Le rock aux enchères

/ le 07 novembre 2013
Bowie, Rolling Stones, Police, tout doit disparaître
La salle des ventes parisienne Artcurial met aux enchères ce jeudi plus de 350 objets iconiques de l'histoire du rock. Des instruments, des costumes, des affiches, des disques... De quoi se constituer son propre musée du rock à domicile.

 

Automne 1975. David Bowie vit reclus dans sa maison de Los Angeles. Il ne se nourrit plus que de poivrons et de lait et sniffe de la cocaïne en quantités astronomiques. De cette période brumeuse dans la vie de la rock star naitra l'album Station to Station, 38 minutes grandioses qui bouclent en beauté la période Ziggy Stardust. Un album composé sur cette guitare, selon les dires de l'artiste :

Guitare conçue par le Luthier Dan Armstong pour David Bowie / DR
       
Pour vous l'offrir et jouer les "thin white duke" (personnage inauguré par Bowie à cette époque) devant le miroir de votre salle de bain, il vous faudra débourser au minimum 35 000 euros. It's only rock n' roll, mais ce n'est quand même pas donné.
       
      
Les 350 lots de la vente sont issus des collections privées d'Henry Padovani, premier guitariste de Police et de Screaming Jay Hawkins, mort en France début 2000. On y trouve donc plusieurs costumes de scène de l'interprète grand-guignol de I put a spell on you et de Constipation Blues.
        
Ne passez plus inaperçu dans les dîners en ville / DR
      
Plus sobre, le T-shirt un peu rapé de Woodstock (estimé entre 2000 et 3000 €), ou une mixtape des Clash dont on ne sait pas vraiment ce qu'elle contient (entre 200 et 300 €). Histoire de se la péter un peu plus, vous pourrez accrocher le double disque d'or du Some Girls des Stones dans votre salon, mais c'est un peu plus cher : mise à prix 8000 €. 
         
Vestiges du rock / DR 
         
Juke Box Wurlitzer / DR
 
 
 
 
 
Les plus fortunés pourront tenter de s'offrir des clichés iconiques des Beatles, des Clash, de Jimi Hendrix ou de Lou Reed, ainsi qu'un magnifique Juke Box au style art nouveau.  
 
 
Entre autres instruments de musique, la vente propose aussi des vinyles en éditions originales, sans doute un peu surestimés par les experts.
   
   
   
   
   
    
  
  
 
 
Les monomaniaques du Pop Art pourront faire main basse sur la collection complète des pochettes de disques dessinées par Andy Warhol, pas loin d'une cinquantaine. A condition d'avoir au moins 30 000 euros de côté.
       
Velvet Underground, John Lennon et Debbie Harry (ex Blondie) vus par Warhol / DR
      
It's only Rock n' Roll chez Artcurial (Paris VIII ème)  début de la vente à 19h. Enchères par téléphone au 01.42.99.20.51.
           
Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron) 
/ le 07 novembre 2013

Commentaires