Les commentateurs sportifs, médaille d'or des critiques aux JO

/ le 09 août 2016
JO, les commentaires de trop ...
Si les téléspectateurs français n'ont pas encore eu l'occasion de s'enflammer pour les performances de l'équipe de France, ils ont largement eu l'occasion de critiquer sur les réseaux sociaux, le traitement de l'événement par France Télévision. En cause : les propos et les attitudes pour le moins déplacés des consultants ou journalistes sportifs des chaines du groupe audiovisuel public.

Les polémiques ont commencé dès le début des Jeux Olympiques sur France 2, lors de la cérémonie d'ouverture, le 5 aout dernier.

Ces images symbolisent le trafic d’esclaves qui a été nécessaire ici, considéré comme nécessaire pour le développement industriel et surtout agricole de l’époque. Et c’est un esclavage qui a duré très, très longtemps, pratiquement jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Très longtemps, le Brésil a utilisé les services de ses esclaves africains.

Cette citation vient de... Daniel Bilalian, directeur des sports de France Télévisions. C’est sur Twitter que les internautes ont donné l’alerte pour dénoncer ses propos très choquants. 

 

Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) s’est indigné des nombreuses "erreurs, inepties et propos colonialistes par les présentateurs de la chaîne lors de la cérémonie d'ouverture". Le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) a été saisi. 

Louis-Georges Tin, président du CRAN.

La toile continua à s’enflammer suite au comparatif fait par un consultant (Thomas Bouhail, ancien gymnaste) entre l’équipe féminine japonaise de gymnastique et... des Pokémon ! 

 

Fabien Galthié, lui, s'attachait plutôt aux physiques des rugbywomen plutôt qu'à leurs performances : "Les Français sont beaucoup plus mignonnes, féminines que les Américaines".

Lors du premier week-end, c'est André Garcia qui avait été sous le feu des critiques après la défaite de Lauren Rembi (escrime) qui venait échouer pour le gain de la 3e place. Le journaliste n'avait pas hésité à saisir l'athlète, en pleurs, par le bras afin de l'interviewer :

 

Ce n’est pas la première fois que nous entendons des propos choquants sur France Télévision. Ils y en avaient lors des Jeux d’hiver de Sotchi en 2014. Par exemple, Phillipe Candeloro affirmait connaître : "plus d'un anaconda qui aimerait venir embêter" la patineuse Kaetlyn Osmond.

Charlie Hebdo et le dessinateur Charb avaient répondu par cette Une :

Crédit photo : Captures d'écran Twitter & Charlie Hebdo 
Par Lloyd Chéry

 

/ le 09 août 2016

Commentaires