Les inouïs bourgeonnent à Bourges

Par Sébastien Sabiron / le 24 avril 2014
Les inouïs bourgeonnent à Bourges
Certains d'entre eux ont déjà foulé de plus grosses scènes, mais celle de Bourges a quelque chose de particulier. Les 32 groupes sélectionnés pour les Inouïs (ex-Découvertes) jouent devant un public de professionnels et d'amateurs éclairés. Et ce sont les Inouïs Hip Hop qui ont ouvert le bal.

"Quand tu joues à Bourges, tu joues ton avenir..." La citation est signée Albin de la Simone, qui endosse cette année le costume de président du Jury aux Inouïs du printemps de Bourges. Il aura la lourde tâche de départager la trentaine de groupes francophones qui se succèdent cette année sur les scènes du 22, deux petites salles disposées le long de l'Auron, la rivière bucolique qui serpente en centre-ville.

Musique au bord de l'eau © Sébastien Sabiron
         

Hip Hop de caves (mais pas que)

Parmi les premiers à se lancer : Scoop & J.Keuz, duo hip hop de la région Centre. Sur scène, le MC et son beatmaker déroulent un numéro de duettistes déjà bien rodé (leur deuxième album L'acide dans les idées vient juste de sortir). Leur rap est fluide, ciselé, à base de punchlines grinçantes :

Plus que tout j’exècre les rappeurs prosélytes qui nous disent quel cheminement suivre pour passer de la cave au zénith.



Au passage, J.Keuz mesure la difficulté de jouer un mercredi à 13h30, devant un aréopage de professionnels de la profession :

Scoop & J.Keuz, © Sébastien Sabiron


Nous l'avions rencontré
il y a quelques jours à Paris, Pih Poh, démontre sur la scène de Bourges que malgré son blaze, il ne fait pas dans l'esbrouffe. Derrière son flow mitraillette, le belfortain de 27 ans fait preuve d'une belle présence scénique.

Pih Poh sans sa flûte © Sébastien Sabiron
   

Sobre et plaisant, Pih Poh est l'un des seuls rappeurs de la sélection accompagné de musiciens. On vous laisse un de ses titres en écoute (cliquez sur le player au dessus de l'image)

Billie Brelok, pas de la pacotille

Précédée par un buzz démentiel sur la toile, Billie Brelok arrive à Bourges comme l'OVNI que tout le monde doit avoir vu pour en parler le soir à l'apéro. Pari réussi : la salle est comble et la jeune femme emballe tout le monde en quelques punchlines qui font du bien là où ça fait mal.

Billie Brelok © Sébastien Sabiron 

  
Un look improbable de "girl next door", un morceau scandé en péruvien (son pays d'origine) et des mots très cash, parfois trash, mais qui font toujours sens, Billie Brelok fait partie des artistes à suivre. D'ailleurs le Mouv' ne s'y est pas trompé : pour retrouver le portrait que nous lui avions consacré, c'est par là.

"On est Schlaasss, le meilleur groupe du monde"

Avec deux A et trois S, le duo electroclash stéphanois annonce tout de suite la couleur : éloignez les enfants du poste. Schlaasss parle crû et frontal, il est question de baston, de pratiques sexuelles que la morale réprouve et de chats.

Schlaasss © Sébastien Sabiron 

On est entre Sexy Sushi pour la dialectique hardcore et Die Antwoord pour les rythmes imparables. En tout cas, à Bourges, Schlaasss, tout le monde adooorre. Avec trois A et deux R.



Toute cette semaine, le Mouv' vous fait découvrir les Inouis du Printemps de Bourges. Retrouvez ici nos premiers portraits d'artistes.

Le programme complet des Inouïs est à retrouver par là.

Par Sébastien Sabiron / le 24 avril 2014

Commentaires