MTV Movie Awards : le WTF palmarès

Par Augustin Arrivé / le 14 avril 2014
MTV Movie Awards, le WTF palmarès
La cérémonie des MTV Movie Awards récompense n'importe quoi : le meilleur baiser de l'année, le meilleur combat, le meilleur caméo... Au moins, ça permet aux parias des Oscars de monter à leur tour sur une scène.

 

Les cérémonies de remises de prix, cette année, c'était toujours un peu la même chose. Pour la musique, Daft Punk grattait tous les trophées, avec prestation live casquée à la clé. Côté ciné, on filait invariablement les récompenses techniques à Gravity, et le reste à 12 Years a Slave et Dallas Buyers Club. La chaîne américaine MTV a le mérite de se différencier. On n'est pas vraiment certain d'avoir affaire à des cinéphiles, mais au moins, ça change.

 

 

Cette année encore, les MTV Movie Awards ont célébré n'importe quoi. Brad Pitt figure ainsi au palmarès. Il avait déjà reçu un Oscar comme producteur pour 12 Years a Slave, mais là, rien à voir : monsieur Jolie a été primé dans la catégorie "plus belle frousse" pour une course-poursuite avec des zombies dans World War Z. Il ne s'est pas déplacé pour recevoir son prix.

A la différence de Zac Efron, déjà détenteur du prix de la révélation masculine 2008 et qui révélait cette année ses gros pectoraux dans la comédie romantique That Awkward Moment, jamais distribuée en France. Il a donc très logiquement reçu le MTW Award de la "meilleure scène torse-nu". Cette nuit, devant une foule hystéro, il a gentiment tombé la chemise. Le garçon n'est pas ingrat.

 

 

On peut se demander quel crédit accorder à une cérémonie qui désigne Hunger Games 2 meilleur film de l'année, et réserve à son casting les catégories meilleurs acteur et actrice. Et en même temps, se poser la question serait une perte de temps. En choisissant comme trophée un seau de pop corn doré, MTV affiche son ambition, inchangé depuis son lancement dans les années '80 : offrir de la culture mainstream, du divertissement populaire et ne surtout pas réfléchir plus loin.

Cette nuit, le public s'est amusé, les stars présentes également, et les grands studios ont pu faire leur promo à moindre frais, en diffusant les bandes annonces des blockbusters des semaines à venir (Godzilla, X-Men...). Le palmarès n'avait aucune importance. Jared Leto, salué que pour sa transformation physique dans Dallas Buyers Club, a bien essayé de tenir un discours cohérent sur le sida, mais au milieu des hurlements des groupies, ça ne collait pas vraiment :

 

 

On a beaucoup progressé dans la bataille contre le sida, mais le moment des réjouissances n'est pas encore venu. Il n'y a pas de traitement et l'épidémie perdure. Cependant on peut espérer qu'un jour ce fléau soit éradiqué et que plus personne ne devra souffrir de l'intolérance, de la peur et du préjudice que ce virus charrie avec lui.


 

Mila Kunis, primé comme "meilleur méchant" pour Le monde fantastique d'Oz, semblait nettement mieux rodée à l'exercice, remerciant la foule pour avoir "exaucé le rêve de ses douze ans en lui remettant le plus cool des trophées". You're welcome, Mila.

 

 

Et les Oscars, ça avait donné quoi ? Palmarès dispo par là.

Vous préférez le cinéma français ? Retour sur les César 2014 (sans Dany Boon) par ici.


Photo de couverture : Capture d'écran des MTV Movie Awards par Pop Sugar

 

Par Augustin Arrivé / le 14 avril 2014

Commentaires