Les paroles des hits rap et R&B US seraient d'un niveau CE1...

Par Augustin Arrivé / le 20 mai 2015
Les paroles rap/R&B seraient d'une simplicité lexicale record
Une étude américaine publiée cette semaine propose de classer les morceaux ayant occupé la tête des charts US selon la richesse de leurs paroles. En terme de variété de mots et de nombre de syllabes, le rap et le R&B sont à la traîne.


Au début du mois, nous célébrions iciétude scientifique à l'appui, la révolution musicale sans précédent qu'a représenté le rap au début des années 1990. Courant en rupture avec les genres qui l'ont précédé, le rap inventait un flow nouveau et permettait, en outre, de réunir les communautés autour des mêmes morceaux. Une autre étude (consultable ici) s'intéresse aujourd'hui, non pas à la musique, mais aux paroles depuis 10 ans. Et on est loin des éloges précédentes.


Les hits (tous genres confondus) au vocabulaire le plus pauvre, depuis 2005 © Andrew Powell-Morse


Le Texan Andrew Powell-Morse a référencé sans différenciation l'ensemble des morceaux classés numéro 1 des ventes aux Etats-Unis depuis 2005. Autant dire que ça brasse large : de Nicky Minaj à Ozzy Osbourne en passant par Lady Gaga, OutKast et Taylor Swift. Il a comptabilisé dans chaque chanson le nombre de mots différents, et le nombre de lettres et de syllabes de chacun de ces mots. Ce classement indique que, s'il est un domaine dans lequel Iggy Azalea peut difficilement bomber le torse, c'est le niveau de ses textes.

Fancy et Black Widow recueillent des moyennes respectives de 1,9 et 2,1, bien loin des 5,5 de Dani Californiades Red Hot Chili Peppers par exemple. Des mots comme "Alabama""panorama" ou "simultaneous" jouent en faveur des Red Hot, tandis que Fancy ne compte, en tout et pour tout, que cinq mots dépassant les deux syllabes. Cette étude ne va pas chercher plus loin, et son auteur reconnaît lui-même ses limites :

La country music est le seul genre quasiment dépourvu d'interjections comme "oh" ou "yeah" répétées vingt fois de suite. Et je suis désolé mais si vous les utilisez dans une chanson, ça compte comme des paroles.

 



Niveau scolaire requis (1=CP ; 5 = CM2) pour comprendre les genres musicaux © Andrew Powell-Morse


Difficile, dès lors, d'en tirer des conclusions sur la qualité artistique des textes, mais on peut tout de même dégager quelques tendances : Taylor Swift (4,5 pour son We Are Never Ever Getting Back Together) et ses camarades country usent d'un vocabulaire plus articulé que la scansion segmentée de la pop (1,4 pour So What de Pink) et du hip-hop/R&B (1,2 pour Lost Without You de Robin Thicke).

 

Les hits (tous genres confondus) au vocabulaire le plus riche, depuis 2005 © Andrew Powell-Morse


Si les morceaux classés en tête des charts sont d'un niveau lexical moyen accessible à des élèves de CE2, le rap et le R&B se rapprocheraient davantage d'un niveau CE1 tandis que la country flirterait avec le CM1. Quoiqu'il en soit, tout ça n'est pas très flatteur.

Dernier point soulevé : certains artistes comme Beyoncé peuvent proposer des tubes aux lexiques particulièrement pauvres (1,6 pour Single Ladies), puis déclamer des paroles aux termes beaucoup plus évolués (3,9 pour Irreplaceable). Définitivement inclassable, cette Destiny's Child !

 

 


 

Photo de couverture : Cc FlickR Laura Murray

 

Par Augustin Arrivé / le 20 mai 2015

Commentaires