Mike Nichols, la défaillance du coeur

Par Augustin Arrivé / le 20 novembre 2014
Mike Nichols, la défaillance du coeur
Le réalisateur américain, oscarisé pour le superbe "Lauréat", vient de succomber à une crise cardiaque. Il laisse une carrière ponctuée d'histoires d'amours tourmentées, l'obsession de sa vie.

 

Si Mike Nichols restera dans l'histoire d'Hollywood, c'est pour Le Lauréat, ce miracle de 1967 qui réunit sans aucun calcul quatre génies débutants : Dustin Hoffman (repéré à Broadway alors qu'il jouait un homosexuel nazi), Simon & Garfunkel (leur premier grand succès, Sounds of Silence, est sorti une année avant qu'ils s'attellent à cette B.O.) et le réalisateur, qui tournait là son deuxième film. Le petit groupe, entouré d'une Anne Bancroft transformée à jamais en proto-cougar, va tout rafler, focalisant sur eux cette année-là l'attention de la planète ciné (cinq Bafta, cinq Golden Globes et l'oscar du meilleur réalisateur).

 

Bande-annonce du "Lauréat", de Mike Nichols (en 1967)

 

Mike Nichols a alors 36 ans et sa naissance dans une Allemagne gagnée par le nazisme est bien loin. Parents juifs émigrés à New York, il forme d'abord un duo comique sur scène avec Elaine May, obtenant Grammy et Tony Award. C'est tout naturellement qu'il fait son entrée au cinéma en adaptant une pièce de théâtre (Qui a peur de Virginia Woolf ?). Premier long-métrage et premier coup de maître, sur un couple de quadra qui va s'étriper sous les yeux de jeunes tourtereaux. Elizabeth Taylor y gagnera un Oscar.

Cette image de l'amour impossible le poursuivra toute sa carrière. A l'impudeur des sentiments de ...Virgina Woolf ? succède l'embarassante différence d'âge entre le Lauréat et l'amie de ses parents. Plus tard, dans Ce plaisir qu'on dit charnel, il laisse Jack Nicholson disserter sur les intérêts comparés du batifolage ou de la fidélité. Dans La brûlure, un mariage entre deux célibataires forcenés (Nicholson toujours, et Meryl Streep) paraît voué à l'échec.

 

Bande-annonce de "La brûlure" de Mike Nichols (1986)

 

Plus récemment Closer (entre adultes consentants) proposait à Jude Law, Natalie Portman, Clive Owen et Julia Roberts de former un intenable couple à quatre. Tandis qu'à la télévision, son Angels in America (Golden Globe et Emmy Award de la meilleure mini-série) torturait ses personnages, séparés par le sida et la dépression.

 

Trailer de "Angels in America", de Mike Nichols © HBO, 2003

 

Il n'y a pas d'amour heureux. Et si Mike Nichols en parle sans cesse (mêlant les genres, de la comédie au thriller), c'est qu'il connait bien le sujet. Marié quatre fois, il n'a trouvé la stabilité qu'en 1988 en épousant la présentatrice vedette des journaux de CBS, Diane Sawyer. C'est elle, désormais journaliste de la chaîne concurrente ABC, qui a annoncé sa mort ce jeudi 20 novembre. Le réalisateur avait 83 ans.

 

Photo de couverture : affiche de Closer, entre adultes consentants, de Mike Nichols © Gaumont, 2004

 

Par Augustin Arrivé / le 20 novembre 2014

Commentaires