Ne mets pas tes mains sur mes fesses, tu risques de te faire gifler très fort

Par Augustin Arrivé / le 31 octobre 2014
Ne mets pas tes mains sur mes fesses, tu risques de te faire gifler très fort
L'association Osez le Féminisme lance ce vendredi 31 octobre une nouvelle campagne de sensibilisation contre les agressions sexuelles dans le métro. Huit parisiennes sur dix pensent que personne ne les aiderait si elles se faisaient violer dans les transports de la capitale.

 

C'est un sondage édifiant réalisé par Reuters en ce mois d'octobre : 85% des Parisiennes sont convaincues que, si elles étaient victimes de viol dans les transports publics, personne ne volerait à leur secours. Il n'y a qu'à Séoul, Moscou et Londres que cette statistique est plus élevée encore. Alertée, l'association Osez le Féminisme réagit aujourd'hui avec une campagne de sensibilisation, qui imite les visuels de la RATP :

 

Campagne #TakeBackTheMetro © Osez le Féminisme

 

Combinée au hashtag #TakeBackTheMetro (qui rappelle #BringBackOurGirls), elle vise à faire prendre conscience aux passagers du calvaire que vivent souvent les femmes dans les transports, notamment aux heures de pointe où la promiscuité semble excuser, aux yeux de certains, des comportements odieux. Ainsi, il n'est pas inutile de rappeler que l'attouchement sexuel est un délit punissable de cinq ans de prison et 75.000€ d'amende.

 

Campagne #TakeBackTheMetro © Osez le Féminisme

 

L'association reproche à la RATP, qui gère le métro parisien, de ne jamais mettre en garde contre les agressions sexistes ou sexuelles. "Elle pointe les papiers gras, les bousculades et les retardataires", précise le communiqué publié sur son site, "jamais elle ne pointe les frotteurs, les harceleurs et les agresseurs".

Pourtant, selon une étude (de l'asso elle-même et auprès de 150 passagères), 94% des utilisatrices du métro y ont déjà subi des comportements sexistes et choisissent donc, pour les limiter les risques, d'adapter leur tenue vestimentaire. Le monde à l'envers.

Une "teuf de meufs" organisée par Osez le Féminisme dans le métro parisien

 

Le problème est réel. Osez le Féminisme tient là un combat essentiel, urgent, et idéal pour oublier le bad buzz généré par la tribune anti-Gone Girl publiée la semaine dernière par l'association. Une pétition est en ligne. En plus de cet affichage, elle organisera régulièrement des "teufs de meufs", happenings de militantes en perruques (ci-dessus) réclamant leur droit à prendre les transports tranquillement.

 

Féminisme et réseaux sociaux, un couple explosif. Cliquez là.

Photo de couverture : campagne #TakeBackTheMetro d'Osez le Féminisme


Par Augustin Arrivé / le 31 octobre 2014

Commentaires