Le guide des terres sauvages du rap français

Par Genono / le 27 juin 2016
Le guides des terres sauvages du rap français
Il existe un monde plein de surprises, de frissons et de belles découvertes à l'ombre de l'activité des grandes maisons de disques. C'est même souvent de là que tout part. On vous a préparé un véritable "Rap advisor" des terres méconnues du rap français.

En tant qu'auditeur, on peut facilement se contenter de rappeurs aux millions de vues et de groupes signés dans les grandes maisons de disques. Seulement, si vous ne cherchez pas un peu plus loin que le bout de votre nez, vous finirez forcément par tourner en rond. Ecouter trente fois le même album, attendre la prochaine grosse sortie dans huit semaines, réécouter les mêmes titres encore et encore… Si un sentiment de lassitude vous envahit, c'est qu'il est temps de creuser. Explorer l'underground, découvrir des rappeurs de niche, vous abreuver de bons mp3 mal mixés.  

Seulement, quand on a l'habitude d'être servi sur un plateau, on se sent terriblement dépourvu quand vient l'heure de partir à la chasse. On a donc pensé à vous, en vous préparant un guide de défrichage des terres sauvages du rap français.  

Aller régulièrement sur Haute Culture 

Clairement le meilleur site du monde pour tout bon amateur de rap français. Avec une moyenne hallucinante de 50 mixtapes gratuites postées chaque semaine, écouter l’intégralité du catalogue de Haute Culture en temps réel est une mission quasiment impossible, à moins d’y consacrer 100% de son temps. Vous n'avez pas que ça à faire, et moi non plus.  

On ne vous conseille donc pas de vous lancer dans l’écoute frénétique de projets inégaux et aux tracklists bordéliques, mais prenez l’habitude de vous rendre sur la page d’accueil au moins une ou deux fois par semaine. Faites-le également à chaque fois que vous n’avez rien de neuf à écouter : plutôt que de vous repasser pour la soixantième fois le même album, allez jeter une oreille au top de la semaine de Haute Culture. Il y a forcément beaucoup de tri à faire, beaucoup de choses ne vous plairont pas, mais à moins d'être le pire relou du monde, vous finirez obligatoirement par tomber sur une mixtape qui vous correspond.  

Gros avantage de ce système : il est entièrement gratuit, et vous pouvez tout écouter en ligne sans avoir besoin de télécharger quoi que ce soit. Mais pas de panique : si vous souhaitez conserver une mixtape pour la coller dans une clé USB et l’écouter dans votre voiture, toutes sont telechargeables en mp3, toujours gratuitement.  

Seul bémol, pour le moment : toujours aucune application mobile n’est proposée, que ce soit sur Android ou sur Apple. Ce serait pourtant une grosse plus-value pour les utilisateurs à l’heure de la 4G et du streaming mobile.  

 

S'intéresser aux featurings de vos rappeurs préférés 

Vous êtes comme tout le monde : quand votre rappeur préféré fait un featuring avec un illustre inconnu, ou pire, avec quinze mecs différents sur la piste finale d'un album, vous n'écoutez que votre petit chouchou, et vous zappez tout le reste. C'est normal, il ne faut pas vous en vouloir : l'être humain a naturellement peur de ce qu'il ne connait pas.  

Mais pour une fois, prenez quelques minutes pour creuser. Aussi incroyable que cela puisse paraitre pour un trentenaire, les plus jeunes ont découvert Nessbeal en l'entendant sur la dernière mixtape de Lacrim. Et, vous en conviendrez, la nouvelle génération aurait tout intérêt à aller s'intéresser en long et en large à la discographie du Roi sans Couronne.  

Alors, faites la même chose. Supposons que vous soyez fan de Georgio. En vous intéressant à ses featurings, vous tombez sur Vald. Vous creusez un peu sa discographie, puis vous tombez sur une de ses collaborations avec Alkpote. Même chose, vous parcourez la carrière du rappeur essonnien, de l'Unité de Feu jusqu'à Sadisme et Perversion. Lors de l'écoute de l'Orgasmixtape Vol.1, vous tombez sous le charme de Joe Lucazz. Ce même Joe Lucazz a featé avec Ill, des X-Men. De Time Bomb à la trap autotunée, vous venez de rattraper vingt ans de rap, et de découvrir une bonne centaine d'artistes.  

 

Apprivoiser Bandcamp  

Vous ne jurez probablement que par Itunes, Spotify ou Tidal (nan j'déconne), mais le streaming musical est très loin de se limiter à ces géants. Parmi les outils disponibles sur le net, Bandcamp est clairement la plateforme la plus intéressante à fouiller. Un nombre incalculable d'artistes y postent leurs projets, avec une qualité d'écoute équivalente à celle des meilleurs lecteurs : contrairement à bon nombre d'outils de streaming, les pistes sont proposées sans perte de débit, et surtout, plusieurs formats sont proposés (FLAC, AIFF, WAV, MP3 320kbps).  

L'autre avantage de Bandcamp, c'est que plusieurs possibilités sont offertes aux artistes pour diffuser leurs projets : soit entièrement gratuitement ; soit à prix libre (vous choisissez la somme que vous voulez donner à l'artiste pour écouter sa musique, sans minimum ni maximum) ; soit à prix fixe. De plus, Bandcamp offre, pour les artistes qui le souhaitent, la possibilité de vendre plus que de la musique dématérialisée : CDs en physique, évidemment, mais aussi produits dérivés, comme par exemple quand DFH&DGB a proposé l'an dernier un pack disque + t-shirts, rapidement épuisé.  

Pour trouver votre bonheur, plusieurs possibilités. Vous pouvez évidemment taper le nom de vos artistes préférés dans la barre de recherche, mais gardez en tête que Bandcamp regroupe majoritairement des artistes de niche, ou du moins, uniquement des rappeurs indépendants. Le plus pertinent serait plutôt d'utiliser le moteur de recherche avancée, assez pratique et bien foutu. Pour le rap français, par exemple, choisissez les filtres "Paris" (seule ville française disponible pour le moment, malheureusement), et "new arrivals" (il y a de la nouveauté chaque jour), ainsi qu'un style (trap, boom-bap, grime …).  

Vous devriez déjà tomber sur une liste conséquente, et forcément quelques projets qui vous conviendront. Si vous voulez vraiment trouver quelque chose de spécifique, ajoutez quelques hashtags (alternatif, codéine, violence, smooth). Vous tomberez sur des trucs chelous de temps en temps (surtout si vous combinez les hashtags alternatif + codéine), mais dans l'ensemble, vous ne devriez pas regretter le voyage.  

 

Se créer un compte Twitter 

Twitter est de très loin le meilleur (ou le pire) miroir de l'humanité : adulescents qui passent leurs nuits à repousser les limites morales, racistes decompléxés qui viennent hurler haut et fort ce qu'ils n'assument pas en public, pornographie "alternative", langue française trainée dans la boue, apologies "second degré" du terrorisme, de la Shoah, ou de l'esclavagisme, gueguerres entre communautés, impudeur, rappeurs qui s'insultent sans jamais en venir aux mains.  

MAIS Twitter est également un outil hyper puissant quand on sait l'utiliser correctement. Il permet en effet de réunir à un seul endroit tous les flux d'informations d'un même centre d'intérêt -le cas échéant, le rap français. Un genre de flux RSS géant, mis à jour toutes les minutes, et modulable à votre guise. Rien de plus simple, pour suivre l'actualité d'un rappeur, que de le suivre sur twitter. Pratique, surtout quand on suit des artistes à l'exposition limitée, et dont on ne parlera pas forcément sur les gros sites de news musicales.  

De la même manière, vous pouvez suivre certains journalistes sans avoir besoin de suivre tous les médias pour lesquels ils travaillent. Pour prendre des exemples qui parleront à tout le monde, prenez Mehdi Maizi, ou Olivier Cachin. Vous avez peut-être envie de suivre leurs publications, de vous tenir au courant de leurs projets, sans forcément devoir vous coltiner toute l'actualité d'OKLM, Abcdruduson ou NoFun d'un côté, ou Le Nouvel Obs, et Trace TV de l'autre.  

Mais Twitter permet d'aller encore plus loin. En suivant des comptes moins importants, vous pourrez réellement tomber sur des spécialistes de niches musicales. Pas obligatoirement des journalistes, mais simplement des amateurs de rap très underground. Qu'ils soient blogueurs passionnés, ou simples auditeurs qui aiment discuter de leur passion, ils sont le meilleur moyen de découvrir des rappeurs complètement inconnus du grand public. Alors bien sûr, vous pouvez me suivre moi, mais pour découvrir plein de super nouveaux rappeurs inconnus chaque semaine, des mecs comme lui, lui, ou lui sont encore plus intéressants. 

 

 

Ecouter les bons podcasts 

De la même manière qu'internet a favorisé l'émergence de rappeurs amateurs ou complètement sous-exposés, il a également permis à de potentiels chroniqueurs ou animateurs de se lancer sans passer par les circuits traditionnels, avec une passion qui fait chaud au cœur. Certains fers de lance, portés par des médias importants, ont su se démarquer au fil du temps (No Fun, Le Mike et L'enclume), mais dans l'ombre, d'excellents podcasts ont su se faire une place.  

Par exemple, l'émission French Kiss, hebergée par Radio Campus Rennes, est une merveille pour tout amateur de rap un tant soit peu underground. La petite équipe a une tendance jouissive à exhumer des trésors dans les entrailles de Soundcloud ou de Haute Culture, et prend un malin plaisir à nous faire decouvrir ces rappeurs qui cumulent au grand max 300 écoutes sur leurs projets les plus populaires. 

Dans des styles différents, Ca Parle Hip-Hop (plutôt axé sur les débats) ou Groove Corner ont également su se faire une place sur les réseaux internets. Ces émissions, moins soumises aux necessités d'audiences que les grosses machines, ont plus facilement l'occasion de mettre un avant des artistes mésestimés. Et vous permettront donc de découvrir bon nombre de petits mecs sympathiques nés avec un micro à la place du biberon.  

 

Suivre des sites de contenu 

Pendant longtemps, les web-médias rap sont restés divisés en deux camps : d'un côté les sites de relais –comme Booska-P- qui publiaient trente clips par jour, sans la moindre plus-value en terme de contenu ; de l'autre, les sites plus consistants -type Abcdrduson- qui se sont concentrés sur la production d’écrits (chroniques, interviews …). Et puis, petit à petit, les équilibres ont évolué : les sites de relais se sont mis à faire du contenu, et les sites de contenu se sont axés sur la vidéo. 

En bref, aujourd’hui, tout le monde est obligé de se diversifier. Et ce qui nous intéresse ici, c’est que les sites hors grands-circuits ont facilement tendance à mettre en avant leurs coups de cœur parmi les petits rappeurs du moment. Parmi les sites de fond, SURL, ReapHit, Captcha Mag, Foxy Lounge, sont autant de bons moyens de découvrir des artistes dont on ne parle pas forcément ailleurs, et d’explorer des scènes de niche. De la même manière, Mouv propose également de véritables contenus, et met régulièrement en avant des artistes inconnus, insuffisamment exposés, et des projets underground (ok c’est de l’autopromo, mais c’est pour votre bien)

 

Poser un pied dans l'enfer des suggestions Youtube 

Qu’y a-t-il de plus jouissif que de naviguer de suggestion en suggestion sur Youtube, sans savoir où l’on finira par atterrir ? A vrai dire, pas grand-chose. Et puis, cette pratique frénétique, sorte de zapping télévisuel 2.0, permet également de joindre l’utile à l’agréable : de fil en aiguille, et si vous prenez la peine de rester loin des suggestions VEVO, vous finirez par dénicher quelques perles rares.  

D’obscures freestyles en street-clips mal montés, le fil d’Ariane tissé par Youtube va vous emmener dans des cités de Province où même le temps semble avoir fui, vous tomberez nez à nez avec des sosies improbables -et peut-être consanguins- de Yung Lean, vous constaterez que quelque part au fond du Berry, la diaspora congolaise existe.  

Surtout, le fil improbable des suggestions Youtube est le meilleur moyen de découvrir des rappeurs inconnus. Je me souviens avec émotion du jour où je suis tombé sur le clip de Baltaz, et où j’ai découvert qu’il existait des rappeurs à Roubaix. Un an plus tard, Gradur fêtait son premier disque d'or.  

 

Ecouter des mixes sur soundcloud 

Soundcloud fonctionne plus ou moins sur le même principe que Bandcamp, mais revet un aspect plus brouillon. Tout le monde y poste tout et n’importe quoi (musique, podcasts, mixs, extraits audio de films, interviews, bruitages, séquences indefinies), et réussir à trouver quelque chose de suffisamment concret et intéressant demande parfois énormément de patience.  

Sur le principe, il faut appliquer une méthodologie à mi-chemin entre Bandcamp et Youtube : filtrer les critères de recherche et entrer les bons hashtags d’une part, mais aussi se laisser porter par l’enfer des suggestions, quitte à tomber -souvent- sur des titres absolument inecoutables. C’est long, c’est fastidieux, mais ça vaut parfois le coup.  

Soundcloud possède un autre point fort : les mixs. Nombre de DJs utilisent en effet cette plateforme comme outil principal, et postent parfois, au détour d’un remix de Gucci Mane ou d’un Future Type Beat, un titre de rappeur français inconnu au bataillon. Enfin, perso Soundcloud m'a surtout permis de découvrir Jorrdee et toute la clique du 667, et pardonnez-moi si je raconte ma vie, mais rien n'a plus été pareil depuis ce jour.  

 


 

Photo : Capture YouTube  Georgio - Tu sais c'qui s'passe feat Vald

Ecoutez et votez pour les titres de rap français indés du moment dans le Top Mouv' Booster

Par Genono / le 27 juin 2016

Commentaires