Le Printemps de Billie Brelok

Par Sébastien Sabiron / le 26 avril 2014
Le Printemps de Billie Brelok
Son nom circulait depuis sa performance marquante mercredi après-midi. Billie Brelok, rappeuse hors cadre, remporte le prix Inouïs du Printemps de Bourges 2014. Le prix du jury est attribué au québécois Mark Berube.

Son pseudo transpire l'autodérision. Dans son morceau Bâtarde, elle se raconte avec des mots très crus, des mots qui claquent comme une rafale de Kalash'. Remarquée par le Mouv' dès sa sélection aux Inouïs, Billie Brelok n'est pas en recherche de street credibility. Elle est crédible, tout simplement.

>> Retrouvez ici notre chronique de son concert à Bourges.


Repérée dans sa ville de Nanterre, la jeune femme d'origine péruvienne a séduit le jury du Printemps de Bourges par son phrasé tranchant, pour ses lyrics inventifs et généreux qui frappent fort dès la première écoute. Le président du Jury Albin de la Simone :

Albin de la Simone (Cliquez sur le player) © Sébastien Sabiron

Le prix du jury revient à Mark Berube. Inconnu en France, mais star montante au Québec, le Montréalais pratique un indie rock kaléidoscopique, teinté d'influences tantôt eighties, tantôt world (il a passé une partie de son enfance au Swaziland et rêve d'enregistrer un album avec le malien Salif Keita).


Un peu plus tôt dans l'après-midi, Albin de la Simone nous confiait que la délibération finale serait sans doute plus aisée que ce qu'il craignait en acceptant (avec un peu d'appréhension) de présider le jury du festival berrichon :

Le jury au travail (cliquez sur le player) © Sébastien Sabiron

  
Également membre du jury, Christophe Crénel (oui oui, notre Christophe à nous, que vous entendez tout les jours dans le 16-18) évoque la difficulté de faire le tri entre ses coups de coeur quotidiens :


La Suisse en fanfare

Il faut dire qu'on a encore entendu plein de belles choses samedi après-midi sur la scène du 22 d'Auron. A commencer par les incroyables suisses de L'Orchestre tout puissant Marcel Duchamp.

L'Orchestre tout puissant Marcel Duchamp © Sébastien Sabiron

  
Non contents de rendre hommage dans son nom au père des ready made, le sextet genevois parvient à rendre évidente une pop sophistiquée, dynamitée par des rythmes africains. Le tout ressemble à un collage dadaïste, mais pas intello, qui donne des fourmis dans les jambes.

L'Orchestre tout puissant Marcel Duchamp © Sébastien Sabiron


Pur produit de la scène alternative genevoise, "L'OTPMD" a déjà plus de 200 concerts au compteur. Le combo est lié à The X et leur album Rotorotor a été produit à Brighton par John Parish, le complice de PJ Harvey. Pour la petite histoire, le batteur Wilf Plum, maestro de la baguette, matraquait les fûts de Dog Faced Hermans, cultissime combo anarcho-punk des années 80.

L'Orchestre tout puissant Marcel Duchamp © Sébastien Sabiron

   
Grand Blanc jette un froid

Ils ont grandi près de Metz, entre les hauts fourneaux et les anciennes cités minières. De cette grise Lorraine, les Grand Blanc ont gardé une gravité qui imprègne leur musique, d'une beauté glaçante. Nord, leur prometteuse démo, donne la couleur.

Grand Blanc © Sébastien Sabiron

On pense à Bashung, à Taxi Girl et à tout ce que la cold wave a produit de plus passionnant. Sur scène, Grand Blanc assume totalement ce revival eighties très en vogue, dans le jeu comme dans les attitudes.

Grand Blanc © Sébastien Sabiron


Les messins de Grand Blanc ont assuré les premières parties de Fauve à Nancy et près de Metz. Belle carte de visite pour un groupe à suivre.

Grand Blanc © Sébastien Sabiron
    

Feu! Chatterton : dandysme inouï

Très attendu à Bourges les parisiens de Feu! Chatterton (que vous entendez déjà sur le Mouv') clôturent en beauté cette sélection des Inouïs 2014. Les influences de Feu! Chatterton sont à chercher du côté de Gainsbourg pour le côté pince sans rire d'Arthur, chanteur dandy à moustache et de Bashung pour la verve littéraire.

Feu! Chatterton © Sébastien Sabiron

  
D'une classe à toute épreuve, le groupe enlumine sa demi-heure de set par des explosions sonores maîtrisées et des histoires qu'on a envie d'écouter.

Feu! Chatterton © Sébastien Sabiron

  
Les postures théâtrales d'Arthur font mouche lorsqu'il annonce gravement l'arrivée de leur titre La mort dans la pinède.

C'est l'histoire un peu glauque d'une première fois dans les bois. La mort... la petite et la grande... dans la pinède. Clavier mortuaire, s'il vous plaît !


Feu! Chatterton © Sébastien Sabiron


Envoutant, élégant et totalement excitant.

Reportage, Photos : Sébastien Sabiron


 

Toute cette semaine, le Mouv' vous a fait découvrir les Inouïs du Printemps de Bourges.


Le programme complet des Inouïs
est à retrouver par là.

Par Sébastien Sabiron / le 26 avril 2014

Commentaires