Les meilleurs exercices de style du rap français

Par Yérim Sar / le 19 avril 2016
Les meilleurs exercices de style du rap français
Récemment, le rappeur Tiers-Monde a diffusé un freestyle dans le cadre de la promo de son nouvel album, sauf qu'il a écrit tout son texte sans utiliser la lettre "e". L'occasion de rappeler que depuis longtemps, le rap français aime jouer avec la langue parfois plus que de raison.

Sans E, c'est le titre de la vidéo de Tiers-Monde. Un freestyle conçu pour remercier ceux sans qui il n'en serait pas là aujourd'hui. Sauf que ce n'est pas tout à fait un freestyle comme les autres, et pas seulement parce qu'il y a un roux ou que toute l'équipe Din Records l'accompagne façon Jimmy Fallon  & The Roots et leur "classroom instruments" (ou façon compagnons de la Chanson pour la VF). Non, là où tout se complique, c'est que le rappeur du Havre s'est fixé un défi : pour être raccord avec un jeu de mot du titre (sans eux/sans e), pas une seule fois la lettre E n'est utilisée dans le texte. Essayez, vous verrez que c'est très, très fastidieux à écrire.

 

Bon, pour être tout à fait exact, il faut préciser que le procédé a déjà été utilisé en littérature par Georges Perec, qui a écrit un livre entier sans utiliser la lettre e : La Disparition, qu'on vous conseille chaudement. Tiers-Monde peut du coup passer pour un petit joueur à côté mais n'oublions pas qu'il a deux contraintes supplémentaires : le respect de la mesure et des rimes. Bon boulot et mission réussie.

 Le MC du Nord n'est évidemment pas le seul à s'amuser avec la langue de Molière. Depuis de nombreuses années, les artistes adorent se lancer des défis pour surprendre l'auditeur, briser la routine et plus simplement se faire plaisir. Petite sélection personnelle.

 

La mise en avant d'une lettre

 

Dans 12e lettre, Lino utilise le procédé exactement inverse de ce que l'on vient d'évoquer plus haut. Cela n'aura échappé à personne, le pseudonyme du rappeur commence par un L (et oui), qui est la douzième lettre de l'alphabet (le saviez-vous ?) et c'est en toute logique qu'il s'est acharné à la placer un maximum de fois possible dans ce morceau (fortiche). Le texte est un festival d'allitérations en « L » et cela n'empêche pas le membre d'Ärsenik de pouvoir rimer en conservant son style technique classique.

 

Le Louchébem

 

Si vous faites partie du commun des mortels, il est plus que probable que l'intégralité du dernier couplet d'Akhenaton sur Sale Argot vous semble être un mystère insondable. Rassurez-vous, vous n'avez pas fait une allergie tardive à l'accent marseillais. Simplement, pour illustrer plus que jamais le thème du morceau, le rappeur d'IAM a décidé d'écrire toute une partie de la chanson en louchébem (ou loucherbem) alias largonji des louchébems. Mais encore ? Il s'agit de l'argot utilisé par spécifiquement par les bouchers de Lyon et de Paris, qui date du XIXe siècle mais qui a perduré jusqu'à aujourd'hui dans ce secteur professionnel. Forcément, AKH ne pouvait être totalement familier avec cet étrange dialecte et on imagine tout le travail pour arriver à pondre un couplet entièrement rédigé ainsi.

 

Le story-telling inversé

 

Kery James a souvent endossé le rôle du conteur, mais histoire de donner le change, il décide ici de se la jouer Memento et déconstruit son récit (l'histoire de deux truands, l'un semblant beaucoup plus nerveux que l'autre) en le racontant à l'envers. Ce story-telling inversé peut parfois paraître compliqué pour rien mais niveau écriture cela implique pas mal de difficulté, notamment parce qu'il ne suffit pas de « retourner » les phrases après avoir écrit de façon chronologique ; encore une fois les rimes sont une contrainte. Parce que certains auditeurs ont souvent besoin d'être aidés, le rappeur précisera clairement en fin de morceau « t'as rien compris, remets ce morceau au début, mais le début c’est la fin et ça commence par t’es prévenu ».

 

Bannir les phrases

 

Dans ce morceau, Kennedy a décrété que la structure sujet/verbe/complément était un luxe qu'il ne pouvait pas se permettre et débite ses couplets en se contentant de juste enchaîner des groupes de  mots les uns avec les autres. Banlieue zone est donc un patchwork de plusieurs idées et images et les liens logiques qui les unissent sont toujours évidents sans jamais être explicités (« Mamadou, Benoît, égalité, que dalle », etc).

 

Sé/Go/Lène

Dans son album Peace Maker produit par Mosey alias Pierre Sarkozy, Doc Gynéco a réglé ses comptes de manière un poil subliminale avec le morceau Céleste. Rappelons qu'à cette époque, suite à l'annonce de son soutien à Nicolas Sarkozy et certaines de ses déclarations, Ségolène Royal, interrogée à son sujet, n'avait pas manqué de le tacler, rappelant qu'il « n'est pas Victor Hugo ». Le texte parle d'une fille un peu trop froide et sainte nitouche pour avouer qu'elle le veut et qu'il envisage sérieusement de décoincer, façon Viens voir le docteur. L'astuce, c'est que le premier couplet ne comporte que des rimes en « sé », le second des rimes en « go » et le dernier des rimes en « lène ». And this is how I met your mother.

 

Rimer sur le même mot

 

Bien sûr, le procédé a été tellement utilisé à une époque qu'il en est devenu un gimmick considéré comme de la facilité et rien d'autre. Cependant dans certains cas, c'est une véritable figure de style. Ainsi Dany Dan s'est fait violence sur Laisse-nous débarquer. Pour son dernier couplet, le pape de Boulogne conclut toutes ses mesures par le mot « club ». Il avait d'ailleurs expliqué plus tard que c'était un vrai défi, inspiré par le rap américain : avec un système de « rimes » aussi répétitif, on voit tout de suite qui a un flow suffisamment riche pour ne pas lasser l'auditeur.

 

Les allitérations

 

Casey a toujours été plus que généreuse en terme d'allitérations. Labiales, vélaires, palatales, dentales ou uvulaires, on peut dire que ça y va à fond chez la membre d'Anfalsh, c'est ce qui fait entre autre sa spécificité niveau technique. Mais sur Suis ma plume, elle se laisse aller à un côté egotrip pur et dur ; elle tient à prouver jusqu'où elle peut aller. Pour reprendre ses propres termes "ce morceau, c'est du sport". Jamais elle n'avait poussé aussi loin l'exercice, c'est la foire aux consonnes qui claquent et se répondent les uns aux autres. Cerise sur le gâteau, elle arrive parfaitement à tenir son rythme en live, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

 

Le double-sens

 

Il existe beaucoup, beaucoup de morceaux sur la prison dans le rap français. Mais aucun n'a été aussi subtil que celui de Vîrus dans son approche du thème. Concrètement, le MC ne dit à aucun moment qu'il a été incarcéré et objectivement les moins attentifs pourraient même croire qu'il utilise la thématique de l'enfermement comme une image, pour montrer que même dehors, l'homme reste mentalement enfermé. C'est effectivement le cas, mais tout au long du texte, des double-sens et indices pullulent : « l'isolement, je m'y suis mis tard », « il m'arrive de bouffer avant 19h, de prendre 2-3 douches par semaine » « tout ne tient qu'à un yoyo » « mon cœur attend des nouvelles du greffe »… Jusqu'au titre, puisque Bonne Nouvelle est le petit nom de la maison d'arrêt de Rouen, précisément celle où le rappeur a été contraint de faire un petit tour dans une autre vie.

 

Les personnifications

 

C'est un procédé un peu plus commun que les autres et il est donc utilisé plus souvent mais lorsque c'est bien écrit, cela fait toujours son petit effet.

On peut citer le morceau Elle de la Mafia K'1fry, où chaque membre du collectif présent sur le son décrit une relation malsaine avec une fille à la fois possessive, dangereuse et égoïste, jusqu'à ce qu'OGB dise explicitement dans le dernier couplet « Remplace le mot 'elle' par 'la rue' et tu me comprendras d'un coup ».

La structure sur le mode Usual Suspects, où les rappeurs ne révèlent qu'à la fin de qui ils parlent, ou laissent carrément l'auditeur deviner, est également assez commune. On la retrouve sur Mon Pire Ennemi de Sinik, qui évoque son rapport au cannabis ; dans J'te déteste de Guizmo, qui s'adresse à l'alcool comme si c'était une femme ou encore sur Ma meuf et mon pote de Mister You, qui passe un message d'amour à ses deux proches avant de préciser à la toute fin « ma meuf c'est mon flouze, mon pote c'est mon revolver ».


 


 

Photo : Capture YouTube

Par Yérim Sar / le 19 avril 2016

Commentaires