qu’on appelle en France la chapka, cette espèce de bonnet aux oreilles tombantes, s’appelle en réalité l’ouchanka, et en Russie, le fait de se couvrir les oreilles avec les pans latéraux est vu comme une pratique peu virile. Une leçon bien comprise par Booba, mais pas forcément par le reste du rap français. Bon, il faut avouer qu’étant donné que personne n’ose en porter, il n’y a pas vraiment de règle, et d’ailleurs Mister You le prouve dans le clip de Quand on était petits, avec une fabuleuse combinaison chapka / t-shirt à manches courtes.

 

La cagoule 

« J'suis une grosse cagoule, t'es un gros bonnet » (Sofiane, #JesuispasséchezSo 6)
« Deux trous sur l'bonnet : une cagoule » (Niska, Midi Minuit)

Portée par : Siboy, Kalash Criminel, Kino, Mjnoon, ainsi que plein de mecs qui ont scénarisé des braquos dans leurs clips.

Tout aussi pratique pour protéger ses oreilles du froid, la cagoule présente en plus l’avantage, pour nos amis rappeurs, de préserver leur vie privée, en ne dévoilant rien de leur visage. Moins pratique, cependant, quand il s’agit d’aller faire les courses à l’épicerie du coin ou d’aller faire un retrait à la banque.

Pour finir sur une note ludique, essayez de deviner qui est sur cette photo :

 

 


Crédit photo : YouTube

+ de Rap Français sur Mouv'  

Par Genono / le 14 novembre 2016

Commentaires