Les rappeurs prêtent leur flow pour « The Birth of a Nation »

/ le 04 octobre 2016
Les rappeurs prêtent leur flow pour « The Birth of a Nation »
Après « Twelve Years a Slave », c’est au tour du film « The Birth of a Nation » (sortie US le 7 octobre) de parler de la traite négrière. La bande originale du film, disponible depuis le 30 septembre, donne un aperçu de cette révolte.

Ces dernières années, Hollywood met un point d’honneur à mettre en lumière l’esclavage, l'une des périodes les plus sombres de l’Amérique pour se repentir de son effroyable passé. Il renouvelle l’expérience avec le film The Birth of a Nation. Ni dans les traits d’un western spaghetti, ni dans l’affranchissement d’un homme après 12 années de tortures et de captivité, mais dans celui d’un héros qui s’est sacrifié pour son peuple d’après l'équipe du film :

On dit que nul n’est prophète en son pays, mais presque… Une voix au parfum de gospel lance la complainte sonore, rythmée par des tintements de chaines accordés au souffle de l’orgue, ainsi que l’écho des durs labeurs en arrière-plan :



« Who gonna save me? Hmmm, break every chain, hmmm, take me away from this place and leave me away... »
« Qui va me sauver ? Hmmm, briser chacune de mes chaines, m’emmener loin d’ici et me libérer... » (Pusha T — Black Moses ft. Meek Mill & Priscilla Renea)

Le morceau nous entraîne dans une prière pour trouver le salut où une belle brochette se bouscule. Non pas pour évangéliser nos oreilles de pécheurs, mais pour la bande originale du film The Birth of a Nation. Black Moses signifie, le Moïse noir… C’est une métaphore pour désigner Nat Turner, un prédicateur, doublé d’un esclave afro-américain en pleine traite négrière qui fit une révolte sanglante en Virginie (États-Unis) pour sauver son peuple. Le recueillement semble être monnaie courante dans cette lutte raciale :


« Dear Lord, oh Lord, please hear my prayer… »
« Cher Seigneur, ô Seigneur, s’il te plaît écoute ma prière… » (Oh Lord – Gucci Mane ft. Lil Wayne)

Une association qui marque le retour triomphant de Gucci Mane après ces années en détention et nous prépare à la sortie de son album Woptober, qui sort le 17 octobre. Quant à Lil Wayne, il n’hésite pas à remuer le couteau dans la plaie avec son clash avec Birdman :

« I cut off CMB, I'm an amputee, But I never leave Christianity… »


(« Je couperai CMB, je suis une personne amputée, mais je ne quitterai jamais le christianisme… »)

Au fil des 16 titres, on croise des pointures telle que The Game, Nas, 2 Chainz, Wale… Que nous réserve le film du réalisateur/acteur Nate Parker ? Une chose est sûre, écoutez la bande originale donnera la température du film qui sort le 7 octobre aux États-Unis, le 11 janvier dans nos salles obscures.


Par Lansala Delcielo
Crédit photo : capture d'écran du trailer "The Birth of a Nation"

+ de Rap US sur Mouv'

/ le 04 octobre 2016

Commentaires