Les meilleurs bourdonnements 2013

/ le 31 décembre 2013
Les meilleurs bourdonnements de l'année
Bye bye 2013, une année marquée par la toute puissance du "buzz", propulsé tous azimuts sur les réseaux sociaux. Inattendus, efficaces ou contre-productifs, sélection des plus belles réussites et des pires foirades numériques de l'année.

 

Buzz : n.m. Terme anglais signifiant "bourdonnement". Technique marketing consistant à faire du bruit autour d'un événement. Fin 2013, l'expression est considérée comme définitivement ringarde par les pros du web. Il y a quelques années, le secrétariat d’État à la francophonie proposait de remplacer "buzz" par "ramdam". Dont acte.  

Tour d'horizon des principaux ramdams de l'année avec Sébastien Sabiron :

1) "Con los terroristas"

Début février, le vidéaste Filthy Frank ("Frank crasseux") publie une étrange vidéo sur YouTube. Quatre personnes déguisées se déhanchent à s'en péter le bassin sur un gros son de Baauer. Le même jour, un groupe de skateurs australiens livre sa version du Harlem Shake. 31 secondes qui posent les bases du grand n'importe quoi de l'année.

 

En un mois, 50 000 Harlem Shake sont postés sur les plateformes vidéo. On se dandine dans des camions de pompiers, dans une caserne norvégienne, dans une prison française (le Mouv' vous en parlait ici) et même sur un tournage de film porno (ben non, pas de lien, cherchez vous-même...) Ce lipdub minimaliste est aussi devenu un instrument de contestation, utilisé un peu partout à travers le monde.

2) Abercrombie & Fitch n'aime pas les moches

En 2013, la marque américaine de fringues orchestre le pire buzz possible. De quoi donner des cauchemars à tous les marketeux de la planète.

En mai, Abercrombie supprime les vêtements au delà de la taille 38 de ses rayonnages. Pas de "gros" dans des fringues cool, conformément aux préceptes édictés par Mike Jeffries, le PDG d'Abercrombie. Quelques mois plus tard, on apprend que la marque recrute ses employés sur critères physiques.

Excédé par le racisme esthétique de l'enseigne, le philosophe californien Greg Karber relooke les clochards de L.A avec Fitch The Homeless, qui fait le tour du web.

3) Twerk again à St Tropez

Fin août, une énième enfant perdue de l'écurie Disney popularise une danse brésilienne suggestive à une heure de grande écoute. Langue pendante, couettes et sous-vêtements en vinyle, Miley Cyrus vole la vedette à Robin Thicke sur le plateau des MTV VMAs. Un "mème" est né.

  
Le twerk de Miley est détourné à tort et à travers. L'initiative la plus drôle étant sans doute le "fake" de la twerkeuse en feu, orchestré de main de maître par l'animateur américain Jimmy Kimmel.
    

4) David Cameron chasse les clandestins

Au cœur de l'été, le gouvernement britannique lance une charmante campagne d'affichage. Des camions sillonnent Londres. Sur leurs flancs, des affiches : une paire de menottes et une question. "Vous êtes au Royaume Uni en situation irrégulière ? Rentrez chez vous, ou vous serez arrêté."

Le "racistvan" du gouvernement Cameron / DR

  
Rassemblés derrière le hashtag #racistvan, les twittos se lâchent et fustigent le premier ministre britannique. On vous a rassemblé les meilleures parodies ici.

5) Des nouilles homophobes

Dans le genre "bad buzz", Guido Barilla mérite la palme. Fin septembre, le patron de la marque de pâtes répond à une question sur l'absence de couples homo dans ses campagnes de pub :

Je ne ferai jamais un spot publicitaire avec une famille homosexuelle, pas par manque de respect mais parce que je ne suis pas d'accord avec eux. Si les homosexuels ne sont pas contents, ils peuvent manger des pâtes d'une autre marque !


    
Des propos qui enflamment les médias et la twittosphère qui appelle au boycott de la marque. Un mois plus tard, Guido gazouille un mea culpa gay friendly.

6) Un bijoutier niçois recordman des "like"

Fin septembre, un triste fait-divers prend une dimension numérique inédite en France . Le bijoutier niçois qui a abattu un de ses braqueurs est massivement soutenu sur Facebook. Un million et demi de "like" en six jours et des débats borderline sur la légitime défense. Ce soutien interpelle les sceptiques, les autres en rient.

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

  
L'auteur de la page de soutien au bijoutier se défend d'avoir acheté des "like". De toute façon, acheter du buzz n'a jamais été une bonne idée.

7) Le roi du web est un lama

Bon ben vous connaissez l'histoire. Une soirée arrosée, des jeunes bordelais bourrés et un kidnapping potache qui a occupé les réseaux sociaux pendant tout l'automne.

  
Dans le même genre, on a aussi eu le requin du métro new-yorkais. Mais un requin mort. Moins fun.

8) Les drones de promesses d'Amazon

C'est le coup de maître de l'année en matière de ramdam marketing. Le 1er décembre, le géant du E-commerce annonce que la livraison des colis par drones sera possible dans cinq ans. Un projet techniquement et juridiquement irréalisable. Peu importe, tous les médias tombent dans le panneau.

    
Dans la foulée, le PDG de Vente Privée imagine la livraison par téléportation. Un libraire britannique propose même de remplacer les drones par des hiboux : on vous raconte l'histoire ici.

9) Les quenelles sont rances

Certains y voient un salut nazi à l'envers, d'autres un bras d'honneur au "système". En tout cas le geste inventé par Dieudonné a un fort potentiel viral. Les réputations de Tony Parker, Teddy Riner, Yannick Noah, et de Nicolas Anelka en ont sans doute pris un coup. Le footballeur en parle comme une "spéciale dédicace" à son ami Dieudo. No comment.

Quenelle devant l'école juive Ohr Torah de Toulouse, théâtre du quadruple meurtre de Mohamed Merah / DR

10) Beyoncé, reine des abeilles

Fin décembre, la diva de la soul joue les mères Noël et dynamite au passage le marketing musical. Beyoncé sort son nouvel album la nuit, sans annonce ni promo, directement sur la plateforme iTunes. Quatorze titres et dix-sept clips que les fans s'empressent de télécharger.

Le premier jour, 430 000 copies de l'album éponyme sont téléchargées, plus d'un million la première semaine, un record absolu sur la plateforme de téléchargement légal. Trois semaines plus tard, Beyoncé est toujours en tête du Billboard américain. Preuve que la reine de la pop a parfaitement intégré les recettes du buzz : pour faire un max de ramdam, autant la jouer feutré.

   
Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)


Illustration de couverture : cc Flickr par Thomas Bresson
/ le 31 décembre 2013

Commentaires