Les visages du printemps turc: Jbid

/ le 03 juin 2013
Les visages du printemps turc: Jbid
Son frère a été pris entre deux feux, bloqué au milieu d'un nuage de gaz. Elle s'est retrouvée aveugle pendant une demi-heure, jusqu'à ce qu'on lui vienne en aide. Jbid est révoltée contre la façon dont on la traite, elle comme ses proches. Ça lui donne le courage de se battre.

 

 

 

Jbid est instit' en maternelle. L'un de ses très jeunes élèves est venu la voir cette semaine pour lui raconter comment son appartement avait été gazé après que ses parents ont crié leur colère à la fenêtre. On n'épargne même pas les enfants.

 

 

 

 

 

 

Elle a eu très peur pour son frère, le week-end dernier, quand à Besiktas, le quartier où les affrontements sont les plus violents, il s'est retrouvé cerné par les jets de gaz: d'un côté la police, surexcitée, de l'autre des agitateurs possiblement à la solde du pouvoir. Elle a eu aussi très peur pour elle, agressée alors qu'elle ne faisait que chanter dans un parc.

 

 

Sa ténacité est fascinante. Malgré les douleurs, malgré la fatigue, malgré le danger, Jbid repart chaque jour au combat, avec toujours ce même pacifisme chevillé au corps. Mais chaque jour, la violence reprend. La police est sans répit.

 

 

Et dire que c'est elle, notamment, qu'Erdogan taxe de terrorisme. Il n'a pas honte, ce Premier ministre, quand il joue avec ce genre d'amalgames.

 

Jbid assise mais toujours debout, par Augustin Arrivé

 

> D'autres rebelles sont à rencontrer sur lemouv.fr

/ le 03 juin 2013

Commentaires