On surveille aussi les internautes anglais

Par Augustin Arrivé / le 27 février 2014
On surveille aussi les internautes anglais
Le scandale risque de faire grand bruit : les services de renseignements britanniques ont mis en place, pendant au moins quatre ans, un vaste programme de surveillance des internautes. Aidés par la NSA, ils prenaient la main sur des millions de webcams.

 

Ca donne comme une impression de déjà-vu. Le magazine britannique The Guardian révèle ce jeudi l'existence d'un programme de surveillance massive des internautes du Royaume Uni. L'information vient de documents fournis par Edward Snowden. L'agence de surveillance des télécommunications, le très officiel GCHQ, sensée s'occuper de lutter contre les menaces terroristes ou les attaques étrangères, semble avoir largement outrepassé ses prérogatives.

 

 

Dans le cadre d'une opération secrète, baptisée Optic Nerve, les espions ont récolté les images de plusieurs millions de webcams (1,8 millions rien que dans les six premiers mois). Des caméras utilisées pendant les séances de chat sur Yahoo. Le GCHQ piochait automatiquement une image toutes les cinq minutes de vidéo. Le système est resté actif pendant au moins quatre ans, de 2008 à 2012. La direction de Yahoo est furieuse, évoquant par communiqué un "niveau inédit d'atteinte à la vie privée"

Il s'agissait principalement d'un vaste exercice de reconnaissance faciale, et les documents publiés par le Guardian expliquent que les images sur lesquelles aucun visage ne pouvait repéré étaient détruites. Du moins en théorie, le système n'étant "pas parfait". Il s'avère qu'entre 3 et 11% des images captées relevaient de la pornographie. "Un nombre étonnant d'internautes utilisent ces chats vidéo pour exhiber leurs parties intimes aux autres", commente l'agence.

 

Le lanceur d'alertes Edward Snowden, à l'origine de ces nouvelles révélations Cc FlickR Castigated_fish

 

La même agence s'est dite également très intéressée par les caméras kinect de la Xbox 360. Rien n'indique que l'espionnage se soit étendu aux consoles Microsoft, mais le rapport précise que le GCHQ a, au minimum, étudié les caractéritiques techniques de ces caméras.

La NSA, déjà secouée par le scandale PRISM, va devoir à nouveau s'expliquer : elle serait également impliquée dans cette affaire. Elle aurait conseillé son homologue britannique en lui fournissant sa technologie de surveillance, en échange de quoi les agents américains ont peut-être eu accès aux données collectées.

 

Pour lire l'article du Guardian dans son intégralité, c'est par ici.

La NSA est partout, même dans Angry Birds. Rappelez-vous.

Un petit retour sur l'affaire PRISM, c'est par là.


Photo de couverture : Cc FlickR dgbury

 

Par Augustin Arrivé / le 27 février 2014

Commentaires