Le smartphone en kit se dévoile

Par Sébastien Sabiron / le 06 mars 2015
Le smartphone en kit se dévoile
Marre de l'obsolescence programmée ? Après des mois d'attente, le fabricant Yezz a levé le voile sur son smartphone en kit. Sous l'égide de Google, le "projet Ara" permettra de concevoir son propre smartphone selon ses usages, de le mettre à jour de remplacer soi-même les pièces défectueuses.

Ils sont bien gentils Apple, Samsung et les autres. Chaque année ils nous vendent le must du "must have" : meilleur processeur, meilleure mémoire, meilleur appareil photo, capteur d'empreintes... Tout un tas de raisons de vous faire acheter un nouveau smartphone et mettre au rebut votre antiquité acquise l'année d'avant. 

En 2013 nous vous parlions du "Phoneblock", un concept faisant l'objet d'une campagne de crowdfunding, concept racheté par Google et rebaptisé "projet Ara".

C'est Yezz, partenaire de Google, qui s'est lancé la première dans l'aventure du smartphone modulaire. Cette entreprise sino-américaine a fait forte impression en présentant son prototype au Mobile World Congress de Barcelone.

Surtout connu en Amérique du Sud, Yezz vend des smartphones bon marché, sur Android, Firefox OS et Windows Phone. Son smartphone modulaire ressemble a un puzzle. Les composants sont rattachés au châssis (un endosquelette en alu fourni par Google) grâce à un système d'électroaimants.

Fantasme absolu de tous les geeks, il permettra à chacun de choisir les spécifications de son smartphone: processeur, mémoire, écran, appareil photo, batterie de plus ou moins grande capacité... Outre le fait de pouvoir remplacer les pièces défectueuses, l'intérêt est de pouvoir construire un appareil a son image, adapté à ses usages.

La photo de chien est en option / CC Flickr pestoverde


Google a annoncé un test de commercialisation à grande échelle cette année à Porto Rico (sans préciser de date précise). Yezz a d'ores et déjà conçu une centaine de modules permettant de concevoir un smartphone allant de 50 à 299 dollars. Au début, la petite entreprise aura l'exclusivité, mais des géants comme Toshiba ont déjà conçu plusieurs modules compatibles. 

A terme, ces modules seront disponibles à la vente au sein d'une boutique dédiée (on parle d'un "Ara Store", comparable au "Playstore" de Google. Il suffira de quelques clics pour mettre à jour son smartphone ou en changer radicalement les spécificités techniques. Peut-être le début de la fin de l’obsolescence programmée dans le secteur des smartphones.

 


 

Image d'illustration : CC Flickr pestoverde

Par Sébastien Sabiron / le 06 mars 2015

Commentaires