#MenInHijab : En Iran, les hommes portent le voile en soutien aux femmes

/ le 02 août 2016
#MenInHijab : En Iran, les hommes portent le voile en soutien aux femmes
Pour dénoncer le port du voile obligatoire sur la voie publique, les hommes iraniens ont été mis à contribution sur les réseaux sociaux afin qu'ils témoignent de leur solidarité aux femmes du pays.

Le 28 juillet dernier, la journaliste et activiste Masih Alinejad, une Iranienne exilée à New York, a appelé les hommes à partager des photos d’eux portant le voile, avec le hashtag #MenInHijab (#LesHommesEnHijab).

 

Sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, et Instagram, de nombreux Iraniens ont répondu présents et se sont ralliés à la cause. Ils témoignent et prennent parti dans ce combat contre l’obligation du port du voile, notamment pour soutenir leurs sœurs,  leurs femmes, leurs mères… « La plupart d’entre eux vivent en Iran et sont témoins de la souffrance des femmes et des humiliations subies à cause de la police des mœurs. » explique l'activiste au journal britannique The Independant. 

Dans cette vidéo, un homme témoigne. « Ma femme me dit toujours, quand on est à la plage, qu’elle aime enlever son voile et sentir le vent dans ses cheveux. (...) On est obligé de le faire en secrètement. »

Lapidation ou emprisonnement

Depuis la révolution de 1979 en Iran, les femmes sont contraintes de porter le voile. Une loi encadrée par la police des mœurs. Celles qui ne l’appliquent pas s’exposent à des sanctions, de l’emprisonnement à la lapidation.

100 ans de beauté en Iran

 

« Il y a beaucoup d’hommes en Iran qui ont du respect pour la liberté de choisir des femmes donc ces réactionnaires qui traitent les hommes de macs juste parce qu’ils ne sont pas heureux des « mauvais hijabs » de nos femmes, ne représentent pas les iraniens. » Sur la page Facebook My Stealthy Freedom, un mouvement lancé par en 2014 par Masih Alinejad, les messages publiés en arabe, en anglais et parfois en français, reflètent la volonté de vivre dans un Iran libre. « Je veux sincèrement que ma femme puisse vivre dans un Iran où c'est elle qui peut déterminer ce qu'elle peut porter. »

 


 

Marie de Brauer

Crédit photo : My Stealthy Freedom

/ le 02 août 2016

Commentaires