Paye Tes Projets : danse de jeunes, godes en bois et donjons drôles

/ le 06 novembre 2013
Paye Tes Projets : danse de jeunes, godes en bois et donjons drôles
Paye ton projet se penche sur des projets créatifs prometteurs ! Grâce aux plateformes de financement participatif, vous pouvez les soutenir, et on vous dit pourquoi. Aujourd'hui, focus sur des projets de documentaire émouvant, de sextoys boisés et de série d'animation décalée.

 

Projet 1 : Five Days To Dance

 

Des chorégraphes débarquent à l'improviste dans une école, et invitent les élèves à monter un spectacle de danse en 5 jours, sous l'objectif de caméras pour un documentaire.

Qui est derrière ? La société de production espagnole Suica Films basée à Valence.

L'objectif : récolter 10000 euros avant le 30/11/2013 via Ulule.

D'aucuns pensent que les sites de crowdfunding créés et basés en France concernent uniquement les projets franchouillards ou, dans le même ordre d'idée, que seuls les initiatives américaines ont droit de citer sur Kickstarter. Il n'en est rien, la preuve avec le projet Five Days To Dance à soutenir sur Ulule, mais entièrement lancé depuis l'Espagne – ce qui explique au passage le caractère aléatoire, niveau syntaxe, du texte français de présentation, à l'image de ce boiteux «la danse exige ces jeunes à rompre leurs rôles sociaux au moment même de leur vie où ils son en train de s’implanter» (sic).

 

On chipote bien sûr car s'il y a bien une discipline n'ayant guère besoin de traduction, c'est clairement la danse. Les chorégraphes Wilfried Van Poppel (un hollandais sosie de Jeremy Irons) et Amaya Lubeigt (une basque) proposent à des collégiens n'ayant jamais dansé de monter, en une semaine, un spectacle. Les réalisateurs Rafael Molés Vilar et José Andreu Ibarra ont décidé voilà un an d'immortaliser cette expérimentation artistique. Ils ont suivi Van Poppel et Lubeigt dans plusieurs établissements scolaires, comme ci-dessous dans la ville allemande de Brême :

 

À l'heure où l'audiovisuel journalistique comme artistique espagnol sombre de plus en plus dans une mouise infernale –un reportage du Mouv' l'illustrait encore cette semaine- ce projet fédérateur a de quoi réjouir. Bonne nouvelle : à près d'un mois de sa deadline, la moitié de l'objectif (prévu pour la post-production du docu) a été atteint.

 

 

Projet 2 : Dee Lee Doo, des godemichés en bois

 

Un bien beau projet d'artisanat dont ne parlera jamais le JT de Jean-Pierre Pernault.

Qui est derrière ? Iris Trstenjak, une designer spécialisée dans le bois originaire de Slovénie.

L'objectif : récolter 10000 dollars avant le 02/12/2013 via Indiegogo.

Que savons-nous vraiment de la Slovénie, nous autres pékins français lambda qui avons déjà du mal à situer Bourg-en-Bresse sur une carte de l'hexagone? Pas grand chose, avouez. Pourtant, ce petit pays de 2 millions d'habitants bordé par la mer Adriatique, l’Italie, l’Autriche, la Hongrie et la Croatie (merci Wikipedia) cache des ressources insoupçonnées, notamment en matière de forêts, qui couvrent quasiment 60% du territoire. L'économie sylvicole du pays est donc fort importante, et le projet qu'on a repéré sur Indiegogo en est la preuve puisqu'il consiste à soutenir la production de godemichés en bois.

Derrière ce projet, joliment baptisé Dee Lee Doo (en référence au terme dildo, donc), on trouve Iris Trstenjak, une «wood designer» basée à Maribor, la deuxième plus grande ville du pays après la capitale Ljubljana. Elle n'est bien entendu pas la première à se lancer dans une production de ce type -rappelez vous, d'ailleurs, on vous avait parlé ici même d'un site spécialisé dans le test de sextoys féminins- mais le soin porté à son produit fait plaisir (hi hi), à en juger par cette vidéo de démonstration :

 

 

La fiche du projet sur Indiegogo permet d'admirer les différents modèles imaginée par Iris qui précise quelques précautions d'usage : «après usage, rincez simplement le gode avec de l'eau et faites le sécher. Avec du soin et une maintenance régulière, le bois peut durer éternellement». Sauf si votre abruti de petit copain est en galère de petits bois pour allumer le feu, bien sûr.

 

 

Projet 3 : Le Donjon de Naheulbeuk, la série d'animation

 

Le feuilleton mp3 d'heroic-fantasy culte bientôt adapté pour le petit écran.

Qui est derrière ? La société Nomad Films, le créateur de l'univers John Lang et la dessinatrice de BD Marion Poinsot.

L'objectif : récolter 95000 euros avant le 11/12/2013 via MyMajorCompany.

Au début des années 2000, une époque où ni YouTube ni Dailymotion n'existait et où les débits du net étaient plus bas que hauts, on pouvait quand même se fendre la poire avec un modem : il suffisait d'écouter la géniale saga mp3 Le Donjon de Naheulbeuk créé par PoC (pour Pen of Chaos, alias John Lang).

Adaptée depuis 2005 en albums BD qui se vendent comme des petits pains, le Donjon se prépare désormais à envahir le petit écran via une série d'animation (52 épisodes de 7 minutes) à soutenir sur MyMajorCompany.

La vidéo suivante donne un bel aperçu de la motivation de ses créateurs :

 

On reviendra sur ce projet plus en détail dans la matinale du Mouv' vendredi matin vers 8h20, puis dans la foulée sur le site du Mouv'.

 

> Toutes les chroniques Paye Ton Projet

Alexandre Hervaud

/ le 06 novembre 2013

Commentaires