The Notorious B.I.G. : sa carrière s'est jouée sur un coup de dés ! [vidéo]

/ le 18 août 2015
Notorious B.I.G. : sa carrière s'est jouée sur un jeu de dés. [vidéo]
Quand on croit déjà tout savoir et avoir tout lu sur les légendes du hip-hop, il y a toujours des histoires qui ressortent pour faire grandir . Les français de Gasface ont rencontré le directeur artistique qui a failli signer Biggie Smalls et qui a perdu le contrat...sur une partie de dés !

Et si Notorious B.I.G. n'avait jamais signé chez Bad Boy mais chez Island Records ? Aurait-il été la superstar qu'il est devenu ? Ce sont les questions que l'on peut se poser après avoir visionné la vidéo des réalisateurs Lyonnais de Gasface Media.

Dans le cadre de la promotion de leur nouveau projet Hell Train, vsible le 24 aout en ligne, ils ont balancé sur le net une vidéo dans laquelle ils rencontrent Bônz Malone, ancien journaliste du magazine hip-hop culte The Source et ancien directeur artistique pour plusieurs labels.

Il raconte comment Notorious B.I.G. a signé son deal avec Bad Boy Records, le label de Puff Daddy. Les deux hommes habitaient dans le même quartier à Brooklyn, New York et se connaissaient donc très bien. Ils se sont retrouvés sur le toit d'un immeuble et ont joué aux dés pour déterminer lequel d'entre eux pourrait signer le rappeur...

 

J'ai fait un 5, et il a sorti un 6, il a gagné ! Ca lui a permis de signer chez Bad Boy. Puffy l'a signé. Mais il voulait signer chez moi, vu qu'il s'est tourné vers moi en premier. 


 

Même après ce coup du sort, l'amitié entre le journaliste et Christopher Wallace est restée intacte. Biggie, alors au top de sa carrière, a demandé à Malone d'écrire le fameux article en couverture de The Source pour lequel il lui a donné le titre de "The King of New York". Un titre qui n'existait pas jusque là et qui depuis, est l'objet de toutes les convoitises chez les rappeurs de la Grosse Pomme 25 ans après qu'il ait été attribué pour la première fois...

 


Crédit Photo : © Mitchell Gerber/Corbis

The Notorious BIG sur Mouv' ici.

 

 

/ le 18 août 2015

Commentaires