Paye Tes Projets : presse satirique, bougies félines, et supermarché collaboratif

/ le 30 octobre 2013
Paye ton projet se penche sur des projets créatifs prometteurs ! Grâce aux plateformes de financement participatif, vous pouvez les soutenir. Aujourd'hui, focus sur un média local en résistance, des chats en cire et un futur grand magasin parisien pas comme les autres.

 

Projet 1 : Le Ravi, journal satirique

 

La diversité de la presse locale, surtout face aux grands groupes, ça a un coût...

Qui est derrière ? L'association la Tchatche derrière le mensuel satirique Le Ravi.

L'objectif : récolter 30000 euros avant le 20/12/2013 via «Couscous Bang Bang».

Depuis 10 ans, le citoyen de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur souhaitant s'informer autrement qu'avec les titres de presse locale du groupe Hersant (La Provence désormais sous la coupe de Bernard Tapie, Nice Matin en mauvaise posture, etc.) a une alternative : le Ravi, un mensuel dont la ligne se résume à la formule «enquête et satire en PACA».

Tiré à 5000 exemples et conçu avec des moyens modestes, le Ravi co-signe certaines enquêtes avec d'autres médias (comme la revue Regards ou le site Mediapart) et collabore une fois par mois avec Radio Grenouille, une station basée à Marseille, le temps d'une émission politique. Dans un contexte de crise de la presse (et de crise tout court), tout ceci a un coût, et les lecteurs du mag sont invités à mettre la main à la poche via une initiative originale : le Couscous Bang Bang, gentille parodie (à usage unique) de Kiss Kiss Bank Bank qui entend récolter avant la fin de l'année 30000 euros pour continuer dans de bonnes conditions.

A titre d'exemple, voici la une du numéro d'octobre :

 

 

Dans ce dernier numéro, les lecteurs ont par ailleurs trouvé quatre pages totalement blanches, avec pour unique message inscrit : «pour que toutes les pages du ravi ne deviennent pas blanches, financez notre indépendance !». Gérée par une association (La Tchatche), le Ravi compte sur cette opération pour notamment pérenniser sept postes de salariés, dont six journalistes. Saluons au passage la transparence sur les coûts de production (plus que réduits...) affichés par le site.

La fiche du projet cite également d'autres raisons pour justifier un tel recours : «une banque plus pointilleuse sur les découverts, un système de diffusion de la presse qui implose, des institutions pas toujours empressées de défendre le pluralisme, des aides à l’emploi non renouvelées, un élu qui nous attaque en diffamation».

Sur Facebook, le Ravi a publié divers visuels pour teaser cette récolte, comme les deux ci-dessous sur fond de récentes primaires socialistes à Marseille :


On imagine sans peine que d'autres journaux locaux satiriques, ces «Canards Enchaînés du terroir» salvateurs face aux grands groupes de presse régionale, pourront s'inspirer du modèle du Ravi. Pour tout dire, on ne serait pas étonnés de voir prochainement débarquer des Kouglofstarter et autres Kouign-amann Bang Bang...

 

 

Projet 2 : Kysa, la bougie-chat à squelette

 

Et si en brûlant votre bougie à forme de chaton, vous découvriez un squelette métallique ?

Qui est derrière ? La designer Thorunn Arnadottir et le fabricant Dan Koval, deux islandais derrière la marque PyroPet.

L'objectif : récolter 40000 dollars avant le 22/11/2013 via Kickstarter.

La semaine dernière, on vous causait ici même d'un projet vaguement hippy de village perché dans les arbres d'une forêt de la Creuse. Preuve de la souplesse légendaire de cette chronique, c'est désormais vers le design islandais qu'on se tourne désormais dans un grand écart qui brûle un peu les cuisses.

Le projet en question, Kysa (en islandais, ça veut dire «minou»), sera le premier produit de la nouvelle marque PyroPet. Le concept : proposer des bougies en formes d'animaux composé d'un squelette métallique autour de la cire, dévoilant ainsi une ossature de ferraille au fur et à mesure que la bougie se consume.

La vidéo ci-dessous illustre fort bien le principe  :

 

 

C'est mimi et flippant à la fois – les hipsters de Vice n'ont d'ailleurs pas pu s'empêcher d'en parler dans un article joliment titré «Pour Halloween, brûlez un chaton». On peut y lire un entretien avec Thorunn Arnadottir, la designer derrière ce projet, qui explique sa réflexion autour du projet : «la forme d'un chandelle est logique, sa forme permet d'éclairer. Mais l'utilité des bougies aux formes plus travaillées m'a toujours intrigué, pourquoi en faire des formes élaborées puisqu'elles finiront toutes déformées et bizarres quand elles seront utilisées ? J'y ai vu une piste pour tirer quelque chose de plus de cette expérience». Ainsi est née le projet PyroPet qui a d'ores et déjà atteint son objectif Kickstater de 40000 dollars.

Signalons qu'il reste encore des exemplaires disponibles à partir de 29 dollars de dons, mais pour une livraison en France, il vous en coûtera le double en frais de port !

 

Projet 3 : Le Supermarché Collaboratif de la Louve

 

Adaptation parisienne d'un concept qui cartonne à Brooklyn : un supermarché aux produits bons mais pas trop chers, et où il faut donner de son temps pour pouvoir s'y approvisionner.

Qui est derrière ? Deux américains basés à Paris et familiers du concept, Tom Boothe et Brian Horihan.

L'objectif : récolter 32000 euros avant le 05/12/2013 via Kiss Kiss Bank Bank.

 

En gestation depuis 2010, la Louve est le projet de deux américains, Tom et Brian, cinéastes et fin gourmets basés à Paris – oui, c'est du 11 sur l'échelle de bobititude qui s'arrête pourtant à 10- qui comptent adapter au 18ème arrondissement de la capitale un concept qui fonctionne à Brooklyn (depuis 1973!) : le supermarché collaboratif.

Le concept : afin de pouvoir proposer des produits frais, bons mais accessibles, le supermarché réduira ses coûts de main d'oeuvre en invitant ses propres clients à donner de leurs temps chaque mois pour y travailler.

La vidéo qui suit permet de mieux capter les enjeux, si tant est que vous puissiez comprendre le fort accent du narrateur :

 

On reparlera plus en détail de la Louve dans la matinale du Mouv' vendredi matin vers 8h20, puis dans la foulée sur le site du Mouv'.

 

> Toutes les chroniques Paye Ton Projet

Alexandre Hervaud

/ le 30 octobre 2013

Commentaires