Les visages du printemps turc: Zafer

/ le 03 juin 2013
Les visages du printemps turc: Zafer
Il n'a pas peur. Parce qu'il est indépendant. C'est sa fierté, sa liberté: pas de parti politique, pas de patron, il ne travaille ni pour le gouvernement, ni pour une quelconque compagnie. Zafer est guide touristique indépendant, ce qui lui permet de crier sa rage.

 

 

 

Il connait Istanbul comme sa poche. C'est d'ailleurs son boulot. Et il pourra vous raconter les beautés de la ville jusqu'au bout de la nuit, sur les rives du Bosphore ou au sommet de la tour de Galatasaray. C'est d'ailleurs son boulot. Zafer nous fait découvrir la capitale turque lorsque l'on vient y goûter la saveur des vacances. La Turquie fait mine d'être à cheval entre deux mondes, oriental mais tourné vers l'occident. Ce n'est peut-être que du vernis.

 

 

 

Quand il parle aux touristes français, il leur demande comment ça se passe chez eux. Un sujet notamment l'intéresse: la liberté de la presse. En général, on lui répond que les journalistes sont copains comme cochons avec l'Elysée. S'ils savaient, ces touristes, comment ça se passe à Istanbul.

 

 

Zafer peut comprendre, d'ailleurs, ces journalistes qui ne parlent pas. C'est la peur qui les tiraille. Lui ne ressent pas cette crainte: il est indépendant, travaille à son propre compte, pas de patron, pas de politique. Ca vaut mieux comme ça. Et ça lui permet de parler.

 

 

Lui, donc, parle. Et il reproche à Erdogan de ne pas faire pareil. Pas de dialogue possible avec ce premier ministre entêté qui traite les manifestants d'ivrognes et de terroristes. S'il est venu au Gezi Park, c'est à cause de ce mépris affiché par le pouvoir.

 

 

En attendant que le pouvoir flanche, il est déjà satisfait d'une chose: dans ce parc se côtoient tant de gens qui ne s'étaient jamais parlé. Et peut-être qu'en observant cette unité, le gouvernement songera à ne pas répéter les mêmes erreurs, les mêmes violences.

 

Zafer, ni dieu ni maître, et déjà victorieux, par Augustin Arrivé

 

> D'autres rebelles sont à rencontrer sur lemouv.fr

/ le 03 juin 2013

Commentaires