Le rap et les figures religieuses

/ le 08 juillet 2016
Le rap et les figures religieuses
Mégalomanie, provocation, surpuissance… Les rappeurs se confondent avec des images théologiques.Loin de la littérature, le rap prend des allures de Da Vinci Code empruntant la théologie à Dan Brown. Les anges et les démons et autres divinités ne noircissent plus des lignes, mais remplissent le souffle des rappeurs.

Au sommet de la pyramide du rap game, il y a ce nom qui revient : Eminem… Huit albums solos et a20 ans de carrière à son actif. Slim Shady n’a pas froid aux yeux et lance dans Rap God : « I'm beginnin' to feel like a rap god, rap god, all my people from the front to the back nod, back nod, now who thinks their arms are long enough to slap box ? »

« Je commence à me sentir comme un Dieu du rap, Dieu du rap, tout mon public est d’accord, qui pense avoir les bras assez longs pour me gifler ? » (Eminem – Rap God)

On le retrouve dans son univers, un clip déjanté où il nous balance une prestation divine 1560 mots en 6 minutes.

 

Jésus

Après le père, vient le fils qui essaye de suivre la cadence ! Kanye West s’était illustré en 2013 avec l’album : « Yeezus »… Sixième album de l’artiste originaire de Chicago où il poussait l’égo trip à son paroxysme avec son morceau : « I am a god ». « I just talked to Jesus, He said : « What up, Yeezus ? » I said, « Shit I’m chillin’ tryna stack these millions… » “Je viens de parler à Jésus, il a dit : « Quoi de neuf Yeezus ? » J’ai dit : « M.., j’essaye d’empiler ces millions… » Cette fascination pour le divin ne date pas d’hier, car en 2010 il lançait « I guess every superhero need his theme music… » :

« J’imagine que chaque super héros a besoin de sa chanson… » (Kanye West – Power)

  Le clip est une fresque rappelant le plafond de la chapelle Sixtine, on voit des anges et des démons paradant autour de Mister West.

 

Ange 

Suivant les pas de Yeezus, Angel Haze, cette artiste fraichement arrivée dans le rap avec un album années aux compteurs compte bien laisser son empreinte. Elle n’a pas forcé l’image contrairement aux autres. Angel signifie : ange, mais son pseudo est tiré de son vrai patronyme : Raykeea Angel Wilson. Elle est peut-être un ange dans la vie civile, mais dans le rap c’est une autre affaire avec son flow ultrarapide distillé dans un univers bien sombre.

« I’m out here yelling bitch, look at me now ! I was once underground now I’m stuck in the clouds… » « Je sors d’ici crier s..., regardez à moi maintenant ! J’ai été une fois sur le terrain, maintenant je suis coincé dans les nuages… » (Angel Haze – A Tribe Call Red)


Antéchrist

Rick Ross sort de son port et semble vouloir faire sa bonne action. Le boss de Miami n’est ni Jésus ni un ange, mais il prêche la "bonne parole" dans son sixième album :

 « Motherfucker, but the devil is a lie, the devil is a lie, bitch I'm the truth, the devil is a lie, bitch I'm the proof… » « Fils de p..., le diable est un mensonge, le diable est un mensonge, s... je suis la vérité, le diable est un mensonge, s... j’en suis la preuve… » (Rick Ross ft. Jay Z)


Par opposition au Diable, Rozay se prend lui aussi pour un Dieu parmi les hommes... Quitte à froisser, choquer une partie de la population, les rappeurs ne reculent devant rien pour pouvoir démontrer leur puissance, plongeant dans la démesure, l’absurde, la religion pour aller encore plus loin que le voisin… Une façon bien étrange de jouer à celui qui ira le plus loin.

 


 

Par Lansala Delcielo
Crédit photo : CC Flickr Jason Persse

/ le 08 juillet 2016

Commentaires