Les visages du printemps turc: Lou

/ le 03 juin 2013
Les visages du printemps turc: Lou
Il est Grenoblois et il est là pour ses études de sciences-politiques. Autant dire que les événements actuels lui offrent un joli terrain de travail. Lou est tombé amoureux de la Turquie, de sa diversité et de ses quelques contradictions.

 

Lou vit à Istanbul pour quelques mois. Etudiant à Sciences-Po Grenoble de passage en Erasmus à Galatasaray, Il rentrera en juillet si son visa lui permet de rester jusque là. Parce que des informations circulent, disant que les étrangers qui participent aux manifestations risquent d'être expulsés. Et il participe aux manifestations. Bien obligé: il a une conscience, et il ne pourrait pas ne pas être aterré par le comportement d'Erdogan.

 

 

Depuis qu'il est arrivé dans le pays, il a pris le temps de voyager un peu. Parce qu'Istanbul est magnifique, avec ses chats bronzant près du Bosphore, mais il n'y a pas qu'Istanbul en Turquie, et se balader dans la campagne environnante permet de comprendre un peu mieux le soulèvement de cette semaine: les Turcs sont différents les uns des autres, parfois radicalement différents, et il n'est pas toujours simple, dans ces cas-là, de se comprendre.

 

 

La violence policière actuelle ne l'étonne même plus. Il a bouffé du gaz plusieurs soirs de suite. Ca sentait jusqu'aux fenêtres de son appartement, à plusieurs rues de Taksim. Et ça va continuer, ça ne fait aucun doute.

 

 

Il ne sait pas comment l'histoire finira. Il suggère à Erdogan d'écouter un peu son peuple. Quoiqu'il en soit, ça fera un beau sujet de mémoire.

 

La place Taksim est couverte de banderoles., par Augustin Arrivé

 

D'autres rebelles sont à rencontrer sur lemouv.fr

/ le 03 juin 2013

Commentaires