Le "tchip" viré du collège

Par Sébastien Sabiron / le 03 juin 2015
 Le "tchip" viré du collège
De plus en plus répandu chez les adolescents, ce bruit de succion exaspère les enseignants. Le "tchip" étant considéré comme une insulte, plusieurs établissements de région parisienne ont décidé de l'interdire.

Les américains disent "to suck your teeth", littéralement "sucer ses dents". Le "tchip" ou "tchipage", du verbe "tchiper" est une onomatopée d'origine africaine et carribéenne. Il se fait machoire serrée, en aspirant les lèvres vers les dents.

Utilisé par les mères créoles et africaines pour réprimander leur progéniture, c'est une marque de mépris, de dédain ou de rébellion. Tout dépend si le "tchip" est court ou long, léger ou appuyé, soutenu par un rictus ou un froncement de sourcils.


Culturellement, le tchip est soumis à tout un tas de règles tacites : on ne "tchipe" pas un adulte ou un garant de l'autorité. On ne "contre-tchipe" pas sa mère. Des règles élémentaires de bienséance que les collégiens français semblent ignorer.

 

On ne "tchipe" pas un adulte

De plus en plus, on tchipe en classe pour marquer sa désapprobation face au prof. A Evry (Essonne), le proviseur adjoint du Lycée des Métiers Charles Baudelaire a décidé de sévir. Eric Dogo a carrément interdit le tchip en classe. Ce Béninois d'origine explique au Parisien à quel point cette pratique est vulgaire :

J'ai grandi en Afrique et quand j’étais petit j’avais interdiction formelle de tchiper les autres. 80% des élèves, dans certaines classes, sont noirs. Il faut qu'ils se débarrassent de certains codes culturels inappropriés au monde scolaire et au monde de l'entreprise. Le tchip est interdit au lycée, comme toute insulte, car c'est une insulte.



Un autre collège d'Evry prévoit d'interdire le "tchip" à la rentrée prochaine, plusieurs établissements pourraient suivre cette voie.

 

Le "tchip" en politique

On imagine malgré tout que le phénomène sera difficile à endiguer, d'autant plus quand la Ministre de la justice elle-même fait la promotion du "tchip" dans les médias. Christiane Taubira répondait sur Itele à ses détracteurs du Front National.


Parmi les autres "tchipeurs" célèbres, on peut également citer Kevin Razy. L'humoriste du Studio Bagel s'était fait connaître en 2010, gràce à cette parodie de Bref à la sauce antillaise.


 

Images d'illustration : capture d'écran Karambolage © Arte

 

Par Sébastien Sabiron / le 03 juin 2015

Commentaires