Les collaborations les plus marquantes du rap français

Par Paoline RDlny / le 15 octobre 2016
Les collaborations les plus marquantes du rap français
Remixes, featurings, titres collectifs... Voici un panorama subjectif des associations mémorables entre nos rappeurs hexagonaux.

 Le rap français a connu, connait et connaîtra nombre de groupes, de collectifs ou encore de feats plus ou moins réussis. Mais il lui arrive aussi de s'associer le temps d'un son, d'un remix ou pour une raison noble bien particulière mettant en avant une brochette de kickers pour un couplet. Les initiatives restent malheureusement trop rares, trop exceptionnelles : ces apparitions surprises, ces collaborations inédites, nous en sommes tous friands. Liste subjective

 

Les associations militantes

La France a toujours été un pays qui lutte et qui milite, jusque dans sa musique. Quoi qu'on en dise et quoi qu'on écoute en 2016, le rap français a un attrait pour des textes descriptifs et donc dénonciateurs -parfois malgré eux- de notre société. Rap conscient et politique, sans être des porte-parole ni avoir une image d'exemples, les rappeurs français ont toujours eu cette éthique de se lever pour pointer du doigt les inégalités.

C'est sur une idée de Jean-François Richet, réalisateur des films Ma 6-T va crack-er et plus récemment L'Ennemi public n°1  que le projet 11'30 contre les lois racistes va voir le jour, en 1997. Le topo ?  Une ribambelle de MC's, de Assassin à IAM, en passant par Passi ou encore par Fabe de la Scred Connexion, prend position contre les lois Debré traitant les conditions des immigrés en France. Un titre militant et toujours aussi parlant en 2016.

 

Un an plus tard sort le projet 16'30 contre la censure. On prend les même aux manettes et on recommence mais cette fois-ci, pour une autre cause, des plus importantes dans le rap français : la censure. Sur une boucle, sample de ''J'appuie sur la gâchette'' de NTM, des rappeurs de taille enchaînent les couplets : la Fonky Family, KDD ou encore Chien de Paille pour ne citer qu'eux.

 

Tous les ans sur TF1 se déroule dans la bonne humeur le concert des Enfoirés, pour une triste cause : donner des fonds pour les personnes dans le besoin. Rappelons que Coluche avait créé les Restos du Coeur dans l'espoir utopique qu'ils n'auront utilité seulement pour une seule année. En 1999, le rap français se donne la main pour ''nos semblables qui crèvent la dalle sur les dalles du métro parisien'': mené par Joey Starr, le titre Ghetto People réunit Sniper, Haroun de la Scred Connexion ou encore Iron Sy.

 

 

Les remixes

Garder la musicalité initiale et faire poser ses potes et/ou des nouvelles têtes pour les implanter officiellement dans le paysage rap : c'est le principe de remixer un de ses morceaux. Et puis, indirectement, c'est une façon subtile de continuer à faire vivre son projet et d'en faire parler car tous les invités vont forcément faire tourner le titre sur leurs réseaux. Tout le monde s'y retrouve.

En 2011, Nakk Mendosa sort en format double CD la réédition de Le Monde est mon pays, son premier album solo. C'est à cette occasion qu'on a pu découvrir le titre 'Invincible sur un sample des premières notes de Heart of Courage de Two Steps from Hell. Mais ce n'est pas tout : le meilleur reste à venir. Un an plus tard, Nakk Mendosa sort Darksun, un street album de 14 titres et choisit de faire le remix de Invincible : quelle bonne idée ! Une vraie leçon d'écriture donnée par REDK, Youssoupha ou encore Médine.

 

Le quatrième album de La Fouine sort en 2011 : intitulé La Fouine vs Laouni, c'est un double album pour couvrir les deux facettes de l'artiste, le rappeur et le chanteur. Et c'est sur le CD1 que Fouiny nous place le titre Bafana Bafana, un son énergique qui nous fait bouger la tête même encore aujourd'hui. Le Bafana Bafana Remix nous remet encore plus dedans avec des guests dignes de ce nom : Nessbeal, un Soprano en pleine forme, le frangin Canardo, la Guadeloupe toujours aussi bien représentée par Admiral T, la prose bien grasse de Seth Gueko, le tout saucé par Monsieur Cut Killer : on en redemande !

 

Il a sorti Mouhammad Alix, et on se rappelle encore comment Dernier MC de Kery James démarrait bien ! Le titre éponyme en guise d'intro nous donnait des pulsions de motivation à n'importe quelle heure de la journée. C'était en 2013. Réécrire quelque chose après le très bon morceau initial n'était pas une mince affaire. Et pourtant, dans l'édition Deluxe, petite cerise : Kery James laisse place à Tunisiano, Orelsan ou encore Lino pour un remix très bien maîtrisé.

 

Les featurings 

Les feats coups de poing, on en a tous en tête. En duo, il y en a à la pelle, qu'ils mettent en avant deux gros artistes du rap game, un rappeur et une voix féminin ou encore deux groupes. On se rappelle aussi de quelques collaborations rap français/rap US ou encore de certaines prises de risques comme le Christine and the Queens x Booba sorti en février 2016. En trio, même si cela se fait un peu plus rare, on en compte quelques uns : rappelez-vous du Coup du Patron signé Dosseh, Gradur et Joke qui avait fait parler de lui à sa sortie en 2014. Les feats font plaisir et créent la surprise. Surtout quand ils dépassent la norme des quatre artistes habituels.

C'est en 2003 que le groupe Sniper décide de sortir Gravé dans la roche, son 2ème album. Avec des sons devenus classiques comme le titre éponyme ou encore 'Sans (re)pères', le dernier track enfonce un peu plus le clou et assure d'autant plus la grande qualité du projet, tel le bouquet final d'un feu d'artifice. En effet, Panam All Starz rassemble tous les poids lourds du rap game parisien du moment, devenant incontournables par la suite. Chacun représente son département et le défend dans un principe de battle : Sinik et Diam's, le 91 ; Salif et Zoxea pour le 92 ou encore le 113 pour le 94. On ne s'en lasse pas.

 

En 2005, le groupe Tandem nous offre un vrai bijou auditif et visuel : La Trilogie. Un scénario clipé en trois parties, où la vengeance est au cœur du sujet. Le chapitre 3, Le Jugement, met en scène le tribunal où le personnage principal tenu par Mac Tyer se rend au tribunal pour recevoir sa condamnation. Un rap sous forme de dialogue rondement mené par Diam's, la juge, Faf Larage, le procureur et d'autres personnages grâce auxquels la plaidoirie va avancer comme l'avocat principal joué par Kery James. Tout se tient parfaitement : le champ lexical du droit, les costumes, le charisme de chacun. Un exercice marquant dans le rap français.

 

En 2013, sur son album Drôle de parcours, La Fouine réunit tout Paris pour son Paname Boss : le clip en témoigne ! Les Sages Poètes de la Rue, Busta Flex, Ärsenik font acte de présence mais à poser sur le titre, de nombreuses voix familières se font entendre comme celle de Tunisiano et son acolyte de toujours Aketo, Youssoupha, ou encore Niro. Le titre a remué la toile car à la suite de sa sortie, La Fouine a eu l'excellente de lancer un concours : tous les départements ou grosses villes de l'hexagone étaient invités à reprendre l'instrumental et à poser dessus. Le déferlement commence : Ulis Boss ou Corbeil Boss pour le 91, ou encore jusqu'à Lille avec Lille Boss ou jusqu'au sud ouest avec Sud Ouest Boss. Bref, la France se "bosserise" le temps d'une saison : bon coup marketing pour Fouiny Babe !

 

 

Bonus Track

Faire un medley de rap français pour rendre hommage à ses acteurs tout en écrivant un texte à sa sauce et en invitant (presque) tous les intéressés dans son clip ? C'est ce que Bakar a réussi à faire avec Classic issu de son premier album Pour les quartiers sorti en 2005. Oxmo Puccino, IAM, Sniper, Kery James, Tandem, Nessbeal mais aussi Kool Shen, tous ont joué le jeu et se voient reprendre un de leur classique. Belle performance !

 

Les grosses associations de rappeurs restent rares dans le rap français, et c'est en ça qu'elles sont mémorables. Mémorables aussi sont les feats qui débordent du cadre rapologique pur et dur comme les collaborations avec des sportifs. On se rappelle forcément (et malheureusement) du Booba x Tony Parker ou encore du Rohff x Karim Benzema. Les acteurs se mettent au jeu, eux aussi. Ne faisant que des apparitions visuelles comme Saïd Taghmaoui dans le clip Demi Parrain de Demi Portion ou encore Kyan Khojandi, Monsieur Bref, devient Monsieur Tout le monde pour Bigflo & Oli. Les frères viennent de remettre ça, en invitant Jean Dujardin aka Brice de Nice à chanter avec eux, prouesse ! Les collaborations créatives ont encore une belle route devant elles.



 

Photo : Capture écran Kery James - Musique Nègre

Par Paoline RDlny / le 15 octobre 2016

Commentaires