Paye ton projet : hackers dans la cité arabe

/ le 26 mars 2013
Paye ton projet : hackers dans la cité arabe
Avec Paye ton projet, LeMouv.fr se penche sur des projets créatifs prometteurs qui ont besoin de vous ! Grâce aux plateformes de financement participatif, vous pouvez les soutenir, et on vous dit pourquoi. Aujourd'hui, un webdocumentaire s'intéresse aux hackers des pays arabes.

 

Projet du jour : financer le webdocumentaire Les Hackers dans la Cité arabe.

Qui est derrière ? Sabine Blanc et Ophelia Noor, ex-journalistes d'Owni.fr.

L'objectif : récolter 12 000 euros avant le 11 avril 2013 via le site Kiss Kiss Bank Bank.

Pour un média, il y a deux façons de s'adonner au péché mignon du copinage. On peut tenter la méthode discrète, genre "hop, entre deux sujets, on espère que ça ne se remarque pas trop" - c'est un coup à se faire basher par Arrêts sur Image ou Acrimed. A l'opposé, la méthode américaine dite du "who gives a fuck ?" (on s'en fout) consiste à y verser sans retenue ni honte (cf. la une de Libé sur le bouquin cochon de la mère Iacub). Là aussi, c'est un coup à se faire taper dessus par Acrimed, mais au moins personne ne pourra pas vous reprocher votre transparence.

Sans transition, optons pour la seconde méthode et parlons donc aujourd'hui de Hackers dans la cité arabe, un projet de webdocumentaire porté par les très motivées Ophelia Noor et Sabine Blanc, deux anciennes collègues du chef du site que vous lisez actuellement, par ailleurs toutes deux citées fréquemment dans un récent et très recommandable ouvrage sur les hackers écrit par une autre camarade du Mouv'.

Co-co-co-combo, vous étiez prévenus.

 

 

Mais revenons à nos hackers. Plutôt que d'aller filmer du geek franchouillard s'échiner à faire des DDOS contre le site de la Hadopi, Noor et Blanc s'intéressent, comme le titre du projet l'indique, à ces bidouilleurs informatiques "de Beyrouth à Baghdad en passant par Tunis,Le Caire, l’Algérie et le Maroc". Soit des pays ayant récemment connu la guerre ou la révolution, ou qui pourraient être amenés à y goûter sous peu.

Sur la fiche Kiss Kiss Bank Bank du projet, le duo plante ainsi le décor de leur réflexion: "sur les ruines des dictatures et des guerres fratricides, des hommes et des femmes tentent d’apporter leur pierre à la reconstruction de leur pays. Système politique, éducatif, infrastructures, tissu économique de demain, les chantiers sont à la mesure de leur curiosité inlassable."

Un blog régulièrement alimenté fait office de making of en temps réel du webdoc, attendu pour juin prochain. On peut y suivre l'avancée de leurs rencontres, à travers interviews écrits ou audio. Le webdoc s'annonce d'ores et déjà comme le complément idéal de l'ebook Hackers, bâtisseurs depuis 1959 écrit par les deux journalistes l'an dernier.

Notons enfin que parmi les contreparties réservées aux internautes donateurs (frais de transport et post-prod oblige, l'objectif est fixé à 12 000 euros), les plus généreux – à partir de 250 euros- verront "le site de votre choix défacé par le hacker de votre choix". Ambiance scandale, danse de vandales.

 

> Découvrir le projet sur Kiss Kiss Bank Bank

> Toutes les chroniques Paye ton Projet

Alexandre Hervaud

/ le 26 mars 2013

Commentaires