Les DJ en guerre contre SoundCloud

Par Marie Aubert / le 22 avril 2015
Les DJ en guerre contre SoundCloud
SoundCloud a décidé de revoir à la hausse sa politique de droits d'auteur. La plate-forme oublie cependant une chose : le concept de mix par des DJ est de reprendre en partie des morceaux déjà existants. Les artistes se lancent dans une guerre sans merci...

Il existe un certain flou légal autour du concept de mix des DJ. Évidemment, lorsqu'un DJ partage un de ses sons sur sa page SoundCloud, il partage également une partie des morceaux (bases ou samples) qui ne lui appartient pas. 

Dans un premier temps, la plate-forme a séduit les artistes parce qu'elle était réputée pour être ouverte et accessible. Depuis 2013, SoundClound est devenue en partie payante et les DJ et utilisateurs du site sont de plus en plus mécontents. 

Une tentative de détournement

En 2013, la plate-forme avait déjà mis en place une politique de droits d'auteurs plus dure qui avait largement déplu aux utilisateurs. Une pétition avait alors tourné sur la toile:

Soundcloud était un outil de promotion idéal pour les musiciens . Malheureusement ,
avec leur nouvelle politique du droit d'auteur , même un contenu original peut être marqué comme contenu sous copyright , retiré de leur site Web et les comptes des artistes peuvent être fermés .
Pourtant, les gens qui font ces Bootlegs et ses Mashups ne gagnent pas d'argent là-dessus. Certains des plus grands artistes les soutiennent également.


 

Un certain nombre de forums d'entraide avait alors vu le jour, permettant aux DJ de contourner cette politique de droits. Malheureusement, SoundCloud a davantage  resserrer ses restrictions au point d'interdire à certains DJ de diffuser leur travail parce que leurs morceaux uploadés appartenaient à leur label...

Pour cela, la plate-forme utilise un robot appelé ZEFR, il s'agit donc d"une restriction automatisée qui ne convient pas du tout au monde musical.

Le Risque ?

En mettant en place une politique de droits d'auteur très restrictive, SoundCloud risque de perdre un certain nombre d'artistes qui partageaient jusqu'à présent leur travail sur le site. Il existe également un espace de lettres ouvertes destinées à la plate-forme:

Nous préférons prendre le temps de produire une track-list entièrement détaillée d'un DJ set, que d'avoir à traiter les règles de ces conneries de copyright que vous avez établies et qui nous sont imposées.


 

Le DJ parisien Crame a également posté sur sa page SoundCloud un petit message vocal qui prouve bien le problème de compréhension entre la plate-forme et les utilisateurs, qui, rappelons le, payent pour avoir un accès prenium.

Les droits d'auteur en question

Le concept des droits d'auteur est une construction juridique à laquelle SoundCloud, comme tout autre plate-forme de streaming (Youtube, Spotify, Deezer), doit se plier.

Ces droits d'auteur créent de plus en plus de procès et les plate-formes de partage ont certainement peur de voir des maisons de production, des labels ou des artistes se retourner contre eux. Rappelons que SoundCloud a été en partie racheté par le Warner Music Group en 2014...

Cependant, la plate-forme devrait mettre un service de contrôle humain plutôt que de faire confiance au robot ZEFR qui ne regarde pas si l'artiste remixé est d'accord ou non pour prêter ses droits...

 


 

Crédit photo: Illich Mujica 

 

Par Marie Aubert / le 22 avril 2015

Commentaires