Moussa de Baraka City, "enfin libre"

Par Benjamin Mathieu / le 25 juillet 2016
Moussa de Baraka City, "enfin libre"
Le jeune humanitaire, retenu depuis 8 mois au Bangladesh, l'a annoncé dans une vidéo dimanche sur son compte Facebook. Il se dit énormément ému et remercie tous ses soutients.

"A très bientôt en France et encore une fois merci, Salam". C'est par ses mots que Moussa, l'humanitaire de Baraka City, conclut sa vidéo. Le jeune de Montreuil, visiblement trés ému et tout sourire, annonce la bonne nouvelle à tous ceux qui l'ont soutenu pendant ces huit mois.

"Je suis encore debout et grâce à vous. Toute la force que vous m'avez donné, ca m'a fait un bien fou".


 

 

Ce jeune âgé de 28 ans était parti au Bangladesh pour le compte de l'ONG musulmane Baraka City. Moussa visitait des camps de Rohingyas, une minorité musulmane persécutée en Birmanie, pour les recenser lorsqu'il a été arrêté le 21 décembre par les autorités locales. Soupçonnés "d'activités suspectes", le français a passé 70 jours en prison puis a été placé en liberté conditionnelle. C'est donc la fin de 8 mois de rétention au Bangladesh. Pour son avocat maître Samim Bolaky, également avocat de l'ONG Baraka City, Moussa aurait du être libéré beaucoup plus tôt. Mais les autorités bangladaises en ont fait une affaire politique.

 

 

Moussa était poursuivi pour activités "suspectes", notamment parce que son nom d'usage musulman, adopté lors de sa conversion à l'islam, n'est pas le même que sur ses papiers d'identités (Moussa Ibn Yacoub est pour l'état civil Maxime Puemo Tchantchuing). Il était également soupçonné d'avoir fait travailler illégalement son interprète et d'avoir aider des Rohingyas. Après six mois d'enquête, une forte mobilisation en France et des pressions diplomatiques, Moussa est complètement innocenté. Toutes les charges retenues contre lui sont abandonnées annonce dans un communiqué le maire de Montreuil, Patrick Bessac.

"Moussa est désormais libre de retourner auprès de sa famille, de ses proches, de ses amis et de reprendre le cours de sa vie"


 

 

Pas de date de retour en Seine-Saint-Denis pour le moment mais selon son avocat, Moussa devrait rentrer rapidement et discrètement en France.

 


 

Photo de couverture : capture d'écran site de l'ONG © BarakaCity

 

Par Benjamin Mathieu / le 25 juillet 2016

Commentaires