Le prix Nobel que les rappeurs chérissaient

Par Augustin Arrivé / le 14 octobre 2016
Le prix Nobel que les rappeurs chérissaient
Bob Dylan, honoré cette semaine du Prix Nobel de littérature "pour avoir créé de nouveaux modes d'expression poétique", était également un indéniable mélodiste. Des compositions souvent samplées par le monde du hip-hop, par les rappeurs ou les DJs.

OK, il écrit bien, le mot "songwriter" lui va comme un gant, quoique l'accessoire vestimentaire ne soit pas conseillé pour un guitariste comme lui. Bob Dylan vient de décrocher le Nobel de littérature et, n'en déplaise aux haters, il le mérite bien. L'artiste n'a pas encore réagi à cette décision surprenante de l'Académie, son ami Bob Neuwirth pense d'ailleurs (et le dit au Washington Post) qu'il ne fera jamais de remerciements. A quoi bon jacasser alors que "the answer my friend is blowin in the wind".

L'Académie Nobel a indiqué jeudi, par la voix de sa secrétaire générale, Sara Danius, qu'elle saluait Dylan "pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique". Sa chanson The Times They Are A Changin, sortie en l'an de grâce 1964, devient soudainement prophétique :

The loser now will be later to win for the times ther're a-changin'.


 

Il écrit bien, Dylan, mais il compose aussi magnifiquement, et les rappeurs ne s'y sont pas trompés, samplant tube sur tube avec délectation. Ainsi Kid Cudi, avec Lay Lady Lay remixé sur Highs N Lows (mais on pourrait en citer d'autres, comme son Party All The Time qui sample la moins connue All The Tired Horses). Les Beastie Boys qui laissent entendre le filet nasillard du folk singer à la fin de Finger Lickin' Good. Ou Major Lazer reprenant les percus de Mr Tambourine Man pour raconter la vie de sa Mary Jane.

 

 

 

 

Il y eut aussi DJ Skills et DJ Double D mixant This Wheel's on Fire pour en faire le simple Wheels On Fire, un brin passé dans l'oubli, reconnaissons-le. Et la rythmique du Subterranean Homesick Blues remaniée par les Looptroop sur Fruits of Babylone.

 

 

 

Pour ne citer qu'eux. Convaincus ?

 


Photo de couverture : pochette de l'album The Freewheelin'Bob Dylan, de Bob Dylan © Columbia, 1963

 

Par Augustin Arrivé / le 14 octobre 2016

Commentaires