Nekfeu et Jul plus vendeurs que Booba : le début d'une nouvelle ère ?

/ le 25 août 2015
Nekfeu et Jul plus vendeurs que Booba : le début d'une nouvelle ère ?
A l'opposé, dans le style et sur le plan géographique, Nekfeu et Jul dominent les ventes du rap français en 2015, dépassant Booba. Dans un milieu sur lequel le D.U.C. régnait en maître depuis des années, seraient-ils les symboles d'une nouvelle ère ?

L'un est né à La Trinité dans les Alpes-Maritimes, l'autre à Marseille à quelques mois d'intervalle en 1990. Le premier a quitté ses terres pour s'installer avec sa famille dans le 15e arrondissement de Paris, le dernier est resté sur son lieu de naissance. Les deux sont devenus rappeurs : l'un sous le nom de Nekfeu, l'autre sous celui de Jul.

Si presque tout oppose les deux artistes sur le papier, ils ont un point commun : ils sont les plus gros vendeurs du rap français de 2015 et ont réussi l'exploit de détrôner Booba, qui depuis quelques années, domine les ventes d'albums de manière constante.

L'histoire est connue : c'est au sein du groupe 1995 et du collectif L'Entourage que Ken Samaras alias Nekfeu commence à se faire un nom. Pourtant, c'est à la sortie de son premier album solo, Feu, que sa cote va exploser. Avec une couverture médiatique importante et des retours positifs dans la presse, l'album est disque d'or (50 000 exemplaires vendus) en trois semaines. Un phénomène est né. Fin août 2015, les ventes s'éleverait à plus de 80.000 albums.

 

 

Pour Jul, l'histoire est toute autre : arrivé de nulle part sur la scène du rap français en 2013, le Marseillais est devenu aussi un vrai phénomène. Après un premier album Dans Ma Paranoïa certifié disque de platine avec plus de 100 000 exemplaires vendues, il a réussi l'exploit de confirmer avec son deuxième album, Je trouve pas le sommeil qui a atteint les mêmes chiffres en trois mois. Sorti en juin 2015, son troisième projet, Je tourne en rond s'est vendu à plus de 80 000 exemplaires à la fin de l'été, en route vers un troisième album platine consécutif, un cas de plus en plus rare dans le marché du disque français.

 

 

 

Des alternatives musicales ?

Les deux jeunes hommes viennent donc de dépasser les ventes du dernier album de Booba, D.U.C., sorti le 13 avril 2015 et qui s'est écoulé à 73 700 exemplaires. Un fait assez rare pour être remarqué. En effet, le Duc de Boulogne n'a d'habitude que très peu à faire de la concurrence tant il l'écrase à chaque sortie d'album. Pourtant, la relève semble bel et bien en place. Même s'il a été parmi les premiers à l'utiliser en France et à  la rendre populaire, la formule musicale de Booba, (beats trap + utilisation du vocoder +  textes egotrips / matérialistes) répétée à l'outrance aurait-elle trouvé ses limites ?

Qu'on les aime ou pas, Nekfeu et Jul proposent une alternative à la trap des Gradur, Niska ou encore Kaaris. Le Parisien s'inscrit plutôt dans une tradition d'un rap classique qui rappelle les années de l'âge d'or du rap français de la seconde moitié des années 90. Le Marseillais  propose lui un rap festif, presque une version 2.0 des productions sudistes traditionnelles.

Et comme les chiffres de vente peuvent l'attester : ça marche ! Le public en redemande et les villes où Nekfeu se produit font souvent salle comble. Mais il convient de placer un bémol : si Booba n'a jamais été un très gros vendeur de disques comme ont pu l'être Diam's ou Rohff, il s'inscrit plutot dans la constance.

Depuis Mauvais Oeil de Lunatic en 2000, puis Temps Mort son premier solo en 2002, il s'est toujours placé dans le top 3 des ventes de rap français même lorsqu'il avait pour concurrents Sinik, Diam's ou Soprano, qui est d'ailleurs le seul à avoir passé le test du temps et l'un des rares à avoir été épargné par les attaques du rappeur des Hauts-de-Seine.

Avec seulement trois albums à son actif pour l'un, et un seul pour l'autre, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir à Jul et Nekfeu pour pouvoir marquer le rap français en profondeur et dépasser le statut de phénomènes de mode . Seront-ils encore présents dans 10 ans ? Comme dit la chanson : on verra...

 

 


 

Crédit Photo : PHOTOPQR/LE PARISIEN

Plus d'infos sur Nekfeu, ici.

Plus d'infos sur Jul, ici.

Plus d'infos sur Booba, ici.

 

/ le 25 août 2015

Commentaires