Le parodieur du Bescherelle bientôt engagé chez Bescherelle ?

Par François Nemeth / le 14 mars 2014
Le parodieur du Bescherelle bientôt engagé chez Bescherelle ?
L'auteur lyonnais du site bescherelletamere.fr, pointé du doigt par le véritable éditeur du Bescherelle, se verrait bien confier la stratégie numérique du groupe français de l'édition. Hatier confie y penser. Mais, rien n'est fait.

 

Le mot "parodieur" du titre de cet article n'existe pas. Mais nous aimons tendre le bâton pour nous faire battre. Or un homme se présentant depuis une semaine comme le justicier de l'orthographe sur les réseaux sociaux défraie la chronique. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, il officie sur twitter (@bescherelle) et sur un blog (bescherelletamere.fr). Le farceur veut rester anonyme. Il s'est tout de même confié au Mouv' :

 

 

La démarche, assez proche du tumblr drôlatique Le stagiaire d'i>Télé, épingle les fautes des journalistes, mais pas seulement. Le tout Internet est susceptible de morfler. Gare à vous si vous postez un tweet en mode texto...

 

 

 

 

Un délire a priori sans prétention, mais qui pourrait bien lui permettre de décrocher un CDI. Hatier, la maison d'édition du Bescherelle, le fameux manuel de grammaire dont il utilise le titre, a évidemment eu vent de sa démarche. Le bloggeur en a été le premier étonné :

 

Karine Marigliano, directrice générale du marketing chez Hatier, n'a pu que reconnaître l'efficacité de la blague. Près de 12.000 followers en quelques jours, qui dit mieux ? Rien n'est décidé, mais des discussions sont en cours, pour (peut-être) l'engager. A condition de l'encadrer un peu pour respecter la ligne éditoriale de la marque :

 

 

Retour sur les événements importants de la semaine

Mercredi 12 mars : les éditions Hatier demandent la suppression des comptes Twitter et Facebook parodiques. Un premier contact téléphonique est établi par la chargée des affaires juridiques de la société. Le lendemain, la chargée de communication, de retour au bureau, décide de modifier radicalement la position d'Hatier. Nouveau coup de fil, bien plus courtois cette fois.

 

Nous verrons bien si l'internaute linguiste obtient un job. Quant à son hobby de "justicier de l'orthographe", il reconnaît déjà s'être fixé une mission impossible. Professionnel de la communication, il explique modestement vouloir simplement "rire un bon coup des fautes les plus communes de la langue française". Il lui arrive d'ailleurs de faire des fautes sur le compte @Bescherelle. L'arroseur arrosé se prend alors de belles volées de bois vert. "C'est ça qui est drôle, finalement."

 


Photo de couverture : capture d'écran du compte twitter @Bescherelle

 

Par François Nemeth / le 14 mars 2014

Commentaires