Le "parrain" de l'Ecstasy meurt après 4000 trips

Par Sébastien Sabiron / le 04 juin 2014
Le "parrain" de l'Ecstasy meurt après 4000 trips
Alexander Shulgin, chimiste et pharmacologue américain connu pour avoir popularisé la MDMA est décédé lundi à 88 ans, des suites d'un cancer du foie. Il avait créé et testé lui même plus de 230 drogues de synthèse : au moins un trip par semaine pendant près de 60 ans.

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais il était une icône du psychédélisme. Alexander "Sasha" Shulgin, 88 ans s'est éteint en Californie, "paisiblement, entouré de sa famille, de ceux qui l'ont soigné et de musique de méditation bouddhiste".

Shulgin n'était pas le père de l'Ecstasy, il en était le "parrain". Créée par le chimiste allemand Anton Köllisch en 1898, la MDMA est brevetée en 1914 par les laboratoires Merck, qui souhaitent l'utiliser pour ses vertus anorexigènes (coupe-faim) et stimulantes.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'armée américaine s'intéresse à la molécule, mais les recherches sont abandonnées faute de résultats probants.

Cristaux de MDMA / CC Flickr St. Albert


Diplômé de l'université de Berkeley en Californie, Shulgin s'interesse aux psychotropes au sortir de la guerre. Chercheur pour la multinationale Dow Chemical, il crée le premier pesticide biodégradable, puis décide de se consacrer a ses recherches, dans sa maison de Berkeley, surnomée "The Farm".

Rencontre avec Madame MDMA

En 1976, l'un de ses étudiants lui présente la MDMA. Shulgin met au point un nouveau procédé de synthèse. Son ami psychothérapeute Leo Zeff en administre à ses patients en séance, pour libérer la parole. Deux ans plus tard, Shulgin décrit dans un article les effets psychotropes de la molécule :

Un état de conscience altéré, aisément contrôlable avec des accents émotionnels et sensuels. [Comparable] à la marijuana et à la psilocybine dépourvue de la composante hallucinatoire.



Portée par cette nouvelle réputation festive, la MDMA se répand dans les clubs d'Ibiza au début des années 80, partout dans le monde au cours de la décénnie suivante. Rapidement considérée comme la drogue du bonheur, elle est rebaptisée "Ecstasy".

Les petits cachetons vendus quelques euros enfantent des générations de clubbers au sourire "vissé" et aux yeux équarquillés.

Sauras-tu reconnaître les personnages perchés aux "Taz" ? / CC Flickr pasukaru76

    
Passionné par "la machinerie du processus mental", tonton Shulgin crée dans sa "ferme" un nombre incalculable de nouvelles drogues de synthèse. Systématiquement, il teste les produits seul ou avec son épouse et invente le trip report : une description précise, détaillée et minutée des effets de la drogue.

Un journaliste de Vice a rencontré Shulgin chez lui en 2010. Reportage ci-dessous :

Parmi les premiers à se pencher sur la réduction des risques, Alexander Shulgin partage ses travaux, qu'il diffuse en ligne dès les prémisses du web, pour la science.

Même si ses travaux (largement pillés) ont sans doute facilité l'introduction de nouvelles drogues sur le marché, Alexander Shulgin lègue un héritage conséquent, ouvrant la voie à une meilleure connaissance des drogues chimiques et des moyens de les consommer à moindre risques.

Illustration de couverture : Alexander Shulgin en 2001 / CC Flickr Giorgio Samorini

Parmi les rappeurs U.S, Lil B fait partie des meilleurs VRP de la MDMA (et aussi des autres drogues, d'ailleurs).

 



"Sasha" Shulgin
"Sasha" Shulgin
Par Sébastien Sabiron / le 04 juin 2014

Commentaires