Les rappeurs masqués : les super-héros du rap français

/ le 26 avril 2016
Les rappeurs masqués : les super-héros du rap français
Après "Batman v Superman", avant "Captain America : Civil War" et "X-Men: Apocalypse" , panorama des artistes du rap hexagonal qui riment en protégeant leur identité : pourquoi, dans quel but et avec quel impact ?

A l'heure où l'image est indispensable dans le développement d'un artiste, il peut sembler étrange de tomber sur un rappeur qui refuse farouchement d'apparaître visage découvert. Et pourtant, retour sur une sélection de rappeur français qui ont réussi à cacher leur visage dans la mesure du possible, des années 90 jusqu'à aujourd'hui.

Le 27 avril sort Captain America : Civil War, dont l’intrigue repose sur une question : les super-héros doivent-ils oui ou non se soumettre au gouvernement ? Certains tiennent à leur indépendance et également à leur identité secrète pour certains, du coup la super-dispute fait des super-dégâts.

Dans le rap français aussi, la question de l’anonymat se pose pour certains, qui ont mis un petit bout de temps à accepter de montrer leur visage, tandis que d’autres persévèrent et continuent de rapper « masqués ».

 

Rockin'Squat

 

Le leader du groupe Assassin, aujourd'hui rappeur solo, a longtemps tenu à cacher son visage. Cela allait de pair avec une vision assez engagée de la musique, qui passait par un refus total de la starification. Du coup, pas question de montrer son visage, même pour un live à Nulle Part Ailleurs.

Les clips ? 

 L'écrasante majorité des clips d'Assassin ne montrait que très rarement la tête du rappeur en gros plan, le plus souvent il était présent en silhouette, au milieu de ses acolytes ou simplement avec un bonnet ou une capuche histoire de garder son visage dans le flou.

En concert ? 

Dans les années 2000, Squat commençait certes ses concerts avec un traditionnel sweat capuche, mais il restait pragmatique ; après quelques morceaux, il finissait en t-shirt comme tout le monde. On a beau être anti-star-system, il y a des limites à tout, même quand on aime la sueur.

Combien de temps ça a duré ? 

Bien qu'il ait toujours existé des photos d'archive où l'artiste apparaissait sans se cacher face à l'objectif, on peut dire qu'il a « officiellement » arrêté en 2008, lors de son passage télévisé au Grand Journal ; après un titre en live, il rejoint les invités et tombe les lunettes noires. Ironie du sort : le rappeur a joué son titre France à Fric au lieu de celui qui était prévu initialement (Enfant de la balle)... Ce qui lui a valu selon lui d'être blacklisté à la télé française.

 

Lefa

 

Dans la Sexion d’Assaut, Lefa était celui qui cachait son visage, tout le temps, à chaque apparition. Impossible de voir ses yeux, le bougre baissait sa casquette, souvent doublée d'une capuche. A sa demande, son visage était d'ailleurs flouté dans certains reportages et vidéos promotionnelles.

Les clips ? 

Même look que dans les freestyles filmés du groupe : tête un peu inclinée et couvre-chef sont toujours de la partie.

En concert ? 

Il gardait sa casquette et son visage baissés dans la mesure du possible, ce qui n'était d'ailleurs pas super pratique et doit expliquer en partie son évolution. Le comble étant les lives du morceau Casquette à l'envers où l'artiste se trouvait contraint de porter une casquette à l'envers... par-dessus sa capuche baissée jusqu'aux yeux. Pas facile.

Combien de temps ça a duré ? 

Jusqu'à l'album L'Apogée (2012). Sans doute que plusieurs personnes ont fini par lui expliquer que niveau image, vu le type de public visé, c'était carrément contre-productif de garder un style « Faites Entrer L'Accusé ». Lefa semble avoir coupé la poire en deux en optant pour des lunettes noires, comme son collègue juste en-dessous.

 

Maître Gims

 

C'est devenu depuis longtemps une des caractéristiques du rappeur, il refuse de montrer ses yeux en toute circonstance. Lui aussi avait d'ailleurs été flouté dans le making of du clip Wati By Night, parce que c'est vrai que conserver sa paire de lunettes tout en faisant un salto arrière ce n'est pas donné à tout le monde.

Les clips ? 

Lunettes, toujours. On a eu parfois des petites feintes (il fait mine d'enlever sa paire et dévoile... des yeux brillants façon Midnight Special).

En concert ? 

 Idem.

Combien de temps ça va durer ? 

Vu son niveau d'exposition depuis quelques années, s'il avait dû se dévoiler, ce serait déjà fait. Il ne l'a pas fait aux Victoires de la Musique, il ne l'a pas fait au JT de France 2, ce serait dommage de s'arrêter en si bon chemin.

 

Karlito

 

Contrairement aux apparences c'est un peu l'intrus de la liste, vous allez vite comprendre pourquoi.

Les clips ? Le truc c'est que Karlito n'a jamais vraiment connu un succès commercial renversant, même si beaucoup considèrent son premier opus comme un incontournable (et ils ont raison). Du coup, il a été avant tout porté par la vidéo de La Rue Cause. Par contre, pour le projet Ozas, on peut trouver un clip où il apparaît en club. Sauf que le clip n'a pas vraiment (voire pas du tout) tourné, donc cela revient au même.

En concert ? 

Karlito a toujours le visage découvert quand il monte sur scène.

Combien de temps ça a duré ? 

Juste le temps du clip La Rue Cause et, si l'on veut pousser un peu, on peut englober la période de son premier album solo Contenu Sous Pression, dont la cover ne montrait toujours pas vraiment l'artiste. Karlito n'est pas quelqu'un qui veut absolument garder son anonymat, comme le résume le vidéaste Tcho qui a travaillé récemment avec lui : « j'étais comme tout le monde, je découvre son clip animé où on ne voit jamais sa tête, j'accroche direct. Puis je vois un autre clip qui est en fait un live, et là on voit bien la tête du gars. Et des années plus tard, quand il ouvre « Pour Ceux » de la Mafia K'1fry, il est évidemment à visage découvert... Là je comprends que c'est juste un mec qui s'en fout complètement en fait. Et j'accroche encore plus (rires), le feeling est passé rapidement ».

 

Siboy

 

Membre du 92i, Siboy a multiplié les clips et les freestyles l'année dernière, en plus d'un featuring remarqué sur le dernier album de Booba, Nero Nemesis. Originaire de Mulhouse, le rappeur énervé ne lâche jamais sa cagoule. Notons qu'il est un des seuls de la liste à avoir compris qu'un masque est plus pratique si l'on garde une ouverture pour la bouche.

Les clips ? 

Cagoule, tout le temps, avec des variations de couleur en fonction des vêtements assortis : ce n'est pas parce qu'on est en cosplay du GIGN qu'il faut en oublier l'élégance.

En concert ? 

Qui vivra verra.

Combien de temps ça va durer ? 

De son propre aveu, Siboy voit son port de la cagoule comme « un délire » et n'exclut pas de l'enlever un jour. Il faudra attendre de voir son évolution mais a priori tant que cela ne l'empêche pas de mimer des cunnilingus dans ses clips, le bonhomme n'a pas spécialement de raison de changer.

 

Sefyu

 

A son arrivée dans le rap, Sefyu a expliqué qu'il désirait rendre hommage à tous les artistes qui resteraient dans l'anonymat toute leur vie, tout en disant vouloir mettre en avant sa musique avant tout plutôt que de viser le showbusiness.

Les clips ? 

Dans un premier temps le rappeur apparaissait cagoulé, puis simplement avec une casquette baissée

En concert ? 

Bas les masques, seule la casquette avait son ticket.

Combien de temps ça a duré ? 

Schéma classique : plus le succès a grandi, plus il devenait difficile de continuer à apparaître caché, surtout que le rappeur était très présent sur scène. La cagoule s'est muée en capuche puis en simple casquette. Et fort heureusement Sefyu n'a pas fait la bourde monumentale d'apparaître visage couvert dans l'émission France Europe Express : on a échappé au pire, mais il faut avouer que cela aurait été un moment d'anthologie de voir Christine Ockrent dialoguer avec quelqu'un qui regarde ses pieds avec insistance.

 

Fuzati

 

Fuzati est un cas un peu particulier dans la mesure où il a toujours expliqué que le port du masque sert avant tout à marquer la différence entre lui et son personnage. D'ailleurs il n'a jamais troqué son masque contre quoi que ce soit d'autre ; il ne s'agit pas seulement de se cacher mais aussi de créer un côté fictif. Il y a « juste » eu une évolution entre le masque de ses débuts et celui utilisé par la suite.

Les clips ? 

Il est toujours masqué.

En concert ? 

Idem

Combien de temps ça va durer ? 

Vu la démarche du rappeur, il serait carrément illogique de le voir tomber le masque, sur scène ou ailleurs. Il le conserve durant toutes ses interviews, et c'est littéralement indissociable de son œuvre.

 

 

Niro

 

Ce n'était pas forcément clair pour tout le monde vu que le rappeur de Blois n'a pas spécialement insisté sur cette caractéristique, mais il tient avant tout à rester discret et garder son train de vie normal, d'où le combo lunettes-capuche.

Les clips ? 

Au début, on pouvait trouver des vidéos et des photos officielles de Niro visage totalement découvert. Mais dès que l'artiste a vu le succès arriver, il s'est vite muni de lunettes noires et apparaît le plus souvent avec capuche ou bonnet sur la tête. La discrétion avant tout.

En concert ? 

C'est probablement un des seuls rappeurs qui peut tenir un concert entier en capuche et lunettes sans que cela ait l'air de le gêner plus que ça.

Combien de temps ça va durer ? 

Si l'on se fie à ses dernières vidéos et surtout à l'explication de l'intéressé, ce n'est pas prêt de s'arrêter : "je me suis rendu compte que les gens me reconnaissent dehors, j'ai une maman, faut pas que tout ça me dépasse. J'aurais pu me protéger autrement mais j'ai choisi ça. J'ai fait en sorte qu'on ne me voit pas en dehors de la musique, que je puisse marcher tranquille avec ma femme. Certains me reconnaissent, mais la plupart du temps on ne me calcule pas et c'est bien. Je ne te dis pas que c'est négatif, rien à voir, mais j'aime garder une vie privée."

 

Kekra

 

Nouveau venu dans le rap anonyme-game, Kekra a à peu près les mêmes raisons que ses collègues de ne pas se montrer, sauf qu'il est encore plus déterminé : "je tiens à ma petite routine, j'ai pas envie d'être connu pour le rap, j'ai ma vie à côté", martèle-t-il. Notons d'ailleurs qu'il est l'un des rares avec Fuzati à conserver son visage caché y compris pour les interviews écrites.

Les clips ? 

Cela va du masque de chirurgien à la combinaison capuche et lunettes noires, c'est assez varié mais le bonhomme reste fidèle à son principe et ne se montre pas.

En concert ? 

Comme on a pu le vérifier récemment à La Maroquinerie, Kekra ne tombe pas le masque et cela ne lui pose aucun problème. Sauf quand il veut boire un peu d'eau, là il était obligé de se mettre dos au public.

Combien de temps ça va durer ? 

Si Kekra reste dans le même état d'esprit, on est partis pour longtemps : « Les interviews vidéo, pour le moment c'est mort, ça me dit rien. Peut-être que demain je penserai différemment. Si on fait une vidéo ce sera peut-être la lumière éteinte. Comme dans Ça se discute, avec le rideau et les trucs genre ombres chinoises, tu vois ? Comme ça je pourrai bedav tranquille. » C'est ce qui s'appelle avoir de la suite dans les idées.

 

 


 

Photo : Capture YouTube  Klub Des Loosers -  Volutes

/ le 26 avril 2016

Commentaires