Les plus grands regrets du rap français

Par Yérim Sar / le 28 juillet 2016
Les regrets du rap français
Le rap français compte dans son histoire un bon nombre de rendez-vous manqués, d'artistes surdoués qui n'ont pas forcément eu l'occasion de concrétiser, de séparations de groupes qui font mal aux petits cœurs des fans... Alors « pas l'temps pour les regrets » ?

On prend une longue respiration, on reste calme, et on se replonge dans des souvenirs parfois douloureux. Quand on a apprécié certains artistes, il est toujours difficile de constater qu'ils ne sont pas allés au bout de tout ce que l'on avait imaginé pour eux, parfois à tort d'ailleurs. Petit florilège des regrets qui continuent de rester en travers de la gorge de certains auditeurs.

 

Tandem

 

Si l'on est pragmatique, l'existence discographique du groupe Tandem en tant que telle est assez réduite : un EP (Ceux qui le savent m'écoutent), une mixtape (Tandematique modèle vol. 1, qui ne connaîtra jamais de volume 2) et un album (C'est toujours pour ceux qui savent). Sachant que, dans des styles différents, leur EP et leur album sont aujourd'hui considérés comme des classiques, les fans de la première heure peuvent se sentir assez frustrés. En effet, Mac Tyer et Mac Kregor ont ensuite privilégié leurs projets solo, chacun partant de plus en plus vers une identité forte qui réduisait de fait les possibilités de retour du groupe... Jusqu'à ce que Mac Kregor mette fin à tout espoir en annonçant qu'il n'y aurait plus de projet commun dans une interview. D'un autre côté, ils avaient prévenu dès le début qu'ils « n'attendraient pas d'avoir 40 ans pour faire des projets solo », ce qui peut se comprendre aussi. Pour autant les deux bonhommes ne sont pas en froid puisqu'ils se sont retrouvés le temps d'une apparition côte à côte dans le clip 93 Empire de Sofiane. Du coup, certains se sont remis à croiser les doigts...

 

Nubi

 

Pour tout auditeur qui a eu la chance d'écouter Nubi, que ce soit sur disque, sur scène ou en simple freestyle, difficile d'oublier la puissance du MC. Seulement voilà, le rappeur n'a pas spécialement pu ou su prolonger ces coups d'éclat dans les bacs, malgré son excellent niveau. Déjà il y a eu pas mal de cafouillages niveau labels, puisque Nubi a plus ou moins navigué de Néochrome à Bombattak en passant par 707 Team et Allmade. Que ce soit de son fait ou pas, le résultat est le même : peu de projets solo voient le jour (Scarlattitude en 2006 et Salissures vol. 1 en 2012, qui ne connaîtra jamais de volume 2). Forcément, l'artiste est dans une situation assez paradoxale : il est une influence revendiquée pour pas mal de rappeurs du 91 mais aussi d'ailleurs (pas mal de membres du collectif L'Entourage le citent en référence par exemple) ; dans le même temps il a dit à plusieurs reprises que le rap ne lui apportait pas assez de revenus et a annoncé de manière très pragmatique qu'il préférait donc travailler à plein temps et abandonner la musique. Ces derniers temps on l'a quand même vu en featuring sur un morceau de L'Orgasmixtape 2 d'Alkpote ou encore avec Grödash, et ça faisait sacrément plaisir.

 

La Caution

 

Avec seulement deux albums (Asphalte Hurlante et Peine de Maures/Arc en ciel pour daltoniens, même si on peut ajouter l'album de remix et le LP collectif des Cautionneurs), le groupe de Noisy-Le-Sec a imposé un style bien à lui, notamment avec les instrus uniques produites par Nikkfurie. Les fans considèrent ces ovnis comme des classiques, et c'est vrai qu'entre les flows de haute volée sur chaque morceau et l'originalité en terme de forme, on était sur du haut niveau. Le groupe s'est cependant fait de plus en plus discret les années passant. Mais bon, il se murmure qu'un projet d'au moins un des deux membres est en prévision, alors gardons espoir.

 

Les albums avortés ou jamais sortis

La liste est incroyablement longue. En fait, dans le rap français, il suffit d'interviewer un artiste pour avoir une chance sur deux d'entendre une histoire de projet avorté ou au contraire, d'album enregistré mais jamais sorti du studio pour des raisons qui vont de l'incarcération à des soucis administratifs un peu tristounets. Et forcément, le rap étant une musique qui évolue incroyablement vite, les artistes estiment souvent que sortir un album « en retard » serait une erreur. Du coup, de Despo à Sheryo en passant par le très fantasmé album solo de Ill, on a dû faire le deuil de pas mal de projets. Si on ajoute les arlésiennes comme le 3e album du Ministère AMER ou encore Première Classe 3, il faut avoir les nerfs solides...

 

Les pré-retraités

 

Que l'on parle de Nessbeal, Salif ou encore Alpha 5.20, chacun a annoncé plus ou moins clairement son retrait du monde de la musique, et c'est une déception pour pas mal d'auditeurs tant on ne retrouvera concrètement jamais d'équivalent à chacun dans le rap français actuel. Avec le recul, chacun de ces 3 artistes a offert à cette musique un bon nombre de hits voire de classiques, avant de s'en aller définitivement. Petit bemol pour Nessbeal qui continue d'apparaître ici et là en featuring, d'autant qu'une rumeur le disait sur le retour du studio aux côtés de Kore. Qui vivra verra...

 

Suikon Blaz AD

Le compère de Vald l'accompagne toujours en tournée mais n'est pas vraiment investi à 200% dans la musique, et c'est un peu dommage, surtout quand on voit ce dont il est capable, notamment sur ce morceau, où il lâche un couplet à la limite du sans-faute.

 

Pourtant, et c'est d'ailleurs Vald qui l'avait cafté dans une interview, AD n'est pas passionné par le rap malgré ses facilités au micro : « Tout mon amour pour AD. Je l'appelle, je lui dis faut que tu sortes ton couplet, on en est au mixage. Et le lendemain, il déboule au studio, tranquille. Concernant un projet commun lui et moi, ça dépend de sa motivation. Il est très bon, mais le problème c'est qu'il le sait, du coup il n'en branle pas une. Il se laisse aller je trouve. Il est très fort et si un jour il s'y met pour de vrai évidemment qu'on fera des trucs ensemble. Faudrait que AD pète tout en solo et qu'après on fasse un projet commun. Mais à mon avis, le truc c'est qu'il n’aime pas tant que ça le rap en fait. Il est trop têtu." Dommage, mais on peut sans doute espérer plus d'apparitions à l'avenir, wait & see...

 

Mom's

 

Bien que le grand public ne le connaisse que très peu, Mom's était (et est toujours a priori, c'est comme le vélo ça ne s'oublie pas) un véritable prodige en terme de technique et d'écriture. Il a sorti un seul projet réellement médiatisé avec le label Allmade : Excelle en excellence. Puis, malgré la sortie de certains EP, il semble être retombé dans l'oubli, et c'est vraiment du gâchis parce qu'il mettait des baffes à absolument tout le monde dès qu'il s'agissait de plier une instru. Comme ci-dessus.

 

Le 92i (première époque)

 

Sur le papier, la première formation du 92i était une sacrée dream-team : LIM, Malekal Morte (Mala, Issaka, Brams), Lunatic, Sir Doum's et Nessbeal. Sauf qu'à la séparation de Booba et Ali, chacun prend un chemin différent. Ce qui veut dire que du coup, on jette aux oubliettes tout espoir d'un album collectif. Mais par-dessus le marché, seuls quelques uns continuent d'être réguliers dans la musique, les autres un peu moins. Ainsi le groupe Malekal Morte n'a jamais sorti de long format malgré le potentiel énorme que représentait l'union des trois membres. Aujourd'hui, avec le décès de Brams et le retrait d'Issaka, on peut tout au plus attendre le nouveau projet de Mala, et rien d'autre. Du côté de Sir Doum's, les fans ont eu droit au street-album L'Alien qui en dépit d'un mix un peu laborieux confirmait tout le bien qu'on pensait du MC de Boulogne : flow incisif, technique intacte et lyrics durs, tout était encore là. Malheureusement on attend toujours l'album qui était censé arriver derrière...
Heureusement, il nous restera toujours des featurings cultes et des freestyles légendaires pour nous consoler.

 



 

Crédit Photo : capture d'écran DailyMotion  Booba -  "On Contrôle la Zone"

+ de Nubi sur Mouv

+ de Tandem sur Mouv

+ de 92i sur Mouv'

Par Yérim Sar / le 28 juillet 2016

Commentaires