Les filles reines du « YouTube Business » ?

Par Florence Baruch / le 15 novembre 2016
Les filles reines du « YouTube Business » ?
Alors que ces demoiselles enchaînent les campagnes de comm, les partenariats et autres évènements « personnal branding », ces messieurs se font plus discrets. Sur leurs réseaux sociaux on lit bien évidemment les promos de leurs dernières vidéos, mais pas spécialement d’annonce de projets. Alors, dans le « YouTube game », où sont les hommes ?

On va peut-être commencer par une petite mise au point. Quand je dis que les hommes sont moins « entreprenants », je parle bien évidemment de business. De projets lucratifs. Loin de moi l’idée de les faire passer pour des fainéants. Norman par exemple, en plus de ses vidéos, poursuit une tournée nationale avec son spectacle « Norman sur scène ».

 

Et Cyprien enchaîne les vidéos d’une qualité digne de court métrage produit par Besson, en plus d’avoir un point de vue sur l’actualité assez prononcé.

 

Mais tout cela pourrait presque passer pour des activités plus artistiques que commerciales. Surtout quand on voit à quel rythme les femmes enchaînent les collaborations


 


D’ailleurs, comment ça marche le « YouTube business » ?

Vous en avez sûrement déjà une idée. Un vidéaste fait une vidéo, la poste sur YouTube, et au milieu de tout ça, se glisse une minute (ou plus) de publicités. Ce sont ces pubs qui rapportent de l’argent au créateur de la vidéo. Mais ce n’est pas si simple. Car cette méthode n’est pas celle qui fait cumuler le plus de money. Il y a différents procédés mais celui que l’on voit le plus souvent appliqué est qu’il faut que mille personnes aient vu la vidéo pour que cela rapporte 10 centimes à son auteur. Il faut donc ENORMEMENT de vues pour que cela puisse permettre au créateur d’en vivre. Pas si simple. Ce qui fait vraiment que Youtubeur est un véritable métier qui remplit le frigo et paye le loyer,  ce sont…  les partenariats.

 

Qu'est ce qu'un partenariat YouTube ?

C’est quand une marque vient vous voir pour vous demander si vous voulez bien la représenter. Si vous voulez bien venir à la soirée qu’elle organise. Si vous voulez bien parler de son dernier produit dans votre vidéo. Si vous voulez bien organiser un concours pour permettre à vos abonnés de gagner le produit en question. Etc etc.

 

 

Et plus vous avez d’abonnés, plus les partenariats rapportent de l’argent. C’est pour ça que les Youtubeurs vous suggèrent plus souvent de vous abonner à leurs chaînes que de mettre des pouces en l’air sur leurs vidéos.  

Si vous voulez en savoir plus, cliquez par ici.


 

Pourquoi les femmes ?

Et à ce jeu des partenariats les Youtubeuses sont très fortes. Très très fortes. Enjoy Phoenix est un des meilleurs exemples. Rien que pour le mois de novembre 2016, elle a sorti un nouveau livre chez Anne Carriere "Carnet de Routes", elle a sorti une collection de vêtements avec La redoute, elle a testé moults jeux vidéos à la Paris Games Week, et c’est sans parler de tous les produits de beauté qu’elle a cité dans ses vidéos.

 

Natoo également est assez fortiche. Pareil, pour elle en un mois : une nouvelle appli, une seconde collection de bijoux, la sortie de Just Dance 2017 pour lequel elle a créé une chanson. Et c’est son corps que vous voyez danser dans le jeu. (Malgré ce qu'elle en dit)

 

Elle a aussi participé à une vidéo sur la première fois. Vidéo qui a été commandée par le gouvernement français, rien que ça.


 

Et c’est sans vous parler de ses projets avec le collectif YouTube le Latte Chaud, qui va notamment à la rencontre des enfants malades des hôpitaux. Cerise sur le gâteau, Natoo elle-même se questionne sur la place des femmes sur Youtube dans sa toute dernière vidéo.

 

 

 


 

Et alors ?

Pourtant malgré tous ces encouragements professionnels, les femmes sur YouTube sont moins consacrées que les hommes. Hormis dans la catégorie beauté bien sûr, où on ne compte plus le nombre de jeunes femmes qui se lancent dans l’aventure. Par ex dans le classement des 100 premiers Youtubeurs français, il n’y a qu’une dizaine de femmes. Et seulement deux provenant de la catégorie humour : Natoo et Andy. Pour pallier ce problème il y a un collectif qui s‘est créé qui s’appelle « les Internettes ». Et qui s’est donné pour mission de promouvoir l’entreprenariat féminin sur YouTube.

 

 

Elles publient régulièrement des portraits de Youtubeuses qui parlent d’autres choses que de mascara et de creepers. Parce que oui, il y en a. Et beaucoup. Seulement, comme les industries de la mode et de la beauté sont celles qui ont le plus d’argent à mettre dans les partenariats, cela attire plus les Youtubeuses que les sciences ou la culture. Dommage.

 

Alors finalement, peut-être que les femmes sur YouTube sont pour l’instant moins connues que les hommes. Mais une chose est sûre, c’est que quand elles se mettent au boulot, elles enchaînent les projets à une cadence monstrueuse. Et ce ne sont plus des YouTubeuses. Ce sont des YouTueuses. 

 


 

Crédit photo : capture YouTube

Florence Baruch est sur Twitter et Instagram


Par Florence Baruch / le 15 novembre 2016

Commentaires