Les Cannabis Social Clubs face au juge

Par Gaële Joly / le 17 avril 2013
Les Cannabis social clubs (CSC) face au juge
Alors qu’on légalise le cannabis aux Etats-Unis (Colorado, Washington), en France, Dominique Broc encourt jusqu’à 18 mois de prison avec sursis pour « détention et provocation à l’usage de stupéfiant ». Le tribunal de Tours doit rendre son jugement aujourd’hui. Retour sur l’affaire.

 

Ils ont réussi à lui faire perdre son beau sourire. Dominique Broc, porte-parole des Cannabis Social Clubs (CSC) en France, chantre de la dépénalisation du cannabis, attend le jugement du tribunal correctionnel de Tours.

Le procureur a requis dix mois de prison, avec sursis, à l’encontre de ce jardinier de 44 ans, poursuivi pour usage, détention de cannabis et provocation à l’usage de stupéfiants, ainsi que pour refus de prélèvement d’ADN lors de son interpellation le 21 février, à son domicile d’Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire). Ce jour-là, les gendarmes avaient découvert chez lui 126 plants de chanvre et 26 g de cannabis.

Pour Farid Ghehiouèche, de Cannabis Sans Frontières, l'arrestation de Dominique Broc, c'est de l'intimidation politique

Dominique Broc, dans son Cannabis Social Club (CSC) de Tours

 

Dominique Broc est à l’origine du mouvement des Cannabis Social Clubs, (CSC), ces clubs où l'on cultive entre amis et qui ont voulu sortir de l’illégalité en se déclarant en préfecture entre le 4 et le 25 mars

Gaele Joly de la rédaction du Mouv s’était d’ailleurs rendue à Calais, dans le Nord-Pas-de-Calais, dans l'un de ces Cannabis Social Clubs, tout juste en train de se monter:

 

«Ce que l’on fait, c’est sans danger pour la liberté des autres», a-t-il dit à l’audience. «On n’a pas d’autres choix que de passer par l’autoproduction si on ne veut pas enrichir les mafias. Je vous le dis, on n’arrêtera pas. Je ne vais pas arrêter de consommer, et je ne vais pas non plus enrichir l’économie souterraine», a-t-il déclaré au président du tribunal, Jean de Mattéis.

Dominique Broc s'explique sur l'antenne du Mouv' :

 

Dominique Broc est ànouveau convoqué le 2 mai devant la justice qui l’a assigné, avec douze autres personnes, pour dissoudre la Fédération des Cannabis Social Clubs, qu’ils avaient déclarée officiellement en préfecture le 4 mars à Tours. Elle était parue au Journal officiel quelques semaines plus tard.

Dans la foulée, une quinzaine de Cannabis Social Clubs se sont également déclarés et certains, comme celui de Vendée, sont déjà parus au Journal officiel. Une procédure de dissolution vient d’être requise par le procureur de la République, devant le tribunal de La Roche-sur-Yon. Affaire reportée au 18 juin.

 

Par Gaële Joly / le 17 avril 2013

Commentaires