Les chevaliers de Baphomet sont de retour

Par Augustin Arrivé / le 04 décembre 2013
Les chevaliers de Baphomet sont de retour
George Stobbart et Nicole Collard reprennent du service. La saga vidéo-ludique "Les chevaliers de Baphomet" se prolonge aujourd'hui avec un cinquième opus : "La malédiction du serpent", dispo sur ordi et bientôt sur tablettes.

 

Si Augustin Arrivé, du Mouv', a peur des clowns, ce n'est pas seulement à cause de Stephen King. Les Chevaliers de Baphomet sont un peu responsables. Reportage ci-dessous :

Affiche de La malédiction du serpent, le 5e "Chevaliers"... © Revolution Software, 2013

 

Vous rappelez-vous du clown poseur de bombe, du catogan d'André Lobineau et de la culotte de Nico ? Lorsque le jeu Les chevaliers de Baphomet sort en 1997, ces personnages deviennent instantanément cultes. Un million d'exemplaires vendus dans le monde. Alors que la Playstation développe un graphisme de plus en plus sophistiqué (dont Tomb Raider et Metal Gear Solid pouvaient bénéficier), le Britannique Charles Cecil optait pour un retour aux fondamentaux : un bon vieux point-and-click aux décors de BD, lent et souvent fastidieux.

 

Intro du premier volet des Chevaliers de Baphomet © Virgin Interactive, 1997

 

Le charme opère. L'atmosphère de mystère, le scénar' ciselé à la perfection, peut-être même l'accent anglais du héros contribuent au succès du titre. Un deuxième opus sort dans la foulée. Les boucliers de Quetalcoatl séduisent tout autant. Puis plus rien. Sept ans sans nouvelle.

 

George et Nico connaissent deux autres aventures, Le manuscrit de Voynich, en 2003, et Les gardiens du temple de Salomon, en 2006. Développés en 3D, ils ne connaissent pas la même gloire. Le vrai retour des héros date de 2010 : une version restaurée et enrichie des deux premiers volets sort sur ordis et tablettes. A nouveau, des centaines de milliers d'exemplaires vendus.

 

Les chevaliers de Baphomet épisode 5 sort ce mercredi. Il s'intitule La malédiction du serpent. Charles Cecil est toujours aux manettes, et pour s'assurer une indépendance totale, il a fait financer le jeu par les fans. Finger in the nose : son appel aux dons sur Kickstarter lui permet de récolter près de 800.000$ en un mois alors qu'il n'en espérait que la moitié.

 

Bande annonce de La malédiction du serpent, cinquième volume de la série © Revolution Software, 2013

 

Une année s'écoule encore pendant laquelle les donateurs peuvent suggérer des modifications aux versions embryonnaires du jeu. La malédiction du serpent revient à la 2D d'origine, avec toutefois une animation 3D des personnages. Un bon compromis qui devrait satisfaire les nostalgiques sans rebuter les nouveaux venus.

 

Mais attention : ce nouvel épisode est divisé en deux parties. La seconde moitié sortira en janvier. Pour l'instant, seule une version ordi est en vente (un peu plus de 20$ en téléchargement sur Steam ou Gog). Une adaptation pour smartphones et tablettes est prévue pour le début d'année 2014.

 

Après ça, Charles Cecil n'abandonnera pas ses personnages. Il envisage de les transposer au cinéma. A condition d'être associé à l'intégralité de la conception du film. Et il a déjà sa petite idée pour le casting : il verrait bien Marion Cotillard dans le rôle de Nico. Espérons qu'elle ne meurt pas à la fin.

 

Les jeux vidéo sur le Mouv', c'est aussi une chronique de Philippe Audoin. Cliquez ici.

 
Par Augustin Arrivé / le 04 décembre 2013

Commentaires