Ninho, le rookie devenu poids lourd, comme prévu

Par Genono / le 04 septembre 2017
Ninho, le rookie devenu poids lourd, comme prévu
A quelques jours de la sortie de "Comme Prévu", premier véritable album de Ninho, retour sur le parcours d’un rappeur qui a su prendre son temps malgré la précocité de son talent.

Le rap français produit chaque année son lot de rookies, de futures stars, et de prochaines têtes d’affiches. La plupart du temps, l’espoir retombe aussi vite qu’il est monté : stagnation artistique, discographie au point mort, ou succès uniquement critique, les motifs de déception sont aussi nombreux que variés. Le résultat, lui, reste le même : susciter l’attente ne nécessite qu’un gros titre ou un bon projet ; la concrétiser, en revanche, est une toute autre affaire. En ce sens, l’évolution de carrière de Ninho pourrait apparaître comme un véritable miracle.

 

Précoce mais patient

Lesté du poids des énormes espoirs placés en lui par le milieu du rap français, Ninho doit en effet composer avec une pression énorme depuis ses premiers pas au micro. Les premières années de la carrière du garçon peuvent d’ailleurs se résumer par sa toute première fois dans un studio : encore adolescent, il y pose le pied dans l’espoir de pouvoir enregistrer un titre, ou peut-être deux … et se voit proposer la possibilité d’enregistrer un projet complet. Le talent précoce permet parfois de prendre des raccourcis, avec le risque de passer à côté d’une période d’apprentissage essentielle pour le développement d’une personnalité artistique.

Pourtant, Ninho ne se précipite pas, et prend le temps de travailler les bases, et de parfaire petit à petit sa palette technique. En plus de se faire la main par le biais d’apparitions régulières sur des compilations ou des featurings, il se présente au public avec une première mixtape gratuite, Ils Sont Pas Au Courant, sur laquelle Ninho prouve avant tout sa capacité à kicker et à écrire des textes denses. Salué par la critique, ce projet continue à faire monter l’attente autour d’un véritable album, qui viendrait concrétiser tous les espoirs placés en lui depuis ses débuts.

A l’époque, on voit Ninho comme un futur grand lyriciste à l’univers très street, dans la droite lignée de groupes et d’artistes historiques comme Tandem, Rohff ou Ideal J. S’il impressionne déjà par sa capacité à kicker, on se demande alors comment évoluera la carrière de ce jeune talent. Plus que jamais, le rap actuel demande à ses artistes de savoir jouer sur plusieurs tableaux, en se montrant, certes, capables de produire du rap pur et dur, mais aussi de pouvoir aborder des thématiques plus légères, et surtout, de dompter des sonorités moins classiques.

 

Plus fourmi que cigale

Même si le moment paraît propice, Ninho choisit encore une fois de prendre son temps, et plutôt que de tenter un coup incertain en se positionnant immédiatement en potentielle tête d’affiche, il préfère passer à la phase 2 de son apprentissage : une mixtape de transition, suivie d’un deuxième volume d’I.S.P.A.C, une collaboration avec Daymolition, et même une première partie de Booba à Bercy pour finir ce tour de chauffe. Là où la majorité des jeunes rappeurs aurait préféré accéder à un succès rapide, sans forcément construire en amont, Ninho a ainsi préféré monter en régime progressivement, afin d’être bien certain de progresser sur tous les plans, et ainsi d’arriver au sommet avec le moins de lacunes possibles.

C’est ainsi que le gamin, à peine majeur, commence à s’aventurer sur des sentiers un peu moins balisés que ceux du simple kickage de beat, certes impressionnant, mais somme toute très classique. Bien que son public de base soit parfois surpris par ses tentatives  -pour ne pas dire complètement réfractaire-, Ninho gomme, titre après titre, ses points faibles, et devient progressivement un artiste complet. Plutôt que de se concentrer sur ses points forts, quitte à se fermer des portes, il préfère ainsi profiter du temps offert par son jeune âge pour parfaire toute sa palette musicale.

 

A ce moment de la carrière de Ninho, fraîchement auréolé du succès de sa série de freestyles Binks to Binks, l’annonce de la sortie d’une nouvelle mixtape, commercialisée cette fois-ci, est vue par certains observateurs comme un manque d’ambitions. Avec un terrain suffisamment préparé, et quelques années passées à écumer les différentes strates du rap français, on attend de Ninho une véritable entrée dans la cour des grands. En somme, on aimerait le voir quitter l’équipe des moins de 21 ans pour aller s’imposer en équipe A et se donner les moyens d’aller chercher un Ballon d’Or. Finalement, la mixtape Maintenant Ils Le Savent se révèle être un album déguisé. Travaillé comme un véritable album, avec une tracklist beaucoup moins fourre-tout qu’une mixtape, ce projet devient une parfaite carte de visite pour le rappeur : entre titres solides qui exploitent pleinement ses capacités de kickeur, et titres beaucoup plus ouverts sur lesquels on entrevoit définitivement tout son potentiel de faiseur de tubes.

En évacuant la pression du fameux “premier album”, Ninho fait coup double : d’une part, il élude tout risque de flop avant même la sortie -puisqu’une mixtape sert aussi à expérimenter et à se tromper- ; d’autre part, il crée la surprise, en atteignant le disque d’or dès son premier projet commercialisé. Que l’on interprète sa façon de la jouer profil bas comme un manque d’ambition, ou comme une excellente stratégie, le résultat reste le même : le public a pris les choses en main, et s’est chargé lui-même de mener sa jeune coqueluche aux sommets.

 

 

Et maintenant ?

Dans ce contexte, l’annonce de la sortie d’un véritable album pour la rentrée, au milieu d’autres poids lourds comme Niska ou Sadek, ne doit plus représenter pour Ninho un pari, mais bien une confirmation : désormais sûr de ses possibilités et de l’impact de sa musique, il doit non seulement maintenir son niveau de performances et de visibilité, mais aussi s’imposer définitivement comme une tête d’affiche du rap français, et une valeur sûre de l’industrie. Reste à savoir dans quelle mesure Ninho saura progresser encore. Après la réussite du premier extrait, Mamacita, l’un des tubes de l’été avec plus de 20 millions de vues en deux mois, l’avenir du rappeur semble placé sur les bons rails.

 

Après avoir passé chaque test de la carrière d’un jeune rappeur avec brio, l’album Comme Prévu est donc supposé représenter le climax de l’évolution de Ninho. Sa progression graduelle va pourtant bien devoir s’arrêter à un moment donné, et c’est à ce moment précis que l’on comprendra si l’on à affaire à rappeur capable de tutoyer durablement les sommets. Disque d’or, auteur de clips aux dizaines de millions de vues, l’ex-rookie est désormais dans la cour des grands, et ne peut plus cacher ses ambitions derrière son statut d’espoir du rap. En se confrontant, sur cet album, à des rappeurs aguerris et habitués au succès, comme Nekfeu, Fianso ou Alonzo, il se donne enfin les moyens de viser au plus haut.

Ninho a donc fini par concrétiser un à un tous les espoirs placés en lui : après être devenu un rappeur respecté par son milieu, puis par le public, il a atteint le succès qui lui était promis en obtenant un disque d’or dès son premier projet commercialisé. Les attentes autour de sa personne montent donc désormais d’un cran : aujourd’hui, on imagine que cette nouvelle tête d’affiche du rap peut devenir l’un des principaux poids lourds du game français, aux côtés des quelques noms cités au-dessus. En validant toutes les étapes une à une, comme il a toujours su le faire. Sans se précipiter. Comme prévu.

 


Crédit photo : Ninho / DR

+ de Ninho sur Mouv'

 

Par Genono / le 04 septembre 2017

Commentaires