Lire Harry Potter rendrait tolérant

/ le 08 août 2014
Lire Harry Potter rendrait tolérant
Selon une étude récente, la saga "Harry Potter" rendrait les jeunes lecteurs plus tolérants à l'égard des minorités.

 

La magie d'Harry Potter s'étend bien au-delà de ses pages: il semblerait que l'oeuvre de J. K. Rowling participe à l'éducation des plus jeunes, en les aidant à devenir tolérants à l'égard des minorités stigmatisées (les homosexuels et les immigrés notamment).

Une étude parue fin juillet dans le Journal of Applied Social Psychology, explique que l'univers très immersif du jeune sorcier permettrait aux lecteurs d'être davantage prémunis face aux préjugés, justement parce qu'ils peuvent s'y projeter. Et surtout s'identifier au héros.

"Je ne peux pas être un sorcier. Je veux dire, je suis juste Harry. Juste Harry."

 

Harry Potter évolue dans un monde où il doit lutter en permanence contre les préjugés dont il est victime. Maltraité par son oncle et sa tante quand il est petit, son entrée à Poudlard, l'école des sorciers, ne lui rend pas la vie plus facile. Car le monde des sorciers est un monde sans pitié, élitiste et sectaire.

Un univers où les minorités n'ont pas leur place

Par exemple les sorciers issus de parents sans pouvoirs magiques ("moldus") sont appelés "Sang-de-Bourbe", le sobriquet le plus insultant qu'un sorcier puisse infligé à un autre.

 Drago Malefoy à Hermione dans La Chambre des Secrets: "Sale petite Sang-de-Bourbe"

Or ces sorciers minoritaires sont justement dans la ligne de mire du despotique Voldemort, qui ne tolère pas les individus qui ne sont pas de "sang pur". Idem pour les créatures tels que les elfes de maison, entièrement soumis à leurs maîtres, et qu'Hermione tentera de libérer via sa Société d'Aide à la Libération des Elfes.

Les chercheurs ont donc pointé du doigt le fait que, au fil des livres, Harry Potter cherche à comprendre et à apprécier les difficultés de ces minorités. Et c'était bien l'intention de J. K. Rowling de le confronter à ces problématiques là. Citée par The Independent, l'auteure raconte:

Je voulais qu'Harry quitte nottre monde et trouve exactement les mêmes problèmes dans le monde des sorciers. Vous trouvez donc [dans les livres] des thèmes comme l'opposition à une hiérarchie, le fanatisme et cette notion de "pureté" qui est une énorme erreur, mais qui apparaît partout dans le monde.


 

En 2007, peu avant la sortie du dernier tome de la saga (Les Reliques de la Mort), J. K. Rowling révélait d'ailleurs que Dumbledore était gay.

Loris Vezzali, une des scientifiques du groupe de recherche, a expliqué au Huffington Post:

Mes collègues et moi pensons que les sentiments d'empathie sont des facteurs clés de la diminution des préjugés.


 

Selon l'étude en question, il n'est donc pas surprenant que les jeunes lecteurs d'Harry Potter développent une attitude positive et tolérante à l'égard des minorités, s'ils s'identifient au héros et s'y attachent.


(via The Independent)

Photo d'illustration: Paternité Certains droits réservés par SodanieChea

 

/ le 08 août 2014

Commentaires